Une soirée anti-covid19 mine la notoriété de la station de ski Chapelco de San Martín de los Andes. Pour rappel, la station avait ouvert ses portes la première semaine d’août. Une ouverture qui avait permis de développer l’activité touristique dans la région et notamment le tourisme de proximité. Quelques jours après l’ouverture, la station avait également accueilli les habitants des villes qui n’avaient pas enregistré de cas de coronavirus.

Les vidéos filmées dans un bar du Cerro Chapelco ont généré à la fois viralité et rejet, évoquant surtout une situation scandaleuse sur les réseaux sociaux. Les images montrent plus d’une centaine de personnes enfreignant les règles imposées lors de la pandémie de covid à San Martín de los Andes, dans la station de ski de Cerro Chapelco. Un petit nombre de personnes qui n’ont pas respecté les règles, sur les 3 000 visiteurs que Chapelco a reçus pendant ce week-end.

 

 

Soirée anti-covid ? Fermeture de l’établissement et amende administrative

Le parquet de Neuquén a ouvert une enquête pour manquement de mesures préventives en pleine pandémie de covid. De son côté, le ministère du Tourisme a procédé à la fermeture de l’établissement et a également infligé à l’établissement une amende de 200 000 pesos argentins (équivalent à 2 270 €).

« Saviez-vous qu’en Europe et à San Martín de los Andes, il n’y a plus de quarantaine?« ,

revendique un homme filmé lors de cette soirée, et dont la vidéo est devenue virale sur les réseaux sociaux.

Le parquet de Neuquén a indiqué dans son communiqué que «huit personnes ont été identifiées comme ayant participé à cette soirée anti-covid, grâce aux images de la vidéo qui circule sur les réseaux sociaux, et dans laquelle il est constaté qu’elles ne respectent pas le protocole sanitaire concernant l’utilisation des masques et la distanciation sociale ».

La ministre du Tourisme, Marisa Focarazzo, a assuré aujourd’hui qu' »il était regrettable de constater une telle irresponsabilité de la part des gens qui se trouvaient à ce moment-là, en fin de journée sur la station. Nous travaillons actuellement avec le gouvernement municipal et le parquet pour établir les responsabilités ».

«Nous avons déjà procédé à la fermeture de l’établissement. Ce dernier devra s’acquitter de la sanction établie dans le décret 478, incluant notamment une amende de plus de 200000 pesos. Une identification des personnes qui ont volontairement incité au non-respect des décrets nationaux et provinciaux sera effectuée« , a t’elle déclaré.