Le co-fondateur de la station des Arcs, Roger Godino, est décédé ce mercredi 18 septembre à l’âge de 89 ans. Véritable pionnier de l’aménagement de la montagne, il s’en est allé en laissant la station des Arcs à la troisième place des stations les plus fréquentées au monde.

Né en 1930, et après être passé par l’emblématique Université de Harvard, Roger Godino fonde en 1958 à Fontainebleau l’INSEAD. Il orientera ce centre de formation (Institut européen de l’administration des affaires) vers le « management de l’innovation ».

En 1961, il propose le concept de station de sports d’hiver comme une alternative économique au développement des vallées de montagne, et en particulier dans la Vallée de la Tarentaise. Une vallée où s’achèvent les gros chantiers hydroélectriques comme celui de Malgovert, Tignes et Roselend.

Convaincu que le marché de la neige a un bel avenir devant lui, Roger Godino cherche à créer un concept de « station entreprise ».

« Une nouvelle approche humaniste des vacances en offrant à la montagne, dans un cadre d’une grande beauté, une occasion de développement personnel, sportif et culturel dans un climat de liberté et à des prix acceptables » (R. Godino).

Avec Charlotte Perriand, Guy Rey-Millet, Robert Rebutato, Alain Taves ou Bernard Taillefer, ils seront plusieurs à travailler sur une architecture symbolisant la station. Et les premiers skieurs dévaleront les pistes des Arcs durant l’hiver 1968/1969.

Un homme aux valeurs humaines indéniables

Homme d’affaires mais avant tout homme de valeurs, Roger Godino faisait preuve d’un véritable engagement philanthrope. Après avoir présidé la Maison de la France, Roger Godino deviendra président d’Action contre la faim. En 1994, il créera la Fondation Roger Godino, sous l’égide de la Fondation de France, qui contribue à la formation des jeunes mais qui agit également dans un cadre plus large, en attribuant des soutiens dans les domaines culturels, scientifiques et techniques, ou encore humanitaires ou écologiques. La fondation promeut notamment le développement de la réflexion scientifique en facilitant les échanges entre spécialistes.

La disparition de cet homme, initiateur de projets remarquables laisse un grand vide dans le monde de l’aménagement de la montagne. Il va sans dire qu’il sera au cœur des célébrations du cinquantième anniversaire de la station des Arcs, en Haute Tarentaise.