L’Union Européenne annonce la mise en place d’une épreuve commune de formation pour les moniteurs de ski (CTT) nécessaire pour travailler dans les différents États membres. Cette nouvelle règle concerne les moniteurs de ski souhaitant exercer la profession dans un état autre que celui dans lequel ils ont obtenu leur diplôme.
La question des moniteurs de ski étrangers en France a toujours été très controversée. La mesure approuvée a été accueillie favorablement par le Syndicat National des Moniteurs de Ski Français (SNMSF), qui s’efforce depuis de nombreuses années d’augmenter les exigences des moniteurs de ski étrangers souhaitant exercer en France.
Le président du Syndicat National des Moniteurs de Ski Français (SNMSF), Eric Brèche, s’est déclaré satisfait :
« Cette carte européenne, désormais officielle, est un permis d’enseigner obligatoire pour tout moniteur qui voudra travailler en France et dans les pays de l’arc alpin avec l’obligation d’avoir passé et obtenu l’Euro Test et l’Euro Sécurité ».
Après des semaines de contrôle, le règlement a été approuvé et publié le 4 juin dernier au Journal officiel de l’Union européenne. Selon le communiqué, ledit test « sera un moyen de faciliter la mobilité des moniteurs de ski dans l’Union ».
Un protocole signé en 2012 établissait déjà que la réussite aux tests Eurotest et Eurosecurity était une condition préalable à la reconnaissance automatique des qualifications de moniteur de ski par les États membres. C’est pourquoi ces deux tests ont été pris comme base pour établir le contenu du test commun d’entraînement des moniteurs de ski.
Le test commun d’entraînement (CTT) comprendra un test d’aptitude technique, qui consistera en un slalom géant de ski alpin conforme aux règles de la Fédération internationale de ski (FIS), ainsi qu’un test de compétences relatives à la sécurité, avec examen théorique et examen pratique hors piste.