La neige de culture devient l’un des piliers du tourisme hivernal. Les enneigeurs, plus connus sous le nom de canons à neige, parviennent à créer le précieux « or blanc », permettant aux stations de ski d’ouvrir leur domaine skiable sans que la neige naturelle soit forcément au rendez-vous. Récemment, les stations de ski pyrénéennes ont connu une période difficile en terme d’enneigement et de précipitations. Le manque de neige naturelle, dû à un anticyclone qui bloquait l’entrée des fronts froids et des dépressions, a limité l’activité de nombreuses stations de ski des deux côtés des Pyrénées. Cependant, la station Astún située en Aragon se convertit petit à petit en station avec « Garantie Neige ». Comment y parviennent-ils ?

 

Astún : garantie neige

La production de neige de culture est cruciale pendant les saisons d’hiver où la neige naturelle fait défaut. « La grande majorité de nos clients sont très satisfaits de l’état des pistes. Les pistes ouvertes offrent des conditions de neige et de ski magnifiques grâce au travail effectué depuis le début de la saison », précise Andrés Pita, directeur général adjoint d’EIVASA, en exclusivité pour Iloveski.
L’orientation, l’altitude et le microclimat participent bien évidemment aux excellentes conditions de neige naturelle de la station d’Astún. Au delà de ces aspects naturels et géographiques, la gestion pertinente des ressources, les investissements réalisés et l’implication de toutes les équipes sont quelques-uns des facteurs clés de la réussite de cette station. Il est d’ailleurs frappant de constater que des stations qui disposent d’équipements similaires n’offrent pas des kilomètres de pistes similaires. Canons à neige de dernière génération, ventilateurs, perches, pompes, compresseurs, usine à neige moderne … voici quelques un des ingrédients pour fabriquer de la neige de culture. Il est important de rappeler ici que la neige de culture est créée exclusivement avec de l’eau et de l’air, tout comme la neige naturelle.

Et c’est à ce moment là que la technologie joue un rôle important

La cristallisation naturelle des molécules d’eau en neige provient des nucléateurs situés dans les canons à neige, qui génèrent un mélange d’eau et d’air à haute pression et qui, s’étalant dans l’atmosphère, forment des noyaux de neige – nucléides – qui agglomère les minuscules gouttes d’eau et se transforment en neige juste avant d’entrer en contact avec le sol.
Les conditions favorables pour générer de la neige de culture sont similaires à celles nécessaires pour avoir de la neige dite naturelle, notamment en terme de température de l’air et de niveaux d’humidité. Dans les systèmes de production de neige, on parle de la température du bulbe humide, qui est issu de la relation entre la température et l’humidité relative de l’air. La température du bulbe humide doit toujours être inférieure à la température extérieure. Plus l’air est humide, moins il peut absorber d’humidité. Dans le même temps, des températures plus basses sont nécessaires pour que les gouttelettes d’eau puissent former des cristaux de neige.
De cette manière, les températures marginales ou les températures limites affecteront le point de congélation de la molécule d’eau. Ces systèmes de production modernes disposent donc de tours de refroidissement qui permettent de réduire la température de l’eau au maximum. Nous avons interrogé le Directeur de la station d’Astún, Alejandro Madrid, pour nous expliquer certaines des clés du succès.

La technologie et l’humain, au coeur de la réussite

La station d’Astún, près de la frontière française, est l’une des rares stations de ski à pouvoir se vanter d’avoir presque toujours de la neige et nul meilleur que son directeur pour expliquer comment la station parvient à l’obtenir chaque saison. « Nous avons produit plus de 50 000 mètres cubes de neige depuis le 27 novembre 2018. Nous avons vécu des saisons au cours desquelles nous avons produit plus de neige, car les températures et l’humidité étaient plus favorables. La station dispose d’une retenue collinaire d’une capacité de 75 000 mètres cubes d’eau. Ici, ni l’énergie ni l’eau ne sont gaspillées. Les systèmes fonctionnent principalement lorsque l’électricité est la plus économique et nous pompons de l’eau dans la partie supérieure du domaine, pour la stocker dans la retenue collinaire pour l’utiliser ultérieurement», a déclaré Alejandro Madrid.
Certes la technologie, les machines, les installations sont fondamentales, mais l’humain est lui aussi un facteur clé d’un bon enneigement.
Image : enneigeur sur la station d’Astún. Yhabril.

La professionnalisation des ressources humaines dans une station de ski

 
« À Astún, nous travaillons au maximum pour que les conditions de neige soient idéales pour le client. Malgré les températures marginales, nous avons réussi à produire suffisamment de neige pour permettre d’ouvrir plusieurs kilomètres de pistes chaque jour. Il convient de noter le travail de l’équipe humaine de la station. Les outils, la compétence et l’expérience des dameurs, des nivoculteurs et de toute l’équipe des pistes sont indispensables à la bonne réalisation de cet objectif. Les températures ne sont pas homogènes sur l’ensemble du domaine skiable. Il y a parfois des rideaux d’air chaud et froid répartis sur toute la montagne et qui sont en mouvement continu. Nous devons être très attentifs aux variations de température pour allumer ou éteindre le système de production de neige. Grâce à l’attention particulière de notre personnel, nous avons réussi à créer de la neige là où il le fallait, et agir efficacement jour et nuit. « 
L’implication du personnel est essentielle dans les périodes difficiles où chacun joue un rôle précieux pour que la station puisse ouvrir ses pistes. Le directeur d’Astún n’a pas hésité à souligner le « savoir-faire » du personnel technique de la station. « Nous avons aussi des dameurs expérimentés qui connaissent très bien le terrain. Lorsque la neige naturelle est abondante, le travail est généralement simplifié, la fraise est installée et il suffit de damer. Cependant, lorsque la neige se fait rare, nos techniciens parviennent à la retirer des bords de pistes et à la répartir sans que la terre ou des cailloux n’apparaissent sur le manteau neigeux. Nous formons une grande équipe. Le service des pistes participe également au bon entretien du domaine skiable. Il informe non seulement de l’état de la neige et des éléments de sécurité sur l’ensemble de la montagne, mais aussi en collaborant à l’optimisation des canons, en les déplaçant en fonction des besoins et du vent ».

Astún : des conditions de neige particulièrement bonnes

Suite aux dernières chutes de neige, et à la production de neige de culture, les conditions d’enneigement de la station d’Astún sont particulièrement bonnes.
Depuis cet hiver, l’union commerciale des stations d’Astún et de Candanchú sont également un plus pour les skieurs. La station d’Astún offre actuellement 23 km de pistes et 27 pistes ouvertes.