Nous ne savons pas s’il s’agit d’un effet de mode de la science, une tendance ou une prédisposition à créer un sujet d’actualité lié au monde de la météorologie mais une chose est certaine, baptiser tous les phénomènes climatologiques commence à devenir très habituel.
La soi-disant cyclogénèse explosive « Ana » prénommée ainsi en Espagne, était considérée comme une simple « dépression » en France, avec des rafales de vent supérieures à 120 km / h, de fortes pluies et des chutes de neige en altitude.

Bruno : la tempête

Bruno, la tempête qui sévit actuellement les massifs montagneux en Europe, laissera importantes chutes de neige en Espagne, France, Suisse, Allemagne, Autriche, … mais pas de forcément de bonnes nouvelles. Les fortes rafales de vent génèrent de sérieux problèmes pour l’exploitation des domaines skiables.

On observe par exemple que dans les Alpes et les Pyrénées, plusieurs stations ferment la partie supérieure de leur domaine skiable pour des raisons de sécurité, compte tenu des fortes rafales de vent.

Ce type de tempête laissant habituellement d’importantes hauteurs de neige, souvent hétérogènes entre les massifs et les versants, il n’est pas trop d’appeler à la prudence dans les zones exposées au vent. L’accumulation de neige sur les corniches et les plaques à vent est généralement importante et le risque d’avalanche augmente fortement.

Le graphique présenté ci-après vous informe des hauteurs de neige de 30 stations de ski sélectionnées dans plusieurs massifs: on y trouve par exemple les stations du Val d’Allos, Gstaad, Montgenèvre, La Clusaz, Peyragudes ou Le Thuile.

Il est vrai que ces chutes de neige arrivent à un moment idéal pour les skieurs qui devraient terminer l’année en beauté. Ces derniers profiteront pendant les vacances de Noël, de conditions d’enneigement exceptionnelles dans la grande majorité des stations de ski.

Hauteurs de neige – 27 décembre 2017