L’expérience menée outre Atlantique, dans les stations de ski d’Amérique du Nord, est devenu un exemple à suivre pour les stations suisses. Les pratiques commerciales du groupe Vail resort, exploitant plusieurs domaines skiables sur plusieurs continents, sont regardées à la loupe et largement copiées.

Tout d’abord, parce que cette annonce en amont de la saison est un bon coup de publicité pour stimuler les réservations et les séjours au ski. Sans compter que cette opération Marketing permet aux stations d’engendrer une trésorerie avant saison, loin d’être négligeable compte tenu de la saisonnalité de l’activité.

Un nombre d’abonnés multiplié par 2 et plus de 40% du chiffre d’affaires déjà réalisé

Pour répondre au dumping de Saas-Fee, le tout nouveau forfait «Magic pass», mis en place la saison dernière en Suisse, offre la possibilité de skier dans 25 stations de cinq cantons suisses (dont Crans Montana et les Diablerets) pour un abonnement annuel de 359 francs (336€) et même 249 francs pour les moins de 16 ans.

En tout juste 5 mois de prévente, les résultats sont particulièrement encourageants : le nombre d’abonnements de forfait saison vendus a été multiplié par 2,3 par rapport aux saisons précédentes, selon le groupement Magic Pass. A la fin de ce mois de septembre, près de 43% du chiffre d’affaires des 25 stations pour la saison à venir avait déjà été réalisé.

Photo: Crans Montana

La Suisse veut redorer son blason de Destination Ski

Ces choix commerciaux découlent d’importantes opérations de Benchmarking mais aussi d’une situation conjoncturelle pour le moins inquiétante en Suisse : érosion de la clientèle, marché du ski très mâture, effet du réchauffement climatique sur les conditions d’enneigement des stations de moyenne altitude, franc suisse fort par rapport à la devise européenne…

Un contexte inquiétant pour un des pays référents dans la pratique du ski et qui est aujourd’hui relégué à la sixième place mondiale quand la plupart de son territoire se situe en montagne. Il y a moins de 20 ans, la Suisse rivalisait avec la France quant au nombre de journées skieurs mais en 12 ans, elle a perdu près d’un quart de sa clientèle.

Photo: Diablerets

De nouvelles initiatives de gestion : exemple de la fusion des domaines skiables d’Aletsch

Face à cette forte pression sur les prix, l’annonce a été faite cette semaine : les trois domaines skiables de la région du glacier d’Aletsch vont fusionner. De quoi donner un poids considérable à ces stations du Valais qui cumulent à elles seules un chiffre d’affaires de 40 millions de francs (34 millions d’euros).

Cette initiative résulte notamment des rapprochements commerciaux déjà engagés par ces domaines skiables qui aboutissent naturellement à une fusion. Les trois sociétés gestionnaires de ces domaines assuraient une promotion commune et appliquaient des tarifs identiques depuis près de 20 ans.

Pour Fredy Huber, les politiques tarifaires agressives menées notamment par Saas Fee sur le forfait Saison les obligent à fusionner et à devenir forts commercialement, tout en mutualisant et réduisant les coûts.

Point positif de cette fusion ? Elle devrait se faire sans licenciement car les trois sociétés sont saines et leurs comptes sont positifs.
L’objectif est de devenir plus forts sans pour autant brader le produit : «Nous voulons convaincre par la qualité de nos prestations», précise Fredy Huber.

Après un bilan décevant la saison dernière, la Suisse devient agressive commercialement et les stations cherchent à mutualiser leurs moyens et leurs énergies pour devenir plus compétitives.
Les premiers résultats encourageants de ces nouvelles politiques tarifaires devraient redonner le sourire à un pays traditionnellement ancré dans le secteur des sports d’hiver et qui voit son or blanc fondre comme neige au soleil.

Photo : MySwitzerland