S’il vous êtes arrivé un jour de vous demander si vous pourrez continuer à skier en 2050 avec vos enfants ou petits-enfants … pas de panique ! Selon un spécialiste de la prévision des avalanches, Robert Bolognesi, «nous continuerons à skier en 2050», malgré les signes évidents du réchauffement climatique.

Ce scientifique franco-suisse a développé des programmes informatiques et des algorithmes capables non seulement d’analyser, mais aussi de produire du méta-raisonnement et d’apprendre ainsi à prédire les futures avalanches. Ce spécialiste affirme que le ski n’est pas menacé à moyen terme. Il poursuit sa déclaration en indiquant qu’il continuera à y avoir beaucoup de neige dans les zones au-dessus de 1 500 mètres pendant encore de nombreuses années.

Robert Bolognesi
Image : relevés météorologiques du scientifique Robert Bolognesi

L’affirmation de Robert Bolognesi diffère grandement de ce que la plupart des scientifiques affirment à propos du réchauffement climatique et de ses effets néfastes sur la masse de glace et de neige dans le monde.

Alors d’où vient votre révélation divergente?

Ses affirmations sont étayées par des données homogénéisées de MétéoSuisse concernant deux points d’observation. Le premier se situe au col du Grand-Saint-Bernard, situé à 2472 mètres d’altitude, et qui enregistre près de 156 ans de données. Le second se situe au Château-d’Oex, à 1028 mètres d’altitude, avec 120 ans d’enregistrements.

Les données montrent dans les deux cas un réchauffement hivernal sur plus d’un siècle, mais un refroidissement en janvier et février au cours des trente dernières années, qui s’amplifie de plus en plus à des altitudes plus élevées.

NOUS observons un refroidissement en janvier et février au cours des 30 dernières années ».

conclut ce spécialiste des avalanches qui affirme qu’il sera encore possible de skier en 2050.

Comment les stations de ski peuvent-elle faire face au changement climatique ?

Une étude de 2016 publiée par le Journal of Climate qui a basé ses données sur le programme régional nord-américain d’évaluation des changements climatiques, affirme que le ski alpin pourrait devenir une activité de plus en plus « exotique » en raison des effets durables du changement climatique.

Cette déclaration est liée au fait que les États-Unis devraient enregistrer 90 jours de moins en dessous de zéro degré Celsius d’ici 2050, chaque année.

Heureusement, les technologies d’enneigement progressent rapidement et pourraient atténuer une partie de l’instabilité météorologique.

Le ski en hiver pourrait perdre de son importance avec des stations de montagne qui devraient se convertir petit à petit en destinations touristique toute l’année et offrir un plus grand choix d’activités. Le changement climatique donne également aux stations de ski la possibilité de réduire leur propre impact sur les émissions de carbone en passant à des sources d’énergie plus propres. Une prise de conscience déjà largement formalisée par une liste d’éco-engagements des domaines skiables de France, et notamment un objectif de neutralité Carbone d’ici 2037.

© Kevin Hand, The Wall Street Journal

De l’ensemencement des nuages ​​à la création de flottes de nuages ​​artificiels, voyons à quoi pourraient ressembler les stations de ski dans les années à venir et quelles technologies seront utilisées pour que nous puissions continuer à profiter de ce sport d’hiver.

Ensemencer des nuages ​​pour augmenter la couverture de neige dans les montagnes et skier en 2050

L’ensemencement des nuages, qui désigne l’acte de modification des nuages ​​pour augmenter la couverture neigeuse des montagnes, est déjà pratiqué dans certains domaines skiables. Cependant, son efficacité scientifique n’a été prouvée que l’année dernière.

Selon le PDG d’Advanced Radar Co., Neil Brackin, une entreprise qui vend des systèmes de radar météorologique, l’ensemencement des nuages ​​consiste à utiliser des générateurs pour pulvériser de l’iodure d’argent dans une masse de nuages ​​glacés afin de transformer les gouttelettes d’eau en neige. Ce processus peut potentiellement augmenter les chutes de neige jusqu’à 15%. 

«Les générateurs du futur pourraient être plus précis et lancer des matériaux de plantation plus sophistiqués dans le ciel», déclare M. Brackin. «Les programmes d’ensemencement en nuage pourraient coûter aux stations de ski entre 100 000 et 1 million de dollars par an», ajoute-t-il.

Création de flottes de nuages ​​artificiels

Il est très probable que beaucoup d’entre nous se soient demandé, au moins une fois dans leur vie, si nous serions capables de créer ou de déplacer des nuages ​​afin de décider où tomberaient les précipitations.

Une société autrichienne appelée Neuschnee GmbH a investi plus de 1,8 million d’euros pour transformer cette idée en une réalité plausible afin de révolutionner l’industrie du ski. L’entreprise a développé un nuage de neige artificiellement recréé dans une chambre en forme de ballon.

Cela comprendrait un processus d’injection de particules de glace dans une structure en bois soutenue sur des tiges d’acier et enveloppées dans des membranes en nylon qui sont ensuite jointes avec des gouttelettes d’eau. Cette méthode pourrait former jusqu’à 300 mètres cubes de flocons de neige par jour.

© Chambre de nuages pour la fabrication de neige – Autodesk, Redshift

La société recherche de nouvelles collaborations pour poursuivre le développement de ce projet prometteur. Un nouveau process que les stations de ski pourraient utiliser pour donner aux pistes un enneigement naturel, en déployant des flottes de nuages artificiels autonomes.

A ce jour, ce système d’enneigement est relativement nouveau et n’a pas encore fait ses preuves sur les domaines skiables. Mais plus ces chambres de nuages seront demandées, plus elles seront développées pour augmenter leur capacité de production et concurrencer les installations de neige de culture actuelles.

Des canons à neige de plus en plus efficaces

Les températures mondiales affichant une augmentation lente mais régulière chaque année, les canons à neige ont été les principaux responsables de la sauvegarde de nombreuses stations de ski au fil des ans.

Nous ne pouvons pas prédire exactement dans quelle mesure le climat se réchauffera au fil des ans. Certains scientifiques prédisent que d’ici 2050, les températures mondiales auront augmenté jusqu’à 2 degrés Celsius. D‘autres se sont même aventurés à annoncer que les températures augmenteraient à un niveau étonnant de 6 degrés dans le monde.

Cañones de nieve en Métabief
Image : piste de ski Jura

Ce que nous pouvons aujourd’hui prédire, c’est l’amélioration de l’efficacité des canons à neige dans les années à venir. Une innovation récente d’un canon appelé « Slegdehammer » fabriqué par Fairbank, est capable de convertir deux fois plus d’eau en neige par heure par rapport aux machines conventionnelles. Une innovation à laquelle il faut ajouter le fait qu’ils pourront travailler plus efficacement à des températures plus chaudes.

Le fonctionnement de ces canons à neige est basé sur un concept simple. La vapeur entre en collision avec ce qu’on appelle le «nucléateur». Il s’agit généralement d’un grain de pollen ou de poussière, qui permet une transformation de gaz en solide. Cela signifie qu’avec le froid, il gèle, formant un cristal de glace en forme d’hexagone à six côtés – un petit flocon de neige.

Au fil du temps, ce petit cristal rencontre plus de molécules de vapeur d’eau, qui se collent et gèlent. Petit à petit, ce processus se transforme en un joli réseau de cristaux de glace. Le flocon de neige entièrement formé a généralement six côtés, car les molécules se lient naturellement à la structure hexagonale du cristal de glace.

©ILoveSki – Canon à neige.

Skier en 2050 grâce à l’innovation technologique

Si les affirmations de Robert Bolognesi sur la baisse des températures des mois de janvier et février au cours des 30 dernières années dans les montagnes suisses sont vraies, il s’agit d’une excellente nouvelle pour le secteur des sports d’hiver. Nos enfants ou nos petits-enfants pourraient ainsi découvrir les joies de la glisse en montagne.

Une lueur d’espoir pour un secteur durement touché par la crise sanitaire et qui bénéficie d’une image très positive auprès de la population. Les innovations technologiques progressent vite, presque plus vite, que le réchauffement climatique actuel et nous devrions en être reconnaissants.

Le ski n’est pas voué à disparaître, pas plus que les pistes de ski. Les stations de montagne, équipementiers et les grandes marques de ski devraient avoir encore de beaux jours devant eux.