Un vortex polaire (ou tourbillon polaire), appelé « La Bête de l’Est », devrait entraîner cet hiver une baisse considérable du mercure dans toute l’Europe. Il s’agit d’une dépression d’altitude tenace et de grande taille, localisée près de l’un des pôles géographiques de la planète.


Selon les scientifiques, ces tourbillons polaires semblent être une conséquence du réchauffement climatique : les hivers devraient être plus froids et les températures extrêmes accentuées. Des informations recueillies dans une étude publiée récemment dans la prestigieuse revue Nature, par un groupe de scientifiques américains et canadiens dirigé par le chercheur Judah Cohen.

 

S’agira-t-il de l’hiver le plus froid de ces 30 dernières années ?

L’annonce a été faite ces derniers jours par nos collègues de Mirror : un vortex polaire pourrait provoquer l’un des hivers les plus froids de ces 30 dernières années.

Surnommé « la Bête de l’Est », il devrait souffler durant des semaines au dessus des terres de la Grande-Bretagne. Un groupe de météorologues britanniques prévoit qu’ill sera accompagné dans les prochains mois, de températures très basses et d’importantes chutes de neige. Côté calendrier, les chercheurs s’attendent à ce que le vortex arctique frappe l’Europe en janvier et février 2020.

« Ce sera l’hiver le plus froid depuis 2013 et le septième PLUS FROID de CES 30 dernières années« , annonce Mark Saunders directeur de recherche.

L’année dernière, « La Bête de l’Est » a déjà provoqué une chute importante des températures, atteignant parfois -14 ° C et des chutes de neige de plus de 50 centimètres de neige dans différentes régions du Royaume-Uni. Lorsque l’Arctique est chaud, les hivers de l’hémisphère nord deviennent chaotiques et de plus en plus imprévisibles.

Au-delà des études scientifiques, force est de constater que la répétition de températures extrêmes au cours de différents épisodes récents, montre qu’un phénomène météorologique unique est en train de se produire.

On se souvient des images de la ville de Chicago totalement glacée et enneigée qui ont été largement relayées de par le monde entier, ou bien encore le Midwest des États-Unis gelé, avec des températures allant jusqu’à -30 degrés et des dépressions, du vent et du froid qui ont été les grands protagonistes durant plusieurs semaines.

Photo : Vertex polaire et vague de froid sur Chicago (2019)

Les circulations atmosphériques se modifient : le vortex polaire


Les études scientifiques démontrent aujourd’hui une corrélation entre les températures arctiques et la nature des hivers de l’hémisphère nord. Mais la relation de cause à effet n’est pas justifiée scientifiquement. Cependant, selon les chercheurs à l’origine de cette étude, les données actuelles suggèrent que le « vortex polaire » pourrait être à l’origine de cette corrélation.

Des termes qui deviennent aujourd’hui à la mode, comme la cyclogenèse explosive, et qui ont de quoi faire froid dans le dos. Le vortex polaire est un système à basse pression qui tourne autour de la région polaire. Normalement, les circulations atmosphériques classiques concentrent ce vortex et ces masses d’air froid autour du pôle nord, et ces dernières peuvent parfois descendre jusqu’au nord des USA.

Certains scientifiques affirment aujourd’hui qu’avec l’augmentation des températures, ces circulations changent. La conséquence principale sera l’attraction du tourbillon autour du pôle et un déplacement de sa trajectoire vers le sud. Elle entraînera avec elle une modification des courants d’air froid, principalement et de manière directe sur l’Europe du Nord et l’Amérique du Nord.

Un phénomène expliqué ci-dessous par Sébastien Léas, ingénieur prévisionniste à Météo France.

Vidéo : Tout savoir sur le Vertex Polaire (2019)