À l’approche des vacances de février, les stations de ski se préparent à accueillir les passionnés de glisse. Tandis que les skieurs s’apprêtent à réserver leurs forfaits, peu sont conscients des composantes qui déterminent leur prix. Soucieuse de garantir une expérience agréable et équitable à ses skieurs, la station de l’Alpe d’Huez dévoile les différents éléments qui contribuent à la tarification des forfaits. En analysant minutieusement chaque aspect, depuis les coûts liés à l’entretien et la gestion jusqu’aux charges de personnel et aux taxes, l’Alpe d’Huez offre à ses clients une vision claire de la valeur associée à leur achat.

Le prix du forfait journée à l’Alpe d’Huez s’établit à 62 euros pour cette saison

Dans un contexte marqué par l’inflation et les défis énergétiques, le prix du forfait journée à l’Alpe d’Huez s’établit à 62 euros pour cette saison, marquant une légère augmentation par rapport à l’année précédente où il était de 58 euros. Cependant, c’est le forfait 6 jours et plus, le plus prisé par les skieurs (représentant 80 % du chiffre d’affaires du groupe), qui revient à 51,66 euros par journée, démontrant que le forfait à la journée ne constitue pas l’option la plus couramment choisie.

Depuis plusieurs années, les exploitants font face, comme l’ensemble de la population française, à l’augmentation des prix et à la montée en flèche des coûts de l’électricité nécessaire au fonctionnement des remontées mécaniques. Malgré une augmentation de 6 % cette année, comparée à 3 % l’année précédente, la société SATA Group – AEON espère un retour à des prix plus stables. Il est à noter que malgré ces ajustements, le forfait de ski français demeure parmi les plus abordables au niveau international.

Mais qu’inclut réellement le prix d’un forfait de ski à l’Alpe d’Huez ?

Voici un aperçu des composantes :

Les contributions majeures, incluant l’entretien, la gestion, les provisions et les frais généraux, représentent 40 % du prix total du forfait. Les charges de personnel constituent 31 % du coût global, avec un effectif de 550 employés sur le domaine skiable. Après la déduction des impôts et taxes, redevances, affermages, locations, amortissements et frais financiers, la marge bénéficiaire du groupe atteint 1%.

Investissements en décarbonation : une priorité pour le groupe SATA Group-AEON

Conscient de l’importance de préserver un environnement fragile, à la fois lieu de loisirs et de vie, le groupe SATA Group-AEON a engagé des investissements significatifs dans la décarbonation de ses activités.

Cette saison, toutes les dameuses du domaine ont été converties au HVO (huile végétale hydrotraitée), réduisant ainsi les émissions de CO2 jusqu’à 93 %. De plus, des techniques d’éco-conduite sont désormais pratiquées pour optimiser l’usage des dameuses, contribuant ainsi à la préservation de l’écosystème environnant.

Par ailleurs, des mesures d’optimisation énergétique ont été mises en place pour les installations liées à la neige de culture, tandis que l’installation de panneaux solaires dans les gares renforce l’engagement du groupe en faveur des énergies renouvelables.


A lire aussi…

SATA Group : l’avenir des stations encapsulé dans un label moderne