Les risques auxquels on s’expose tout au long de nos sorties en milieu montagnard en hiver (et plus particulièrement en ski hors-piste) étant connus de tous les pratiquants, il convient de ne pas négliger certaines règles en matière de sécurité et de prudence.

 

C’est la raison pour laquelle il faut partir du principe qu’une sortie en hors-piste n’est jamais anodine. Elle demande à adopter les bons réflexes, à maintenir une vigilance permanente et notamment à être préalablement préparée en amont.

Cette préparation au travers d’axes de réflexions, nous aidera à faire un point précis sur le matériel technique nécessaire à emporter avec nous, à anticiper et se projeter en cas d’imprévus ou de changement de programme.

 

Voici quelques règles de sécurité en matière de ski hors-piste :

  • Ne jamais partir seul ! Cela parait comme une évidence, mais il est bon de rappeler ce principe fondamental en matière de ski hors-piste.
  • S’assurer d’être prêt physiquement, que la sortie envisagée corresponde au niveau physique et technique des participants du groupe,
  • Préparer son/ses itinéraires en envisageant un plan B (voire C…). Afin de nous aider dans la préparation d’un tracé sur un itinéraire exposé à un danger d’avalanche, des applications très performantes existent, permettant de modéliser les pentes « les plus à risques » sur cartes topographiques en intégrant un choix de méthode de réduction de l’estimation du risque, et notamment l’outil YETI.
  • Prendre connaissance des conditions nivologiques en se rapprochant des professionnels sur place (bureau de guides, office de tourisme, écoles de ski, service des pistes…), de contacts locaux (lorsque l’on n’habite pas au pied des pistes, il est souvent difficile de connaitre les quantités de neige accumulée en zone hors-piste, la présence de vent lors des chutes de neige…),
  • Consulter le B.E.R.A (bulletin d’estimation du risque d’avalanche) et savoir interpréter les informations contenues dans celui-ci ! Ce bulletin s’est imposé comme un outil d’aide à la décision incontournable lors de chaque sortie en montagne hivernale. Il est actualisé journalièrement tout au long de l’hiver, par un réseau d’observateurs nivo-météorologiques formés et compétents. Une comparaison avec l’observation sur le terrain s’avère néanmoins indispensable, impliquant par conséquent un minimum de connaissance en nivologie, de la part des pratiquants.
  • Prendre les renseignements sur les prévisions météorologiques. Ne pas se limiter à un seul site météo. Apprendre à croiser les informations contenues dans plusieurs sites pour se faire une idée plus précise.
  • Faire le point sur son matériel (liste non exhaustive !)

Équipement sécurité : Casque normé, l’incontournable triptyque DVA/pelle/sonde (s’assurer du niveau de charge des piles, de l’état du matériel, privilégier un godet métallique pour la pelle…). Compléter son équipement avec l’ajout de réflecteurs RECCO (positionnés sur les chaussures de ski, incorporés dans les vêtements…). L’utilisation d’un sac airbag étant fortement conseillée, radio, téléphone portable.

Équipement vestimentaire adapté : Gants, veste chaude, gore tex, masque de ski, lunettes solaires, bonnet… le tout dans un sac à la technicité et au volume adapté.

Équipement technique : Skis  (fartés, affûtés, réglés à ses chaussures…), bâtons, éventuellement peau de phoques et paire de couteaux à neige (free rando), crampons, piolets, sangles, mousquetons, corde pour les plus aguerris !…

Équipement supplémentaire : Petite trousse de réparation, vivres de course, matériel en double (deuxième pack sécurité, jeu de piles…) dans le cadre d’une sortie en groupe, crème solaire, espèces, batterie externe (un téléphone peut se décharger très rapidement en cas d’exposition prolongé au froid)

  • Informer ses proches de(s) itinéraire(s) envisagé(s). Ces informations permettront de donner un point de départ en cas d’éventuelles recherches déclenchées par les proches. L’organisme de secours en montagne récoltera un maximum d’éléments afin de cibler une zone de recherche et gagner ainsi un temps précieux.

Ces quelques règles de « bon usage », associées à l’expérience et au niveau de pratique de chaque pratiquant ou leader d’un groupe, servent de base. Elles permettront de préparer sereinement chacune de vos sorties hivernales.