Le Val d’Aran, une vallée située dans les Pyrénées espagnoles, a récemment été désigné comme réserve de biosphère par l’UNESCO, rejoignant ainsi le réseau mondial qui compte désormais 759 sites dans 136 pays, couvrant une superficie totale de 37 400 km², équivalente à la taille des Pays-Bas​.

L’UNESCO a récemment désigné 11 nouvelles réserves de biosphère dans 11 pays, incluant pour la première fois la Belgique et la Gambie, ainsi que deux réserves transfrontalières. Parmi les autres pays sélectionnés figurent la Colombie, l’Espagne, l’Italie, la Mongolie, le Royaume des Pays-Bas, les Philippines, la République de Corée, la République dominicaine et la Slovénie. Cette désignation a été approuvée lors de la 36e session du Conseil international de coordination du Programme de l’UNESCO sur l’Homme et la biosphère, qui s’est tenue à Agadir, au Maroc, du 2 au 5 juillet 2024​

La nouvelle réserve de biosphère du Val d’Aran

Ces désignations interviennent à un moment critique pour l’humanité, qui fait face à une crise mondiale de la biodiversité et au changement climatique. En augmentant le nombre de zones protégées, ces nouvelles réserves de biosphère jouent un rôle crucial dans la préservation de la biodiversité à long terme, l’amélioration des conditions de vie des populations locales et autochtones, et l’essor de la recherche scientifique​.

La réserve de biosphère du Val d’Aran, située à la frontière occidentale des Pyrénées catalanes, couvre environ 632 km² et est la seule vallée de Catalogne orientée au Nord. Sa position unique, entre la Méditerranée et l’Atlantique, lui confère une diversité climatique et biologique exceptionnelle. Cette région est également un bastion du patrimoine culturel et linguistique occitan​.

®valdaranphotos

La Vallée d’Aran est reconnue pour sa richesse écologique, comprenant une variété de paysages allant des montagnes imposantes aux lacs alpins. Ce classement en tant que réserve de biosphère vise à promouvoir la conservation de la biodiversité unique de la région tout en soutenant les pratiques de développement durable et en améliorant les conditions de vie des populations locales et autochtones

Le Val d’Aran abrite aujourd’hui environ 9 983 habitants et possède une histoire riche en activités agricoles, artisanales et commerciales. Récemment, la réintroduction d’ours bruns a suscité des inquiétudes parmi les éleveurs locaux. La désignation comme réserve de biosphère vise à améliorer la protection de la biodiversité, revitaliser les pratiques traditionnelles, enrayer le dépeuplement et promouvoir un modèle de développement rural résilient. Le plan de gestion de cette réserve a été élaboré en collaboration avec les villages et les associations locales de promotion du tourisme et de l’élevage​.

Ces initiatives s’inscrivent dans le cadre des objectifs fixés par le Cadre mondial de la biodiversité Kunming-Montréal, adopté en décembre 2022, qui prévoit de protéger 30 % des surfaces terrestres et marines et de restaurer 30 % des écosystèmes dégradés d’ici 2030.