Pourquoi le forfait de ski est-il si cher ?
Voici une éternelle question à laquelle il est toujours difficile de répondre…
Le prix de vente du forfait, titre d’accès aux remontées mécaniques, semble être en perpétuelle augmentation ; il s’agit du moins de la perception de la majorité des skieurs, selon une étude réalisée par le Syndicat National des Téléphériques de France, en relation directe avec l’institution nationale Domaines Skiables de France (DSF).
Il est force de constater que le prix du forfait est en constante augmentation mais sa progression n’est pas linéaire comme pourrait l’être l’inflation. Le prix des forfaits se base sur les coûts de production qui augmentent de manière exponentielle d’une année sur l’autre.
Concrètement, le prix du forfait augmente chaque année en fonction de l’augmentation des coûts nécessaires à l’exploitation des stations de sports d’hiver.
¿Quelles sont les raisons qui ont entraîné une telle augmentation des coûts fixes?
Entre les années 2000 et 2014, les coûts ont augmenté de 84 points, alors que le prix du forfait à « seulement » augmenté de 52 points. Il y a en effet 32 points de différence sur une période de 14 ans, des indicateurs qui démontrent une réelle augmentation des charges mais pas des recettes des stations de sports d’hiver françaises.
Les raisons de cette différence sont claires : les prix de la conception, de l’installation et de la maintenance des installations par câble a augmenté de près de 68% en 10 ans.
Source : Domaines Skiables de France. Indicateurs et Analyses 2016
A titre d’exemple, le prix d’un télésiège débrayable est passé en moyenne de 3,1 millions d’euros en 2000 à 6 millions d’euros aujourd’hui. Le prix du carburant utilisé pour les moteurs secondaires des remontées mécaniques et pour les dameuses a également augmenté. Se prévaloir de personnels formés, dans une activité aussi saisonnière que le ski, nécessite un investissement important en formation, en fidélisation des saisonniers ; les processus de sélection et de recrutement sont quant à eux souvent complexes afin de trouver les saisonniers les plus motivés, expérimentés et disposés à rester dans la station d’une saison sur l’autre.
Selon les données recueillies par nos confrères de LaProvence, la masse salariale d’une station atteint près de 30% des charges, les produits financiers 30%, l’entretien et la maintenance des installations 20%, et enfin 10% en coûts énergétiques et 10% d’impôts. Sans oublier que les impôts sur le transport par câble a augmenté ces dernières années en France, passant de 5% en 2011 à 10% actuellement (taux de TVA applicable).
L’inflation ces dernières années en France n’a cessé d’augmenter sauf entre février et avril 2016 où cette dernière a connu une baisse relative de -0,53%. Sur les autres périodes de l’année, l’inflation cumulée depuis 2007 est approximativement de +14% jusqu’en 2016 selon les données fournies par global-rates.
Source : Domaines Skiables de France. Indicateurs et Analyses 2016
Selon une autre étude menée par le Ministère de la Jeunesse et des Sports en France, plus de 13% de la population s’adonne à la pratique des sports d’hiver en France. Une très bonne nouvelle et des chiffres qui traduisent les efforts consentis par les stations de sports d’hiver pour promouvoir la pratique du ski, la forte présence du ski dans les différents médias de communication (Presse écrite, Web, TV, etc.)
Enfin, selon Laurent Reynaud, Délégué Général de Domaines Skiables de France, la France est une destination économique et « bon marché » pour la pratique du ski. Une affirmation basée sur une étude indépendante qui a analysé le prix des forfaits de ski en Autriche, France, Suisse et Etats-Unis.
Skier sur les pistes de France serait donc 11% moins cher que sur les pistes suisses par exemple, et deux à trois fois moins cher qu’aux Etats-Unis.
Une étude menée par Martin Falk, Swiss Journal of Economics ans Statistics, 2011, précise quant à elle que le forfait de ski français serait 11% moins cher que le forfait autrichien et 17% moins cher que le forfait suisse (donnée relayée par Domaines Skiables de France).
La prochaine fois que vous aurez à acheter un forfait de ski, n’oubliez pas ces informations. Ne croyez pas que quelqu’un est en train de s’enrichir à votre détriment. Les chiffres démontrent que l’exploitation et la gestion d’une station de ski au XXIème siècle nécessitent d’importants coûts de fonctionnement.
La question se pose aujourd’hui de la pérennité de certaines stations, et de la nécessité de revoir le Business Modèle de certaines d’entre elles.
La démocratisation du ski reste aujourd’hui un challenge majeur pour les 250 stations de ski françaises réparties sur les 6 massifs du territoire, qui se doivent de renouveler leur clientèle et leur marché national trop mâture aujourd’hui. Une situation paradoxale à laquelle sont confrontées les stations de sports d’hiver françaises, entre la nécessité d’augmenter le prix du forfait pour subsister et leur volonté de rendre le ski accessible à tous…
Sans oublier l’enjeu humain que représente l’économie de montagne française avec plus de 120.000 emplois qui dépendent directement et indirectement de l’ouverture des domaines skiables.
Plusieurs stations ou groupes de stations ont développé depuis quelques années les cartes d’abonnement qui récompensent la fidélité des skieurs et qui leur permettent de bénéficier de tarifs sur les forfaits beaucoup plus avantageux que l’achat d’un forfait simple. Une première solution qui contribue à fidéliser les passionnées de glisse. Reste aujourd’hui à trouver des solutions pour dynamiser le marché des débutants et inciter tout un chacun à s’initier à la pratique des sports d’hiver, trop souvent assimilés à un loisir de luxe.