En cette saison hivernale marquée par des conditions météorologiques imprévisibles et changeantes, les dameurs émergent comme des figures essentielles, travaillant dans l’ombre pour façonner les pistes de ski. Leur rôle revêt une importance particulière cet hiver, où les caprices du temps exigent une minutie et une adaptabilité sans pareil de la part de ces équipes dévouées.

Nous sommes partis à Font Romeu Pyrénées 2000 et Saint-Lary à la rencontre de ces chirurgiens du paysage. Ils modèlent chaque nuit la neige avec une précision méticuleuse, veillant à chaque détail, afin de créer un terrain de glisse optimal et sécurisé pour les amateurs de sports d’hiver.

Après les chutes de neige de ces derniers jours, les prévisions météorologiques indiquent que de la neige est à nouveau attendue ce week-end sur les deux stations, promettant d’enrichir encore davantage le manteau neigeux deux stations.

Dameurs, les travailleurs de l’ombre

Alors que la nuit enveloppe les sommets pyrénéens et que le silence s’installe, une armée d’artisans de la neige se met au travail. Dans l’obscurité, loin des projecteurs, les dameurs, ces travailleurs de l’ombre, prennent possession des pistes de ski, préparant méticuleusement le terrain pour les skieurs. À bord de leurs impressionnantes machines, ils tracent des lignes parfaites, nivelant les bosses et égalisant la pente.

Chaque jour apporte son lot de défis pour les dameurs. Les conditions météorologiques fluctuantes, qu’il s’agisse d’un ciel voilé, de températures oscillantes ou de chutes de neige incessantes, demandent une attention constante et une réactivité immédiate. Face à ces variables, les équipes de dameurs du groupe Altiservice déploient tout leur savoir-faire et leur expertise pour maintenir les pistes de Font-Romeu Pyrénées 2000 et Saint-Lary dans un état optimal.

@DJeff

L’art du damage devient alors une véritable danse avec la nature. Les dameurs doivent jongler avec les éléments, adaptant leurs techniques et leurs stratégies en fonction des prévisions météorologiques. Parfois, il s’agit de lisser la neige fraîche tombée, tandis que d’autres fois, ils doivent travailler à consolider les surfaces fragiles ou à dégager les pistes obstruées par le vent.

La précision et la minutie sont les maîtres-mots de leur quotidien. Chaque passage de la machine doit être soigneusement calculé, chaque virage effectué avec rigueur pour garantir un résultat optimal. Les dameurs sont les architectes des paysages enneigés, sculptant la neige avec une patience infinie.

Loïc LANVIN, dameur à Font Romeu Pyrénées 2000 depuis 6 ans, nous explique son travail quotidien : « Notre équipe est composée de 11 dameurs opérant 8 machines diverses, incluant 2 treuils et 2 machines dédiées au ski de fond, ainsi qu’une machine spécialement conçue pour l’entretien du snowpark.

Depuis six ans, j’exerce la profession de dameur à Font Romeu, une expérience qui m’a permis de développer une compréhension approfondie des nuances de ce métier. Chaque journée de travail débute à 17h par un briefing essentiel, au cours duquel les responsables d’équipe partagent les tâches à accomplir. Ma responsabilité s’étend sur les secteurs Calme Sud et Calme Nord, ainsi que sur les snowparks XXL, où je me spécialise dans l’utilisation du treuil.

Damage nordique sur la station de ski de Font Romeu Pyrénées 2000. @Altiservice

Notre pause repas à 21h est l’occasion de réévaluer les travaux restants et d’organiser l’entraide entre collègues, selon les besoins. La journée s’achève aux alentours de 1h du matin, après avoir adapté notre labeur aux défis posés par la météo et le trafic des skieurs. Les variations de température et l’affluence des skieurs dictent l’intensité de notre travail. Cette année, nous avons été confrontés à la tâche délicate de redistribuer la neige dans des zones spécifiques, grâce à notre système qui nous indique où la neige est abondante. Cette redistribution vise à assurer la pérennité de la couche neigeuse pour la semaine.

L’hiver actuel présente des conditions particulières, rendant la neige plus difficile à travailler. En effet, les températures nocturnes ne descendant pas en dessous de zéro en janvier ont produit une neige de type printanier, caractérisée par sa tendance à ramollir en soirée. Cette transformation nous a obligé à ajuster les réglages de nos machines et, dans certains cas, à effectuer des passages répétés pour garantir la qualité des pistes ».

Station de ski de Saint-Lary. Photo prise le 28 février 2024. @Altiservice

Du côté de Saint-Lary, l’activité de damage s’organise en deux équipes : la première de 18h à 2h du matin, et la seconde de 2h à 9h30 du matin. Thierry VIDAL, Chef du service Damage de Saint-Lary, et dameur depuis 27 ans, revient sur cet hiver particulier : “Cette saison d’hiver est une saison complexe. Fort heureusement, depuis trois jours, les chutes de neige sont là avec de véritables conditions hivernales. Le domaine de Saint-Lary est actuellement ouvert à 70%.

Nous avons dû faire preuve de prudence dans la gestion de la neige, en augmentant son épaisseur pour tenter de préserver un manteau neigeux adéquat. Cela a impliqué un travail intensif de damage et notamment de bullage. Nous avons également dû ajuster notre organisation, avec une seule équipe en soirée, afin de permettre au manteau de neige de se ressaisir pendant la nuit.

Depuis deux jours, nous avons le plaisir de fonctionner à nouveau avec deux équipes complètes”.

Skieurs sur la station de ski de Saint-Lary. Photo prise le 28 février 2024. @Altiservice

Face aux défis écologiques actuels, le groupe Altiservice a adopté les éco-engagements de Domaines Skiables de France. Le groupe s’engage résolument dans une démarche de développement durable, particulièrement dans le domaine du damage.

Formation à l’éco-conduite : une priorité

Conscient de l’importance de minimiser l’empreinte écologique des opérations de damage, le groupe Altiservice a pris l’initiative de former l’intégralité de ses dameurs à l’éco-conduite. Cette formation, au cœur des éco-engagements de la profession, vise à optimiser les pratiques de conduite des engins de damage pour réduire significativement leur consommation en carburant. En adoptant des techniques de conduite plus douces et plus réfléchies, les conducteurs contribuent directement à diminuer les émissions de gaz à effet de serre, tout en assurant un damage efficace et de qualité.

« La mise en place d’une formation à l’éco-conduite a marqué un tournant significatif dans notre approche du travail de dameur. Grâce à cette formation, nous avons appris à réduire notre consommation de carburant en effectuant des ajustements stratégiques, notamment à travers l’optimisation des rotations de la fraise. L’usage du treuil, en particulier, a été révisé pour nous permettre d’adapter son utilisation de manière plus écologique. Actuellement dans notre deuxième année de formation, nous continuons à intégrer ces pratiques durables dans notre quotidien », nous explique Loïc LANVIN.

Damage sur la station de Font Romeu Pyrénées 2000. @Altiservice

Investissements technologiques dans les engins de Damage

Dans un contexte où les défis environnementaux et la quête d’efficacité opérationnelle sont plus prégnants que jamais, l’industrie des sports d’hiver se tourne vers des solutions innovantes pour optimiser la gestion des pistes de ski. Les stations de Saint-Lary et Font-Romeu Pyrénées 2000 illustrent parfaitement cette dynamique en adoptant des technologies de pointe pour révolutionner le damage.

Le damage intelligent : une révolution technologique

Le concept de « damage intelligent » prend forme grâce à l’intégration de systèmes avancés dans les dameuses, marquant une étape significative vers une gestion plus précise et efficace des pistes. En particulier, l’adoption du système de GPS différentiel constitue un jalon majeur dans cette évolution. Ce dispositif permet une comparaison détaillée entre la hauteur de neige sous les chenilles de la dameuse et le relief du sol en été, tel que mesuré par des technologies LiDAR (Light Detection and Ranging). Cette approche offre une connaissance extrêmement précise de l’épaisseur du manteau neigeux, ouvrant la voie à des opérations de damage optimisées.

Loïc LANVIN nous en explique les détails : La technologie LiDAR représente un avantage considérable pour notre travail de dameur. Cette technologie nous offre une précision inégalée dans la gestion des ressources neigeuses, en nous permettant de déterminer avec exactitude les zones où la neige est disponible en abondance. Grâce à LiDAR, nous pouvons identifier des secteurs où l’épaisseur de la neige varie significativement, passant par exemple de 1 mètre dans les zones basses à seulement 30 cm dans les zones élevées. En utilisant judicieusement ces données, nous réussissons à équilibrer l’épaisseur de la couche neigeuse sur l’ensemble du domaine skiable, atteignant un niveau optimal de 50 cm répartis uniformément.

Station de ski de Saint-Lary. Photo prise le 28 février 2024. @Altiservice

Cette innovation technique est cruciale : elle permet de réaliser d’importantes économies de carburant en ajustant le travail de damage à la quantité de neige réellement présente sur les pistes. De plus, cette précision contribue à ne produire que la neige nécessaire, évitant ainsi le gaspillage des ressources en eau et en énergie.

« Cette adaptation a significativement transformé notre approche et la manière dont nous opérons les machines. À présent, cette nouvelle méthode s’est intégrée dans notre routine quotidienne, devenant une compétence que nous avons acquise et normalisée au fil du temps », nous explique Thierry VIDAL.

Collaboration entre les équipes de production de neige et de damage

L’efficacité des initiatives du groupe Altiservice repose également sur une collaboration étroite entre les équipes de production de neige et de damage. Ce partenariat permet d’assurer une gestion optimale du manteau neigeux, en termes de longévité et de qualité. L’évolution des techniques et des outils au cours des dix dernières années a joué un rôle significatif dans l’amélioration des pratiques de damage, rendant ces dernières plus respectueuses de l’environnement tout en maintenant des standards élevés pour l’expérience des skieurs.

Dameurs : les gardiens des pistes

Le travail des dameurs ne se limite pas à « aplanir la neige ». Ils sont les gardiens des pistes, veillant à leur sécurité et à leur qualité.

Thierry VIDAL, qui exerce avec passion le métier de dameur, est également éleveur de vaches et de brebis dans la vallée de Saint-Lary. Il a également été par le passé moniteur de ski. Pour lui, l’engagement quotidien est de « fournir un service de qualité aux clients, en exploitant des machines performantes qui rendent le travail particulièrement gratifiant. La satisfaction réside dans le fait d’assurer des pistes impeccables, tout en préservant l’environnement naturel de la montagne, et qui se traduit par les sourires des clients ».

Pistes de ski de Saint-Lary. Photo prise le 28 février 2024. @Altiservice

Dans cette quête d’excellence, Thierry prend le temps, habituellement chaque mardi, de chausser ses skis pour parcourir la station. Cette pratique lui permet de scruter les pistes sous un autre angle, identifiant les points critiques et les nécessités d’intervention. Une démarche qui illustre son amour et son respect profond pour la montagne.

Pourtant, malgré l’importance de leur rôle, les dameurs restent souvent dans l’ombre, loin des regards des skieurs. Leur travail se déroule généralement pendant que le monde dort, dans le silence de la nuit. Mais sans eux, les pistes resteraient des terrains vierges, impraticables et dépourvus de la magie qui attire tant d’amateurs de glisse.

« Ma plus grande fierté en tant que dameur réside dans le fait de laisser les pistes dans un état impeccable. L’essentiel pour moi est de savoir que les clients profitent pleinement de leur expérience sur les pistes. Ce qui me frappe souvent, c’est à quel point notre travail reste méconnu du grand public. Les enfants, en particulier, nous saluent avec enthousiasme lorsqu’ils nous voient à l’œuvre. La satisfaction des clients est ce qui donne un sens à notre métier », conclut Loïc LANVIN.

Skieurs sur la station de Font Romeu Pyrénées 2000. Photo prise le 27 février 2024

En cette saison hivernale, alors que les montagnes s’habillent de blanc et que les skieurs affûtent leurs carres, prenons un moment pour saluer ces héros discrets de l’ombre. Leurs efforts inlassables garantissent des journées de joie et d’aventure pour les amateurs de sports d’hiver du monde entier. Les dameurs sont les gardiens des montagnes, les artisans de la neige, et leur travail mérite toute notre reconnaissance et notre admiration.


Saint-Lary : domaine ouvert à 70%

Font Romeu Pyrénées 2000 : domaine ouvert à 90%