La première station de ski totalement autonome est actuellement en construction, dans la province de Mendoza (Argentine). Elle sera la première station de ski à disposer d’énergies renouvelables pour son fonctionnement et d’un système de production de neige sèche nécessaire pour fonctionner durant cinq mois dans l’année. Mais quel est le coût de ce projet ? Où sera t’il réalisé et comment sera-t’il accessible ?

La station de ski El Azufre se situera dans la province argentine de Mendoza. La station sera la première station de ski 100% autonome au monde. Elle utilisera de l’énergie renouvelable pour son fonctionnement, et un système de production de neige sèche nécessaire pour fonctionner 5 des 12 mois de l’année. Plus précisément, entre les mois de juin et octobre.

Cet ambitieux projet El Azufre est porté par plusieurs personnalités : Daniel Nofal, créateur d’Iplan et de la société d’énergie renouvelable Sustentator, Alejandro Spinello et le célèbre entrepreneur immobilier José Beccar Varela. Il sera développé dans une gigantesque propriété de plus de 13 000 hectares, situé à 210 kilomètres de la ville de Mendoza, et à 2400 mètres d’altitude.

 

El Azufre : un projet multi-millionnaire

Avec un investissement d’environ 200 millions de dollars, ce complexe disposera de nombreux services, et notamment d’hôtels d’une capacité totale de 2100 personnes. Ils offriront à leurs clients le service « ski in / ski out », des remontées mécaniques de dernière génération, et le plus grand hors-piste au monde. Une piste de ski de fond sera tracée au pied du volcan Peteroa, et se terminera par des piscines d’eau thermale. Les énergies éolienne et solaire seront utilisées pour les services de la station.

«Ces initiatives nécessitent des investissements permanents et des réinvestissements car les skieurs ont un niveau de dépenses très élevé. Ils logent dans des hôtels de premier ordre, louent du matériel, se déplacent, voyagent en avion, déjeunent dans de bons restaurants, entre autres », a indiqué Spinello.

Spinello Nofal et Beccar ont installé au cours des deux dernières années une base à El Azufre qui leur a permis d’étudier précisément la région. Ils ont été les premiers à habiter la vallée. Ils ont amené avec eux les meilleurs experts du monde entier pour développer le projet sur lequel ils travaillent sans relâche.

Camp de base actuel de El Azufre

Ils ont souligné que lorsque la station de ski fonctionnera, de véritables devises seront générées pour le pays avec une société basée à Mendoza, qui paiera des impôts dans la province.

 

Un projet multi-énergies : solaire, éolienne, géothermique et microhydroélectrique

Cette station de ski innovante utilisera non seulement des énergies renouvelables, mais s’inscrira dans une démarche plus globale. La vente de toutes sortes de produits jetables à usage unique sera absolument interdite au sein de ses installations.

«Nous voulons montrer au monde qu’une station de ski peut fonctionner différemment, sans structures en béton, ni devoir couper des arbres, avec des énergies renouvelables, du solaire et du vent ».

« Être durable n’est pas moins luxueux. Vous pouvez offrir un service luxueux et respectueux en même temps », a déclaré Spinello.

Quand El Azufre sera pleinement opérationnel, il créera 1 000 emplois directement et au moins 5 000 indirectement. «Dans le schéma directeur, nous avons prévu un petit aéroport dans la vallée pour que les gens arrivent à l’aéroport de Malargüe et puissent ensuite voler dans des avions plus petits en direction de la station de ski», a expliqué le partenaire fondateur.

Des spécialistes de l’énergie solaire ont été en charge d’étudier les courbes de niveau durant les 4 saisons de l’année. Ils ont finalement conseillé d’inclure l’énergie éolienne, géothermique et microhydroélectrique durant les mois de plus faible exposition au soleil (hiver). L’énergie de base sera géothermique, et obtenue à partir de l’utilisation de la chaleur de l’intérieur de la terre. Il y a une recherche constante de solutions durables.

« Tout change très vite, il y a de nouvelles avancées qui offrent de grands avantages »

, a précisé Spinello.

El Azufre : un lieu totalement méconnu des skieurs

L’endroit paradisiaque pour cette toute nouvelle station de ski a été découvert, par hasard, par Spinello il y a déjà quelques années. «Un hiver, une production internationale est venue à Mendoza pour réaliser un film sur la neige. Bien que le tournage se soit d’abord déroulé à Las Leñas, malheureusement à l’époque il n’y avait pas assez de neige. Ils ont donc dû survoler la montagne en hélicoptère à la recherche de meilleures conditions. C’est comme cela que nous avons découvert El Azufre », conclu l’homme d’affaires.

Volcan Peteroa

Autre avantage de ce futur paradis environnemental : le lieu est accessible par la route provinciale 226, populairement connue sous le nom de «route oubliée». Il s’agit d’un chemin de terre de 87 kilomètres que les promoteurs prévoient de paver à court terme. Cet itinéraire emprunte le col de Vergara pour rejoindre le Chili et est situé au pied du volcan Peteroa.