Après avoir accueilli la dernière étape du circuit de la Coupe d’Europe sur les secteurs de Soldeu – El Tarter, Grandvalira se prépare pour les Finales de la Coupe du monde de ski alpin 2023.

Du 14 au 20 mars dernier, près de 200 coureurs venus de 34 pays s’étaient donné rendez-vous pour cette compétition de haut niveau sur les légendaires pistes internationales Avet (Soldeu) et Àliga (El Tarter). Il s’agissait-là d’une étape importante, mais aussi symbolique, avant le vote qui désignera le pays hôte des Championnats du Monde de ski alpin 2027 en mai prochain.

Cérémonie de clôture des Finales de la Coupe d’Europe 2022 – Grandvalira (Andorre)

La compétition, dans l’ADN de Grandvalira et de l’Andorre

L’histoire entre l’Andorre et l’accueil de compétitions internationales ne date pas d’aujourd’hui. « Tout a commencé par un rêve que portait l’ancien Président de la Fédération andorrane qui souhaitait organiser les Championnats du Monde », nous explique David Hidalgo, Directeur Général de Grandvalira – Soldeu El Tarter et Directeur général du Comité organisateur des Finales de la Coupe du Monde de ski Alpin et de la Coupe d’Europe.

« A l’époque, cela nous paraissait impossible mais nous avons commencé à travailler à l’accueil de différentes compétitions. Les finales de Coupes d’Europe et Coupes du Monde se sont particulièrement bien passées. Et en 2019, la FIS nous a indiqué que nous étions prêts pour accueillir des Championnats du Monde de ski ».

Domaine skiable de Grandvalira

Des finales de Coupe d’Europe 2022 historiques

Ces finales de la Coupe d’Europe 2022 resteront dans les mémoires pour leurs promesses de ski au plus haut niveau, leurs descentes spectaculaires et leurs victoires palpitantes. Mais on se souviendra aussi des images d’une équipe travaillant à 150% pendant des heures pour tout faire pour préparer les pistes touchées par des conditions météorologiques défavorables.

Le sacre de Joan Verdú au milieu des siens

Ces finales de Coupe d’Europe 2022 qui ont rassemblé à Grandvalira les meilleurs skieurs européens dans leur catégorie, étaient la quatrième édition organisée dans la Principauté.

Malgré une météo peu clémente qui a entraîné l’annulation de certaines épreuves, ces finales de Coupe d’Europe resteront dans les annales du ski andorran. Le moment historique de ces compétitions est sans aucun doute le triomphe de l’andorran Joan Verdú, qui a connu une trajectoire ascendante depuis le début de la saison avec trois victoires dans le circuit de la Coupe d’Europe, et qui devient à Grandvalira le champion de la discipline.

Un moment unique pour Joan Verdú, mais aussi pour le public qui a vécu au rythme effréné de la descente de son champion, et a célébré sa victoire avec une grande émotion.

Des athlètes reconnaissants du travail accompli

Le champion andorran Joan Verdú, qui a testé le niveau de nombreux sites de compétition, ne manque pas d’éloges pour sa station : « Nous n’avons rien à envier ». Áliga et Avet « sont deux grands circuits, auxquels il faut ajouter l’implication de tout un pays ». Peut-être que d’autres pays « sont plus habitués à accueillir de grands événements, mais l’atmosphère n’est pas aussi spéciale qu’ici« .

Finales de la Coupe d’Europe 2022 à Grandvalira. Travail de salage de la piste de l’Aliga ®ERIC ROSSELL
Victoire de l’andorran Joan Verdú, +a l’occasion des finales de la Coupe d’Europe de ski alpin 2022 à Grandvalira. ®ORIOL MOLAS

I Love Ski est allé à la rencontre du coureur haut-pyrénéen Adrien Fresquet. Il revient sur l’accueil qui lui a été réservé à Grandvalira lors de ces Finales de Coupe du Monde. « J’ai passé toute ma jeunesse à Font Romeu et j’allais souvent m’entraîner en Andorre. Grandvalira est un super domaine, qui se donne à fond pour faire de belles courses et pour nous permettre de nous exprimer au mieux. Ils ont tout pour faire de grands évènements. Ce n’est pas souvent que nous avons une organisation comme celle-là en Coupe d’Europe. Le Team Hospitality est vraiment très complet, c’est un endroit qui nous accueille durant la compétition et qui nous permet de nous préparer au mieux pour la compétition ».

En piste pour les finales de la Coupe du Monde de ski alpin en 2023

A peine les finales de Coupe d’Europe terminées, Grandvalira est de nouveau dans les strating-blocks pour son prochain rendez-vous international en 2023, à l’occasion des Finales de la Coupe du Monde de ski alpin 2023.

Enric Barbier, Directeur Technique de Grandvalira – Soldeu El Tarter, revient avec nous sur les préparatifs : « L’organisation de Finales de la Coupe du Monde de ski alpin 2023 est très similaire à celle d’une Coupe d’Europe mais avec des retransmissions en plus, des écrans géants, etc. D’un point de vue technique, sur la piste, cela ne change absolument rien. Nous sommes prêts. Côté logistique, la famille sportive est beaucoup plus grande car il y a beaucoup plus d’accompagnants ».

Sur ces évènements, l’empreinte carbone est surveillée de près par l’organisation : « on nous demande de l’anticiper », précise Enric Barbier. « Nous disposons d’une dameuse hybride, et nous privilégions bien entendu les transports collectifs. La protection de l’environnement est un travail de longue haleine pour laquelle nous oeuvrons tout au long de l’année».

Les yeux déjà rivés sur 2027

Pour l’Andorre, et Grandvalira en particulier, ces finales de Coupe d’Europe avaient une saveur plutôt inédite. Elles se déroulaient 2 mois seulement avant le vote qui déterminera le pays qui accueillera les Championnats du Monde de ski alpin en 2027 et tout juste un an avant les Finales de la Coupe du monde de ski alpin 2023. Le dépassement et l’effort sont l’essence du sport, des valeurs que l’équipe technique de Grandvalira a véhiculées dans le travail de récupération de la piste d’Àliga.

Toute l’équipe de l’organisation prête pour accueillir les Finales de la Coupe du Monde de ski alpin 2023 – Grandvalira (Andorre)

Un savoir-faire andorran

Wim Rossel, coordinateur FIS de la Coupe d’Europe masculine, a souligné la grande « motivation » de l’organisation de Grandvalira, bien supérieure à celle d’autres stations. « Dans d’autres stations d’Europe, certains auraient déclaré qu’ils ne peuvent pas le faire, c’est trop dur, mais ici vous n’abandonnez jamais, vous êtes incroyables ». Son homologue de la catégorie féminine, Jordi Pujol, partage cet avis. « L’une des caractéristiques qui distingue l’Andorre des autres sites est l’accueil et l’attitude, l’envie que chacun y met ».

Jordi Pujol a qualifié la semaine des finales de  » très difficile « , mais en même temps, « cela a été une grande expérience d’apprentissage pour les futures compétitions dans le pays. Des choses ont été faites qui n’avaient jamais été faites auparavant », faisant référence à la récupération de la piste d’Àliga.

Station de ski de Grandvalira

« David contre Goliath » 

La candidature de l’Andorre (Grandvalira) pour l’accueil des Championnats du Monde de Ski Alpin 2027 est en concurrence avec l’Allemagne (Garmisch Partenkrichen), la Suisse (Crans Montana) et la Norvège (Narvik).

« Aujourd’hui, nous sommes là, en train de présenter une candidature pour 2027, avec une très bonne expérience pour l’organisation de compétitions ce niveau là ».

Dans cette candidature pour 2027, nous sommes David contre Goliath (et il y a 3 Goliaths à vaincre!!)

, ironise David HIDALGO.

« La candidature andorrane est une candidature très sérieuse et très organisée. Elle propose une conception novatrice de l’événement avec bien-sûr la partie sportive, mais également la partie festive. Nous nous sommes inspirés du Sportainment (combinaison de la diversion, du festival en complément du sport). Je pense que nous pouvons apporter une vision moderne d’un évènement qui sera mémorable pour le compétiteur mais aussi pour le touriste », précise David HIDALGO.

« Quand on parle de Championnats du Monde, on parle de 15 jours de compétitions. La compétition de ski en elle-même est terminée en 1h / 1h30. Nous avons préparé 2 semaines de festivités absolues autour de la compétition. Nous allons couronner le Champion du Monde, et c’est vraiment important d’un point de vue sportif. Mais la candidature de l’Andorre va bien au delà de la seule compétition ».

Un budget de 40 millions d’euros sans financement public

Minutieusement préparé et détaillé, le Master Plan pour l’accueil des championnats du monde de ski Alpin 2022 comporte un budget de 40 millions d’euros. « La partie la plus importante du financement provient des droits de télévision, et il y a ensuite une partie Ticketing, merchandising. Et le plus important dans ce projet est qu’il n’y a pas besoin de financement public. En ce moment, c’est vraiment une grande différence par rapport à d’autres Championnats du monde », explique David HIDALGO.

Finales de Coupe du monde de ski alpin 2023 et Championnats du monde 2027 : le projet de tout un pays

« Les Championnats du Monde se déroulent sur deux semaines voire trois de compétitions. Nous avons besoin de faire des sélections pour les finales, et nous avons besoin d’autres pistes qui sont en cours d’homologation, notamment sur la station voisine de Pal Arinsal», nous explique Enric Barbier, Directeur Technique de Grandvalira – Soldeu El Tarter.

Dans le cadre de la candidature de l’Andorre, Grandvalira travaille main dans la main avec la station voisine de Pal Arinsal. « Nous allons organiser les qualifications pour le Slalom et le Géant à Pal Arinsal. C’est un exemple de collaboration qui démontre que nous sommes dans un projet global au niveau de l’Andorre. Cela est unique. Il y aura des évènements et des compétitions partout. Avec Pal Arinsal, nous avons déjà initié un rapprochemenent. L’idée est d’avoir une seule destination de ski en Andorre et nous travaillons tous dans cette direction », conclut David HIDALGO.

Grandvalira et l’Andorre accueilleront en 2023 les Finales de la Coupe du Monde de ski alpin en Andorre, et le Freeride World Tour sur Ordino Arcalis. En été, les Championnats du Monde et la Coupe du Monde de VTT seront organisés sur Pal Arinsal, ainsi qu’une probable arrivée de la Vuelta de España. « Et dans un futur proche, nous espérons que le Tour de France retournera en Andorre. Ce sont autant d’expériences dans l’organisation d’évènements d’envergure internationale », conclut David HIDALGO.


A lire aussi…

Pâques. Et si vous faisiez durer le plaisir (du ski) à Grandvalira ?