Photo d’illustration.
Le drame s’est produit peu avant l’ouverture des pistes ce dimanche 13 janvier, dans le cadre du Plan d’Intervention et de Prévention des Avalanches (PIDA), visant à déclencher préventivement des avalanches et éviter que celles-ci ne se produisent naturellement et représentent un danger pour les skieurs. Le risque d’avalanche est actuellement de 4 sur une échelle de 5, c’est à dire un risque considéré comme « fort » en raison des chutes de neige qui ont eu leur dans la nuit de samedi à dimanche et qui fragilisent considérablement le manteau neigeux.
D’après les premiers éléments que l’on possède, les deux pisteurs secouristes se trouvaient sur le secteur des Lanches, à environ 1800 mètres d’altitude, au dessous de la Pointe de Cupoire.
A cette heure, peu d’éléments ont été communiqués par les autorités. Une enquête est ouverte pour déterminer les causes de cet accident.
Le peloton de gendarmerie de haute-montagne est sur les lieux pour déterminer les circonstances de l’accident et procéder aux premières constatations.
Une manipulation d’explosifs qui aurait mal tournée
Selon nos confrères de France Bleu, les pompiers de Flaine et d’Arches ont été alertés vers 9 heures pour intervenir sur un drame considéré comme rarissime. Ils ont confirmé à France Bleu que les deux hommes ne sont pas morts dans l’avalanche provoquée, mais bien lors de la manipulation des explosifs. 
Image : Station de Morillon – situation géographique