San Carlos de Bariloche, la ville située dans la région de Río Negro en Argentine, vient d’être déclarée « zone de catastrophe économique et sociale » par le Parlement argentin. La crise du Covid-19 a fait perdre la saison de ski 2020. Un problème grave, car elle touche plus de 45 000 habitants qui, vivent directement ou indirectement, grâce au moteur économique de la ville et Station de ski Cerro Catedral.

La déclaration du Parlement de Rio Negro permettra à la ville de recevoir de l’argent du trésor provincial et national. L’organe directeur a approuvé à l’unanimité l’élargissement des mesures fiscales en place, dans le but d’atténuer les effets de la crise économique, découlant des mesures sanitaires appliquées face à la pandémie de coronavirus.

Ainsi, les avantages et mesures fiscales accordés pour lutter contre la catastrophe économique depuis mai, sont étendus aux mois de juin et juillet. La législatrice Marcela Avila, du JSRN, a déclaré à l’agence de presse Bariloche que:

 

«Ces avantages, prorogations et exemptions visent à alléger le fardeau fiscal des contribuables de Rio Negro dans le but clair de maintenir l’emploi dans la province.”. 

Malheureusement, l’économie souterraine existante dans toute la région et principalement dans les environs de Cerro Catedral, est très présente. Une multitude de personnes travaillent en effet sans déclarer leur activité à l’Etat.

Au-delà du tourisme, la région du Río Negro a développé de nombreux projets industriels qui incluent, à partir d’un port d’outre-mer, l’extraction de fer dans les mines, ainsi que le développement de l’industrie chimique, l’extraction de pétrole et l’énergie hydroélectrique liée à la irrigation de la basse vallée de la rivière Negro.

 

L’industrie du tourisme représente un tiers du PIB de Bariloche

Les habitants de la région ont déjà connu l’état de crise. L’activité touristique a connu une croissance exponentielle avec la création de lits d’hôtel. Mais la demande a subi une baisse brutale avec l’arrivée en 2009 de la grippe A et les terribles conséquences causées par l’éruption du volcan Puyehue deux ans plus tard.

Imagen: erupción del volcán Puyehue en Argentina

Selon l’agence de presse Bariloche, San Carlos de Bariloche présente une activité liée principalement au tourisme. Selon les rapports de la LPO, l’industrie du tourisme représente 57% des revenus de la ville, ce qui représente à son tour 33% du PIB de la province.

Le faible affluence de la population locale et l’interdiction actuelle pour le public étranger, ont fait que les 400 employés de l’hôtel Llao Llao ne pourront travailler avant le mois de novembre, puisque le complexe n’ouvrira pas ses portes.

Imagen: hotel Llao Llao Bariloche

Selon les calculs de la Chambre de Commerce de Bariloche, l’année dernière, les recettes touristiques ont atteint plus de 6 milliards de pesos, soit près de 75 millions d’euros. Mais cette année la catastrophe économique a été annoncée. Il était prévu que plus de 50 000 personnes arriveraient du Brésil et du Chili pour la saison d’hiver, en plus des voyageurs argentins.

Un avenir imprévisible attend les familles des saisonniers et des employés permanents, liés au tourisme de Cerro Catedral et de nombreux autres centres de ski en Argentine et au Chili. En attendant que la tempête se calme, les manifestations s’intensifient et demandent plus d’aide du gouvernement central, pour sauver des milliers d’emplois et continuer à être l’une des destinations de neige les plus importantes d’Amérique du Sud.