Les vacances de février 2022 se sont terminées, et cette saison restera sans aucun doute dans les annales, à plusieurs égards. Tout d’abord, parce que les remontées mécaniques ont été à l’arrêt durant toute la saison dernière, après une interruption inopinée en mars 2020 pour cause de crise sanitaire. Et à l’automne dernier, c’était non sans un nœud à l’estomac que les stations attendaient l’annonce ouverture des remontées mécaniques.
Finalement, pour le plus grand bonheur des skieurs, cette saison d’hiver a été lancée, avec son lot de rebondissements : bien sûr les chutes de neige, mais aussi des fermetures de frontières, un pass COVID, la hausse des coûts de l’énergie, et maintenant la crise en Ukraine qui laisse planer de nombreux doutes sur les dernières semaines de ski de la saison.

Des chiffres records dans les Alpes du Nord et les Pyrénées

Le mois de février et les vacances scolaires représentent un moment fort dans la saison hivernale. Pour certaines stations, cette période de vacances peut représenter près de 50% de leur chiffre d’affaires.
Une période d’autant plus stratégique pour les stations que les quatre semaines de vacances étaient particulièrement bien équilibrées cet hiver entre les zones françaises mais aussi avec la clientèle étrangère.

Station de ski de l’Alpe d’Huez – Janvier 2022

Vacances de février 2022 : une nette progression par rapport à l’hiver 2019-2020

Les quatre semaines de vacances scolaires ont toutes fait le plein, enregistrant des taux d’occupation homogènes. La fréquentation par massif est également équilibrée, et ce malgré un niveau d’enneigement hétérogène : ainsi, les Alpes du Nord enregistrent un taux d’occupation des hébergements de 87%, les Alpes du Sud de 84% et les Pyrénées de 83%.
Même constat selon l’altitude des stations : celles situées au-dessus de 1300 mètres ont été occupées à 87%. Et si les stations situées entre 630 et 1250 mètres sont légèrement en dessous (83% d’occupation), ce sont elles qui enregistrent la plus forte progression (+6%) par rapport à la saison 2019-2020.

Descente en ski sur la station de Val Cenis durant les vacances de février 2022 – Sébastien Tachet®

Dans les Alpes du Nord, Yves Dimier, Directeur de la station de Val Cenis enregistre, à la fin des vacances de février, une légère hausse du nombre de journées ski et +10% du chiffre d’affaires. « Les 3 semaines de Noël et jour de l’An avec la clientèle française, belge, néerlandaise et italienne ont été très bonnes. Janvier a été correct, avec une légère baisse. On arrive à la fin des vacances de février qui ont été exceptionnelles (et qui pèsent 40% de notre chiffre d’affaires) avec des résultats qui sont très satisfaisants ».

« Nous avons profité cet hiver d’un zonage favorable et d’une météo clémente avec de la neige et surtout du soleil. Il y a une véritable appétence pour le ski »

« A Val Cenis, nous étions cet hiver sur le positionnement idéal, avec beaucoup de clients français et une clientèle étrangère qui a pu venir. Nous faisons une bonne saison après les années difficiles que l’on a vécu. C’est très bien mais la fin de saison reste à confirmer. L’année prochaine, le zonage des vacances scolaires ne sera pas aussi bon ».

Moment de contemplation sur la station de ski de Val Cenis – février 2022. Sébastien Tachet®

Saison exceptionnelle pour le groupe Altiservice

Dans les Pyrénées, les stations de ski du groupe Altiservice (Saint-Lary, Font Romeu et Cambre d’Aze) vivent actuellement une saison exceptionnelle en tous points de vue. « Nous avons eu un enneigement précoce et les clients ont pu faire du bon ski avec des domaines ouverts à 100% depuis la Purisima début décembre », nous explique Jacques Alvarez, Directeur de Font Romeu Pyrénées 2000, et Directeur Marketing Commercial Communication du groupe Altiservice.

Station de ski de Saint-Lary durant les vacances de février 2022. Page Facebook Altiservice Saint-Lary®

La station de Saint-Lary située dans les Hautes-Pyrénées enregistre une hausse de +2% du nombre de journées skieurs par rapport à 2013/2014 et une hausse de +30% par rapport à la saison 19/20. À ce jour, elle comptabilise près de 560.00 journées skieurs.
Dans les Pyrénées Orientales, la station de Font Romeu Pyrénées 2000 a enregistré à ce jour 470.000 journées skieurs. Ces chiffres représentent une hausse de +15% par rapport à 19/20, et +14% par rapport à 2016-2017 qui était la saison record pour la station catalane.

Station de ski de Font Romeu Pyrénées 2000 durant les vacances de février 2022

La station du Cambre d’Aze n’est pas en reste, qui atteint déjà les résultats de sa saison record, avec 90.000 journées skieurs une hausse de +30% par rapport à 2019-2020.

« Le groupe Altiservice cumule à ce jour 1.127.000 journées ski, un record pour le groupe qui avait enregistré 1.000.000 journées ski lors de sa meilleure saison. Et la saison n’est pas finie ! »

« Les stations du groupe ferment le 03 avril, et les réservations pour les prochaines semaines sont très bonnes, selon l’observatoire G2A. Cet hiver, nous avons également observé un regain important des clientèles espagnoles et catalanes tout au long de l’hiver », conclut Jacques Alvarez.

920.000 journées ski pour le groupe N’PY à l’issue des vacances de février 2022

Le groupe N’PY qui englobe les stations de Peyragudes, Piau Engaly, Grand Tourmalet, Cauterets, Luz, Gourette et La Pierre Saint Martin, affiche des résultats plus que satisfaisants depuis le début de la saison.
Durant les vacances de février, les stations de ski N’Py ont enregistré 920.000 journées de ski (jusqu’au 3 mars), soit 17% de plus que les vacances de février 2020 (3% de plus que la moyenne des 3 dernières années, 2019 – 2020 – 2021).
Un total de 1.824.000 journées de ski a été enregistré depuis le début de la saison, soit une augmentation de 11% par rapport à la saison 2019/2020 à des dates comparables.

Apprentissage du ski sur la station de Peyragudes – 06 mars 2022

« La liberté retrouvée sur les pistes a envoyé un signal positif à toutes les parties prenantes, aux skieurs, aux touristes et à tous les amoureux de la montagne en général. Le bilan de ces 4 semaines de vacances, et plus généralement depuis l’ouverture des stations, est extrêmement encourageant après deux années marquées par les conséquences de la pandémie de Covid. Nous restons attachés au maintien de l’activité et de l’emploi dans nos zones de montagne, et ce tout au long de l’année avec une stratégie touristique axée sur les 4 saisons. Mais la saison de ski n’est pas encore terminée, la dernière station ferme le 24 avril ».

« Poursuivons notre mobilisation collective pour faire de cette année particulière la saison de tous les records »

, a déclaré Carole DELGA, Présidente de de la Compagnie des Pyrénées.

La station de Peyragudes enregistre quant à elle une hausse de +4% de fréquentation pendant les vacances scolaires et +14% depuis le début de la saison. « Cette progression s’explique par un très bon début de saison en décembre et un mois de janvier 2022 qui enregistre une hausse de +30% » nous précise Laurent Garcia, Directeur de la station de Peyragudes.

Station de ski Ax 3 Domaines. Page Facebook Ax 3 Domaines ®

Même constat sur la station de Ax 3 Domaines qui comptabilise plus de 330.000 journées ski et plus de 8 millions d’euros de forfaits ski. Cette saison, la station ariégeoise espère battre son record de 2017-2018.

Clientèle internationale : les Britanniques de nouveau 1er de cordée

En raison des restrictions outre-Manche, les Britanniques n’avaient pas pu se rendre dans les massifs français à Noël et en janvier. Ils retrouvent, à l’issue des vacances de février, la 1ère place en matière de fréquentation internationale, avec plus d’un quart des nuitées (26,4%). La fréquentation de cette clientèle apparait cependant en recul de 5% des nuitées par rapport à la saison 2019-2020.

Accès aux pistes de ski en train. Pixabay®

Le podium est complété par les clientèles néerlandaises (18% des nuitées) et belges (13% des nuitées). Au 4ème rang des nationalités représentées, les Suisses sont très proches des Belges (12% des nuitées).

Le ski alpin reste l’activité numéro 1 pendant les vacances de février 2022 à la montagne

Si la consommation touristique, dans sa globalité, a été soutenue, le ski alpin reste l’activité n°1 pendant les vacances d’hiver, lesquelles concentrent 36% des journées skieurs. De manière générale, selon les données du Syndicat national des moniteurs de ski français, les ventes en ligne de cours de ski pour l’ensemble de la saison ont progressé de 11% par rapport à la saison 2019-2020.

Concernant les activités « hors ski », la demande s’est tournée prioritairement vers les promenades en raquettes, à pied et en chiens de traineaux, majoritairement annoncées en hausse par rapport à la saison 2019-2020.

alpe-dhuez-soleil
ILoveSki®

Pour Jean-Luc BOCH, Président de l’ANMSM : “Les Français, mais aussi la clientèle étrangère, ont une nouvelle fois plébiscité la montagne pour leurs vacances d’hiver, et ce malgré une situation sanitaire qui n’était pas stabilisée. C’est une immense bouffée d’oxygène pour tout l’écosystème de la montagne. La suite de la saison, et notamment les vacances de Printemps, reste pour le moment plus incertaine au regard de l’actualité, avec pour l’instant un retard des réservations, notamment concernant les clientèles internationales ».

Déficit de précipitations dans les Alpes du Sud

Selon les scientifiques, l’hiver 2021-2022 qui s’est terminé ce lundi 28 février, a été souvent sous l’influence de conditions anticycloniques. Dans son bilan hivernal, Météo France revient sur les perturbations qui ont été « peu fréquentes sur le sud du pays mais qui se sont accompagnées de fortes chutes de neige et de précipitations abondantes sur les Pyrénées début décembre, puis début janvier, provoquant d’importantes crues et inondations, des Landes et des Pyrénées-Atlantiques à l’Ariège ».

Paradoxalement, les précipitations dans le Sud-Est et la Corse ont été quasi absentes. L’hiver météorologique dans le sud-est de la France a été marqué par des records de chaleur, d’ensoleillement mais également un taux anormalement bas de précipitations.

Écart à la normale 1981-2010 des précipitations en France en décembre 2021 et janvier 2022. Source : meteo-villes.com

Au Val d’Allos, la station n’enregistre qu’un mètre de neige cumulé depuis le début de la saison, alors qu’elle en enregistre plus de 3 mètres lors d’une saison dite normale.

« La neige naturelle a fait cruellement défaut cet hiver et le décor ne faisait pas rêver »

, nous explique Gérard Bracali, Directeur des Domaines Skiables du Val d’Allos qui enregistrent une baisse de -15% du nombre de journées ski par rapport à la moyenne des 3 dernières saisons.

« Nous avons souffert d’un manque de neige naturelle en comparaison avec d’autres stations. Comme nous n’avions pas des domaines ouverts à 100%, nous avons dû appliquer des réductions. Face au contexte, une partie de notre clientèle a été vers d’autres domaines skiables ».

Station de ski du Val d’Allos. Val Allos®

Gérard Bracali nous explique que la fréquentation de la station semble similaire aux autres saisons mais que le taux de pratique du ski a diminué. « Nous avons constaté que les visiteurs étaient là, mais le taux de transformation de nuitées en journées ski est plus faible. Les gens sont venus et ils ont inscrit leurs enfants à l’école de ski, mais n’ont pas forcément skié. Nous avons d’ailleurs battu des records de fréquentation pour la luge. Est-ce une nouvelle clientèle qui découvre la montagne ? Est-on à des prémices de nouvelles tendances ? »

Toutes ces tendances restent bien évidemment à confirmer et les dernières semaines de la saison pourraient être de belles opportunités de ski.
A Val Cenis, la tarification dynamique permettra aux skieurs de profiter de bons plans pour les forfaits de ski.
Enfin, le « Printemps du ski » fait son grand retour cette année dans les stations de ski françaises avec des remises allant jusqu’à -25% comme dans les stations du groupe Altiservice. Alors si vous êtes encore en manque de ski, ne ratez pas l’occasion de profiter du ski de printemps !