Dans le cadre de sa mission d’expertise et de partage de savoir-faire, le Cluster Montagne a choisi de faire découvrir à ses adhérents 3 destinations pyrénéennes : Saint-Lary, Peyragudes et la vallée du Louron, et Baqueira Beret (Espagne). Un programme de visites croisées entre entreprises membres du Cluster Montagne qui a eu lieu dans les Pyrénées françaises et espagnoles du 19 au 21 septembre.

“L’organisation de cette mission dans les Pyrénées rentre dans le cadre du dispositif -Cluster Montagne Labs- qui permet chaque année l’organisation d’une rencontre Massif. Nous avons fait le choix, sur l’année 2022, de ces trois stations pour la simple et bonne raison qu’elles ont toutes les trois une typologie de gouvernance de territoire et de gestion des infrastructures qui leurs sont propres et qui sont parfois éloignées des modèles que nous connaissons en France et plus particulièrement dans les Alpes. Cela nous paraissait donc intéressant de pouvoir visiter ces territoires et d’échanger avec les décideurs de ces territoires”, nous explique Elodie COUTIN, Responsable Communication pour le Cluster Montagne.

Mission Pyrénées du Cluster Montagne – Septembre 2022. ®ILoveSki

Christophe SOBRA, Directeur de la station de Pralognan la Vanoise participait pour la première fois à ce type de mission, dans le cadre de son intégration en tant que Territoire Partenaire du Cluster Montagne : « J’ai souhaité participer à cette mission parce que les trois destinations sont pleinement intégrées dans la projection de Pralognan-la-Vanoise et notamment sur le format intégratif. Nous avons découvert différents modèles de gestion liés aux statuts des entreprises et aux relations qui existent entre les différents partenaires du territoire. Cela nous donne beaucoup d’informations que ce soit en France ou en Espagne”.

Saint-Lary, leader des investissements en 2022 dans les Pyrénées françaises

La première journée s’est déroulée à Saint-Lary dans les Hautes-Pyrénées où le Directeur de la station, Akim Boufaïd, a présenté la restructuration du domaine skiable initié par le groupe Altiservice. Le groupe Altiservice, filiale à 100% de Vauban, avait enregistré à la fin de la saison dernière près d’un million de journées/ski et un chiffre d’affaires de 33 millions d’euros, répartis entre Saint-Lary (19 millions) et Font Romeu (14 millions).

Visite de la délégation du Cluster Montagne et rencontre avec le groupe Altiservice. ®ILoveSki

Ce projet de restructuration permet à la station de passer de 26 à 23 remontées mécaniques avec des installations plus modernes, rapides et confortables permettant d’améliorer considérablement l’expérience client. Un travail important de restructuration de la colonne vertébrale du domaine skiable qui passe par l’implantation d’une nouvelle télécabine 10 places depuis de départ d’Espiaube jusqu’au sommet de Tourette. Cet « aménagement donne une visibilité sur 30 ans » et permettra au groupe Altiservice de « restituer à la collectivité un domaine structuré et aménagé », indique Akim Boufaïd.

Chantier sur la gare de départ de la nouvelle télécabine 10 places au départ d’Espiaube. ®ILoveSki

Cet aménagement s’accompagnera en 2023 de l’installation d’un nouveau télésiège débrayable 6 places d’Espiaube vers le Pla d’Adet qui permettra « de supprimer petit à petit les navettes thermiques qui assurent aujourd’hui la liaison entre ces deux secteurs d’altitude ».

Après les présentations, une visite de terrain et des différentes installations a eu lieu, où les participants ont pu mieux percevoir les nouveaux aménagements prévus.
Romuald Chasseur, directeur commercial de MND pour l’Europe de l’Ouest, revient avec nous sur cette visite : « J’étais très fier d’être à Saint-Lary puisque cette année, l’entreprise MND installe deux débrayables, une télécabine et un télésiège six places et l’année prochaine un nouveau télésiège six places. Le directeur de la station nous a bien présenté l’enjeu plus que stratégique de ce chantier puisqu’il a fait un pari d’aménagement audacieux avec le remplacement de plusieurs installations. Nous avons vu des chantiers organisés en matière de sécurité et d’organisation. C’est un partenariat entre deux entreprises mais surtout entre des personnes et cela s’est confirmé ».

Peyragudes et la vallée du Louron, un modèle de gouvernance inspirant

Dans la vallée voisine, la rencontre avec Michel Pelieu, Président du Conseil Départemental des Hautes-Pyrénées, Noël Lacaze, Maire de Loudenvielle, et Laurent Garcia, Directeur de la station de Peyragudes, a permis aux membres du Cluster Montagne de découvrir les éléments requis pour un modèle de gouvernance solide et durable.

La vallée du Louron en été – Lac de Génos Loudenvielle. ®ILoveSki

La réflexion globale menée à l’échelle de la vallée du Louron et de ses stations d’altitude Peyragudes et Val Louron a permis d’instaurer une complémentarité entre ces différents territoires. La télécabine SkyVall contribue à elle-seule à générer de nouveaux flux de visiteurs et l’émergence de nouvelles pratiques telles que le VTT de descente. Selon les saisons, la vallée du Louron adapte son offre touristique en altitude ou en fond de vallée, et conforte la fréquentation de sites « phares » tels que Balnéa, le tout nouvel hôtel Mercure, le cinéma l’Arixo ou la zone ludique Ludéo.

L’appartenance de la station de Peyragudes à la Compagnie des Pyrénées renforce également la volonté du territoire de disposer d’une force collective et d’une optimisation des dépenses, grâce à une centrale d’achats commune à l’ensemble des stations de la Compagnie des Pyrénées.

Ascenseur valléen Skyvall qui permet de connecter le village de Loudenvielle à la station de Peyragudes. ®ILoveSki

A l’occasion de cette visite du Cluster Montagne, les participants ont pu partir à la rencontre des techniciens de la station. « Peyragudes a une empreinte hydroélectrique qui est assez forte », nous explique Emilie Trelcat, de la société YETHY, spécialiste dans l’hydroélectricité, et qui assiste les collectivités de montagne ou les stations de ski à mettre en place la production électrique sur leur réseau d’enneigement artificiel. « La station n’a pas encore d’installation hydroélectrique sur les réseaux d’enneigement, mais cela fait partie des choses auxquelles elle réfléchit, surtout au vu des problématiques énergétiques actuelles ».

Baqueira Beret, la référence du ski en Espagne

Un peu plus à l’ouest, toujours au cœur de la chaîne des Pyrénées, le Cluster Montagne a posé ses valises au pied de la station de Baqueira Beret.

Après une saison historique en 2021-2022, avec 143 journées d’exploitation, plus d’un million de journées skieurs et de nombreux programmes d’investissements, la station de Baqueira Beret attire de plus en plus les regards, notamment des professionnels de la montagne. Xavi Ubeira, Directeur commercial de la station, est revenu sur les compétences de gestion de la station et son intégration au cœur du Val d’Aran. Il a notamment expliqué la gestion directe par la station du domaine skiable, de l’agence de voyages Baqueira Viajes, de l’hôtel Montarto mais aussi de 24 points de restauration répartis sur les pistes. Une gestion intégrée qui a généré 50 millions de recettes durant la saison 2021-2022.

L’activité de la station de Baqueira Beret s’inscrit dans une dynamique touristique globale du Val d’Aran, comme l’a souligné Marisol Ariño Collo, Responsable touristique de l’Office du tourisme du Val d’Aran, lors de la présentation de la destination à la délégation du Cluster Montagne.

Raphaël Langlais de la société LB SPORT LOISIR, société basée à Toulouse, revient avec nous sur cette visite : « l’offre d’été à Baqueira Beret tourne autour VTT et de la randonnée. Le but de notre participation à cette mission était de faire découvrir les différentes activités que nous proposons telles que le disque-golf. Nous avons pu rencontrer des professionnels différents, des gestions et des gouvernances différentes entre les stations et faire découvrir nos activités qui sont émergentes en France ».

Mission Pyrénées : un bilan très positif à bien des égards

Après une bonne saison 2021-2022 hivernale, la filière de l’aménagement touristique de la montagne reprend du poil de la bête. De nombreuses réflexions et réalisations sont engagées dans les territoires de montagne pour diversifier leurs activités. Cette mission Pyrénées a permis de créer des réseaux et d’établir des synergies entre les membres du Cluster Montagne. Cette mission confirme les vertus du développement des initiatives du Cluster Montagne qui contribue à générer de la confiance entre les différents acteurs impliqués.

« Cela est plutôt encourageant pour la saison à venir. On voit également qu’il y a beaucoup de projets en cours aussi bien sur de l’aménagement pur et dur du territoire avec des projets de renouvellement, de remontées mécaniques, de la diversification des activités proposées sur les territoires. Les entreprises présentes au sein de la délégation du Cluster Montagne durant ces trois jours, représentaient très bien toutes les expertises qui peuvent interagir sur ces grands enjeux et ces grands projets de développement des territoires », conclut Elodie COUTIN.

Moment convivial lors du déplacement de la délégation du Cluster Montagne à Saint-Lary

Émilie Trelcat revient avec nous sur la plus value de participer à ce type de rencontre : « cela nous permet de rencontrer les membres du cluster en dehors des bureaux et dans un cadre un petit peu plus informel , ce qui permet d’échanger et qui débouche souvent sur des opportunités de colalboration. Cela nous permet également de créer des groupements d’entreprises et de connaître a de nouveaux territoires avec lesquels on ne travaille pas et qui ont des pratiques de travail, parfois différentes de celles que l’on peut avoir avec nos clients habituels ».

Enfin, Christophe Sobra dresse quant à lui un bilan de sa première participation à une mission du Cluster Montagne : « cela m’a apporté principalement des contacts rapides sur des entreprises ou des partenaires et prestataires qui ont la capacité d’intégrer le développement d’un territoire de montagne. L’avantage de ce type de modèle est que l’on se rencontre rapidement, y’a pas de perte de temps et c’est extrêmement proactif ».


Second mandat pour Patrick Grand’Eury au Cluster Montagne