La saison 2021-2022 restera dans les annales. La station de Val Cenis va tourner la page de la Covid-19 de la meilleure des manières. Malgré les nombreux aléas liés à la crise sanitaire, les vacanciers ont plébiscité l’activité ski. Estimé à plus de 15,5 millions d’euros, le chiffre d’affaires dépasse toutes les prévisions et atteint un nouveau sommet historique.

2021-2022, Val Cenis s’affirme comme un moteur économique de la Haute-Maurienne Vanoise

Première station de Haute Maurienne Vanoise, Val Cenis confirme sa position. Entre le 11 décembre 2021 et le 18 avril 2022, la fréquentation du domaine skiable n’aura jamais baissé. Après une saison 2019-2020 écourtée et une saison 2020-2021 « blanche », les touristes, français et étrangers, ont renoué avec l’activité ski. Le chiffre d’affaires 2021-2022 de la SEM de Val Cenis, société gestionnaire du domaine skiable et des remontées mécaniques, dépassera 15,5 millions d’euros. Un résultat en hausse de presque 7% par rapport à la saison 2018-2019, dernière saison avant la pandémie.

« Tout n’a pas été simple. Le début de saison a été perturbé par la mise en place des mesures de freinage du virus : pass sanitaire et masque obligatoires pour accéder aux remontées mécaniques, difficultés à recruter du personnel, inquiétudes sur la possibilité de voyager de nos clients étrangers, arrêts de travail de personnels malades… Mais, les équipes de la SEM de Val Cenis ont su réagir et s’adapter, sans jamais faire baisser le niveau de service et la qualité des pistes », explique Olivier De Simone, PDG de la SEM.

Des outils de promotion et de commercialisation au service du client

La station de ski de Val Cenis fait partie des stations pionnières en France sur plusieurs thématiques, et notamment la commercialisation des forfaits de ski. « Val Cenis est la première station française à avoir adopté, en 2019, la tarification dynamique des forfaits vendus sur internet. La promesse de tarifs attractifs et une garantie avantageuse face aux inquiétudes liés à la crise de la Covid-19 a permis de commercialiser très tôt la saison 2021-2022. Dès le mois de mai 2021, il est apparu une réelle envie de revenir au ski à Val Cenis. La tendance n’a jamais été démentie », détaille Yves Dimier, directeur.

Outil de fidélisation de la clientèle, la plateforme www.valcenis.ski permet aussi de capter de nouveaux clients (72% des ventes sur internet), français et étrangers, dont 8% de belges, 3% de britanniques et 2% de néerlandais. Le nouveau site de ventes en ligne a généré cette saison près de 30 % du chiffre d’affaires. Cette part était de l’ordre de 10% avant 2019. Fort de cette réussite, Val Cenis lancera la commercialisation de la saison 2022-2023 dès le 19 avril.

Val Cenis, une station aux multiples facettes

Station aux nombreux villages et hameaux, Val Cenis associe depuis longtemps l’activité ski à une offre diversifiée et sans cesse enrichie. La luge de nuit, le snowtubing et la découverte de panoramas somptueux depuis la Canopée des Cimes, à 2 800 mètres d’altitude ont trouvé leur public. Le week-end « Nature et Ski », dont la première édition a été programmée du 1er au 3 avril 2022, complète l’offre déjà très variée d’événements familiaux et conviviaux (Tous en Piste, La Grande Odyssée, C’est l’Printemps
programmé par Laurent Gerra…).

Val Cenis sait aussi attirer les skieurs les plus sportifs, à l’image de l’équipe de France paralympique présente en stage en début de saison, les participants à de nombreuses compétitions internationales et aux championnats de France de sports adaptés.
Les bons résultats enregistrés cette saison permettent à la SEM de Val Cenis de confirmer les investissements annoncés avant le début de la pandémie. Ces investissement s’accompagneront de la modernisation des outils existants.

Une nouvelle piste de luge sera inaugurée lors de la saison 2022-2023. Le dossier de création d’une zone ludique multi-activité au sommet de la télécabine de Val Cenis le Haut avance. Le calendrier de la restructuration du secteur skiable de Val Cenis Termignon est fixé. L’investissement envisagé est de l’ordre de 20 millions d’euros.