La station de ski de Luchon Superbagnères disposera prochainement d’un train alimenté à l’hydrogène.L’une des stations de ski les plus emblématiques des Pyrénées françaises, se positionne une nouvelle fois comme une station pionnière dans l’utilisation de moyens de transport non polluants.
La Région Occitanie vient de prendre le relai de la gestion négligente de la société de gestion ferroviaire SNCF. Elle s’est engagée à ce que la ligne de chemin de fer entre Montrejeau et Luchon soit à nouveau mise en service, mais qu’en plus les trains utilisent des énergies propres pour prévenir la pollution dans les zones de montagne. Il convient de rappeler que la ligne de chemin de fer est désaffectée depuis novembre 2014. Cette dernière et a subi une détérioration considérable en raison des conditions météorologiques défavorables et du manque d’entretien.

Train à hydrogène : une initiative menée par la région Occitanie

Une initiative menée par la région de l’Occitanie, se positionnant comme la première collectivité territoriale française à s’engager de cette manière pour protéger l’environnement, en investissant dans l’énergie propre et les transports publics, et le renouvellement d’une ancienne ligne ferroviaire.
Le train à hydrogène tardera encore quelque temps pour rejoindre les Pyrénées, mais les préparatifs sont déjà en cours. Une étude a été menée par une société indépendante pour évaluer le coût de la rénovation de la ligne ferroviaire. La mise en place d’un train à hydrogène devrait en principe voir le jour en 2021. L’objectif pour la France est d’être à nouveau pionnière dans le transport ferroviaire et les énergies renouvelables, en comptant sur les marques leaders du secteur telles qu’Alstom. « En Allemagne, ils font déjà confiance depuis des années à cette entreprise de Tarbes et à son système de propulsion à hydrogène qui est un véritable succès », a déclaré Carole Delga, Présidente du Conseil régional d’Occitanie à nos confrères de La Dépêche.
La locomotive dite « verte » de ce train à hydrogène tirera le reste des wagons et ne rejettera dans ses cheminées que de l’eau et de la vapeur. Une véritable révolution technologique, déjà utilisée en Allemagne depuis septembre 2018.
Comme dans les trains classiques, les freins à air s’entendront, mais le reste de l’installation surprendra par son silence. La société française située à Tarbes livrera en 2021 rien de moins que 14 trains à hydrogène dans une région du nord de l’Allemagne (Basse-Saxe).

Comment fonctionne un train à hydrogène ?

La locomotive d’un train à hydrogène est équipée de cellules à combustible qui produisent de l’électricité grâce au processus chimique. Ce processus combine de l’hydrogène et de l’oxygène et en émettant uniquement de la vapeur et de l’eau. Un processus pratiquement inoffensif pour l’environnement qui alimente le système de propulsion avec de l’énergie. Le surplus d’énergie généré ainsi que celui obtenu par le système de freinage est stockée dans des batteries au lithium ionique.

Son autonomie est similaire à celle des trains diesel : il pourra parcourir 1000 kilomètres avec un seul réservoir d’hydrogène qui se rechargera en 15 minutes. Une solution technique utilise une ressource abondante dans l’univers et qui, contrairement aux combustibles fossiles, ne génère pas de dioxyde de carbone (Co2).