Pour Aleksander Aamodt Kilde, l’année 2022 a démarré par une performance d’exception. Gravement blessé début 2021, le skieur norvégien a en effet réussi à inscrire son nom sur les deux grandes classiques de janvier que sont les descentes de Wengen et Kitzbühel. C’est notre premier skieur du mois pour 2022 !

Lorsqu’on l’avait laissé fin décembre pour quelques jours de repos bien mérités après son récital à Bormio, Aleksander Aamodt Kilde comptait déjà 3 victoires depuis le début de la saison. Le norvégien était monté sur la plus haute marche du podium en descente et en Super-G sur la Birds of Prey à Beaver Creek, et en Super-G sur la Stevio à Bormio.

Un retour au sommet après une très grosse chute en 2021

Ce qui est en soi déjà exceptionnel compte tenu de la grave blessure que le norvégien a contracté en janvier 2021. On se souvient encore de sa très grosse chute à l’entraînement en Autriche et de l’annonce de l’équipe norvégienne qui avait suivi : rupture du ligament croisé du genou droit, saison terminée ! Ce qui l’avait empêché de poursuivre son duel avec Alexis Pinturault dans la conquête du gros globe de cristal.

« C’est incroyable. Je n’aurais jamais pu l’imaginer moins d’un an après ma blessure au genou. C’est incroyable d’avoir pu revenir si vite et à un tel niveau », déclarait Kilde à l’AFP début janvier après sa superbe victoire à Bormio.

Le retour au haut niveau a été tout un apprentissage pour le skieur norvégien. Il a dû faire face à des situations auxquelles il n’avait jamais été confronté auparavant. Dans une interview récente diffusée sur le web « Olympics » du Comité International Olympique, le skieur norvégien est revenu sur les défis qu’il a rencontré durant sa convalescence. Il a notamment expliqué avoir été beaucoup inspiré par les performances des athlètes norvégiens présents aux Jeux Olympiques de Tokyo.

Aleksander Aamodt Kilde
Début de saison exceptionnel pour Aleksander Aamodt Kilde qui avait déjà remporté 3 victoires en fin d’année 2021 – Copyright photo @usskiteam

Le retour au haut niveau a été tout un apprentissage pour le skieur norvégien. Il a dû faire face à des situations auxquelles il n’avait jamais été confronté auparavant. Dans une interview récente diffusée sur le web « Olympics » du Comité International Olympique, le skieur norvégien est revenu sur les défis qu’il a rencontré durant sa convalescence. Il a notamment expliqué avoir été beaucoup inspiré par les performances des athlètes norvégiens présents aux Jeux Olympiques de Tokyo.

Toujours est-il que le skieur norvégien arrive en bonne forme au bon moment dans ce mois de janvier durant lequel se déroule les 2 grandes classiques du ski alpin dans les disciplines de la vitesse. D’abord Wengen, avec la plus longue descente de la saison sur le Lauberhorn, puis Kitzbühel et sa descente mythique sur la Streif.

Une démonstration sur le Lauberhorn

La première course qui se dispute à Wengen sous un très beau soleil est un Super-G. En progression à chaque sortie dans les disciplines de la vitesse, le suisse Marco Odermatt est remarquable et surtout intouchable sur cette course. Aleksander Aamodt Kilde signe une performance de choix en décrochant une très belle deuxième place.

Place ensuite à la première descente de ce long week-end qui se déroule le vendredi sur un parcours raccourci d’environ 1 kilomètre par rapport à son tracé habituel. C’est d’abord le suisse Beat Feuz, trois fois vainqueur sur le Lauberhorn (en 2012, 2018 et 2020), qui impressionne et s’installe sur le fauteuil de leader. Mais Kilde, qui s’est élancé avec le dossard 11, fait une démonstration de sa maîtrise des courses de vitesse.
Il réussit à devancer Feuz de 30 centièmes sur la ligne au terme d’une descente où il est exceptionnel de maîtrise, domine ses adversaires sur la partie haute et ne commet aucune faute de haut en bas du tracé.

Aleksander-Kilde
Classement de la descente de Wengen – Infographie copyright Eurosport

Avec cette première victoire de sa carrière au pied du Lauberhorn, Aleksander Aamodt Kilde prend la tête du classement de la Coupe du monde de descente. Il rejoint ses compatriotes Lasse Kjus (1999) and Aksel Lund Svindal qui avait remporté eux aussi la descente de Wengen, respectivement en 1999 et 2016.

La seconde descente prévue le samedi, cette fois sur le parcours habituel, est marquée par le dernier départ en Coupe du monde du suisse Carlo Janka surnommé « Iceman ».

C’est Vincent Kriechmayr qui remporte cette descente devant le Suisse Beat Feuz, sous les sifflets du public suisse ! Après avoir disputé aucun entraînement, l’Autrichien a été autorisé à prendre le départ des descentes de Wengen grâce à une décision de la FIS, très contestée par le monde du ski alpin !

De son côté, Kilde est plus en retrait que la veille sur ce long tracé et termine 7e. Il cède à cette occasion la tête du classement de la descente à l’italien Dominik Paris.

Aleksander Aamodt Kilde, vainqueur sur la mythique Streif à Kitzbühel

Kitzbühel et sa mythique Streif… Ce n’est pas vraiment sur cette piste que Kilde a réussi de grandes performances jusqu’à ce 21 janvier 2022. Son palmarès sur la Streif est en effet plus que maigre avec un seul podium en super-G, et une 6e et 9e place en descente.
Mais dès le premier entraînement, Kilde adresse un message très clair à tous ces adversaires en étant le plus rapide.

Cette année, le programme de la 82e édition des courses du Hahnenkamm prévoit deux descentes et un slalom, le tout couru devant une jauge réduite à 1000 personnes. Donc quasiment personne comparativement aux dizaines de milliers de fans qui se pressent habituellement autour de la raquette d’arrivée de la Streif.

La première descente a lieu le vendredi 21 janvier. Compte tenu du vent qui souffle sur le sommet du Hahnenkamm, le départ a été abaissé. Aleksander Aamodt Kilde est impressionnant, dominateur et son ski fait le reste notamment dans toute la partie médiane du tracé. Son chrono ne sera jamais battu. A 29 ans, Aleksander Aamodt Kilde remporte pour la première fois de sa carrière cette descente mythique de Kitzbühel.

Légende : Revivez la descente victorieuse d’Aleksander Aamodt Kilde sur la Streif, avec pour la première fois des images tournées par un drone.

Il poursuit sa très belle série de victoires, la 6e depuis le début de la saison et la 3e en descente. A titre comparatif, au cours de la saison de son gros globe en 2020, Kilde n’avait remporté que 2 courses !

Il réussit également le fabuleux doublé Lauberhorn-Streif qui est très rare puisque cela n’était pas arrivé depuis 2009 avec le champion olympique Suisse Didier Defago. Et il reprend le dossard rouge, symbole du meilleur classement en descente.

Avec cette victoire, Aleksander Aamodt Kilde devient aussi le 4e skieur norvégien à gagner sur la Streif après Åtle Skårdal (1990), Lasse Kjus (1999 et 2004) et Kjetil Jansrud (2015).

Sur le podium avec Kilde, on retrouve deux français, Johan Clarey et Blaise Giezendanner, qui signent à cette occasion une extraordinaire performance.

Un bilan comptable plus que satisfaisant

A fin janvier, le bilan d’Aleksander Aamodt Kilde dans les différents classements est très positif. En descente, le norvégien est en tête avec 445 points devant le Suisse Beat Feuz (437 points) et l’Autrichien Matthias Mayer (402 points).

Aleksander Aamodt Kilde podium
De gauche à droite, Matthias Mayer, Aleksander Aamodt Kilde et Beat Feuz, qui occupent la tête du classement en descente.Ici, sur le podium de la descente de Beaver Creek Copyright photo @usskiteam

En Super-G, Kilde est également le leader avec 380 points. Suivent Marko Odermatt à 61 points et Matthias Mayer à 90 points.

Enfin, dans la course au globe de cristal, Marco Odermatt est pour l’instant intouchable, le skieur suisse comptant 375 points d’avance sur Kilde ! D’autant que le norvégien, contrairement à Odermatt, ne dispute pas les géants afin de préserver son genou.

A la conquête d’une médaille olympique

Après avoir remporté le gros globe en 2020, Kilde participera aux Jeux Olympiques de Pékin avec l’espoir de remporter enfin une première médaille dans une grande compétition internationale.


En 2018, Kilde était passé complétement à côté des Jeux Olympiques de Pyeongchang en Corée du Sud, en terminant à la 13e place en Super-G, à la 15e en descente et en ne terminant pas le géant. Quant aux championnats du monde de Cortina d’Ampezzo en février 2021, il n’avait pas pu y participer en raison de sa blessure.

Fort de son expérience, de son niveau de confiance et de la qualité de son ski, Aleksander Aamodt Kilde sera assurément un client très sérieux pour monter sur le podium olympique de Pékin dans une, voire deux, des disciplines de vitesse.

Photo à la Une : copyright ®usskiteam