Dans un contexte concurrentiel accru, les stations doivent faire preuve d’ingéniosité et d’originalité pour séduire et attirer de nouveaux clients. Et quoi de plus valorisant que de pouvoir prétendre faire partie des 5 uniques stations de ski françaises détentrices du label Flocon Vert ?
Au delà de cet argument commercial, le label Flocon Vert est avant tout une reconnaissance des efforts menés par une destination touristique de montagne pour protéger de manière durable son environnement.

Un label basé sur l’exemplarité, la concertation et l’indépendance

L’association Mountain Riders est devenue une référence en terme d’environnement en montagne. Elle éditait en 2006 le tout premier Eco Guide à destination des stations de montagne mettant en avant les bonnes pratiques des stations de ski en matière de développement durable.

En 2011, l’association s’entoure d’experts et de partenaires du tourisme et du développement durable pour créer un tout nouveau label visant à récompenser les destinations touristiques de montagne pour leur engagement exemplaire dans le développement durable.

En tant que partenaires de ce projet, l’ADEME, la Fondation Nicolas Hulot, des association d’élus, de professionnels, des domaines skiables, des hébergeurs, des commerçants, des association de défense de l’environnement, des parcs naturels régionaux ou nationaux, des universitaires ou des bureaux d’études, donnent une véritable crédibilité à ce projet.

31 critères en relation avec la gouvernance, les transports, les dépenses énergétiques, l’aménagement, la gestion de la ressource en eau, la gestion et le traitement de déchets, l’approche sociale et territoiriale, sont étudiés au peigne fin.

Un organisme externe est chargé, en toute neutralité et objectivité, de vérifier la conformité des actions avec les exigences du cahier des charges du label Flocon Vert.
Une fois l’audit réalisé,  les conclusions sont étudiées par un comité de labellisation pour l’attribution du Flocon Vert.

 

Châtel, un exemple de mobilité douce

La station haut-savoyarde de Châtel œuvre en faveur des mobilités douces. La nouvelle liaison entre les deux domaines skiables (Super Chatel et le Linga/Prés la Joux) est très bénéfique au confort des skieurs qui peuvent désormais se rendre de l’un à l’autre des espaces ski aux pieds.

D’un point de vue environnemental, l’impact de cette liaison est véritablement significatif avec une réduction considérable du flot de voiture. Selon Mountain Riders, « l’année dernière, pendant 3 mois, c’est plus de 300 000 skieurs qui ont emprunté la liaison ! Grâce à ces télésièges, c’est la qualité de vie des habitants et séjournants qui est améliorée, le ballet constant de voitures ayant disparu du centre ville ! ».

 

Les Rousses : pionnière dans un Plan Climat Energie Territorial

De son côté, la station des Rousses est située dans le parc naturel du Haut jura, peut se prévaloir d’avoir mis en place un Plan Climat Energie Territorial, ainsi qu’un engagement dans le contrat de station avec la Communauté de Communes de la Station des Rousses. Toujours selon Mountain Riders, « ces grands projets ont notamment permis de mettre en œuvre des systèmes de transport en commun adaptés et bon marché, ou d’allier tourisme et espaces naturels ».

Les stations de ski, conscientes des impacts de leurs activités sur l’environnement naturel et de la sensibilité des touristes sur le sujet, engagent des actions de protection et de respect de l’environnement.
Ce label d’excellence représente pour elles une reconnaissance de leur engagement durable en faveur de la montagne.