Les exosquelettes apporteront à chacun, quel que soit son niveau ou ses envies, un surcroît de puissance, de confort et, au final, de sécurité ! 

Mais de quoi s’agit-il extactement ? 
Il existe à l’heure actuelle 2 types d’exosquelettes sur le marché du ski : 
– L’Againer, développé dans les pays Baltes, le produit est conçu autour d’une coque plastique et d’un vérin hydrolique, il se porte à l’extérieur du pantalon. Il a surtout séduit la clientèle allemande et nordique, avide de puissance. 
– Le Ski-mojo, qui se porte sous la combinaison repose sur un système de ressorts plus léger qui va favoriser un ski plus souple. Ce sont surtout les skieurs français, suisses et italiens qui ont opté pour cette solution. 
Le Ski-Mojo est fixé aux jambes du skieur, ce dispositif mécanique articulé s’adapte à chaque morphologie et permet de supporter directement une partie du poids du corps (entre 25 et 35%). 
Il agit comme un absorbeur de choc, réduisant de manière significative le stress et la pression appliqués aux jambes et aux genoux et augmentant la puissance. Selon le Dr. Eric De Gunsch, Kinésithérapeute Chargé de cours Biomécanique Bruxelles : « Le Ski-Mojo réduit en effet d’environ 30% l’activité musculaire du quadriceps tout en sollicitant davantage les ischio-jambiers. Les exosquelettes permettent également d’augmenter la durée de l’exercice et donc de muscler de manière plus douce et progressive les jambes des utilisateurs. Ils rendent la pratique du ski beaucoup plus sécurisée ». 
Le Dr. Patrice Manopoulos, Chirurgien Orthopédiste à Gap, precise quant à lui : « Les genoux sont moins en contrainte et on a l’impression de peser 20kg de moins. Ça procure une sensation de souplesse et de légèreté ». 
Ce gain de fatigue se transforme immédiatement en confort, réduisant les risques de blessure, améliorant la performance et l’endurance du skieur. 
Il engendre une meilleure conduite et une sécurité accrue en rendant la pratique du ski comme un pur moment de plaisir ! 
On dénombre aujourd’hui environ 600 personnes qui utilisent en France ces exospquelettes et le bilan est unanime : « Il faut l’essayer pour le croire ! Après 3 heures de test, difficile de s’en passer : un confort incroyable, on skie sur un coussin d’air, le tout en soulageant les cuisses et les genoux. Du coup on peut en pro ter plus longtemps (moins de pauses) avec une sensation de sécurité renforcée : une tuerie ! », indique Cyril, un skieur parisien, adepte du Ski- Mojo. 
Le plaisir n’est pas l’unique avantage du Ski-Mojo. Les professionnels de la montagne (moniteurs, pisteurs, guides), l’utilisent déjà de manière préventive pour limiter la fatigue (souvent source d’accidents) et l’usure de l’organisme. 
Les pisteurs secouristes sont par exemple de grands adeptes de ce nouvel équipement : « Mes ménisques sont abimés et lors de crises inflammatoires mon médecin m’imposait un arrêt de travail. Il ne gêne en rien dans notre boulot de secouriste et au contraire il nous soulage lors des secours avec le traineau et la barquette. Enfin, il est évident qu’un grand nombre d’accidents sont dû à la fatigue et réduire cette fatigue accroît la sécurité, alors pourquoi s’en passer ? », indique Manu Hamel, Pisteur secouriste. 
Autre avantage du Ski-mojo : il permet au skieur, dont les genoux ont été endommagés (ligaments, ménisques, arthrose…) de skier sans douleurs et plus longtemps chaque jour. « Après la pose d’une prothèse, j’interdisais à mes patients de reprendre le ski. Maintenant, j’ai revu mon jugement à condition d’utiliser le Ski-Mojo. C’est un énorme progrès technique », precise le Dr. Janusz Stelmaszyk, Chirurgien Orthopédiste Bruxelles.
La station de ski de Serre Chevalier organisera des journées de test durant cet hiver, avec tout d’abord une explication sur le matériel, l’installation et le réglage de ce dernier (environ 10 minutes). Une fois équipé, le « Mojo Master » vous accompagnera sur les pistes pour affiner les réglages et s’assurer de la symbiose entre le skieur et son équipement. Enfin, au terme de cette phase de prise en main d’environ 40 minutes, le testeur skiera seul dans les conditions qu’il décidera pour le reste de la journée.

Le Ski-Mojo a obtenu le 1er Prix de l’Innovation Produit 2016 lors du SkiDebrief, le 18 avril dernier.