Les travaux du nouveau télésiège débrayable de la station pyrénéenne de Luchon Superbagnères devraient être lancés dès le mois de juin. D’une longueur de 2 000 m, ce nouvel équipement reliera les secteurs du Lac et du Céciré avec un débit, au plus fort de l’activité, de 2 800 skieurs/heure. Le montant total des travaux s’élève à 8,3 M€.

Dès la prochaine saison, les skieurs pourront l’utiliser pour accéder plus facilement à la zone la plus élevée de la station. L’inauguration est programmée pour le mois de novembre 2015. Ce nouvel équipement devrait apporter une bouffée d’oxygène à la station en offrant une accessibilité plus rapide et plus importante aux skieurs.

Bilan de la saison 2014-2015 :
Luchon-Superbagnères a fermé ses pistes de ski le lundi 6 avril 2015. Les premiers chiffresde la saison 2014/2015 sont très satisfaisants puisqu’ils égalent ceux de l’année précédente malgré une météo peu clémente : la neige a manqué en début de saison et les intempéries de février ont gâché la troisième semaine des vacances d’hiver (Zone C – Bordeaux).

La station a du réduire considérablement sa période d’ouverture ; 108 jours en 2014/2015 contre 122 jours en 2013/2014, auxquels s’ajoutent trois jours de fermeture exceptionnelle dus à la tempête, contre un seul l’hiver d’avant.

Malgré les caprices de la météo, les journées ski ont augmenté (+3 000) pour atteindre le nombre de 215 000 contre 212 000 en 2013/2014. La période du nouvel an et les deux premières semaines de vacances d’hiver (Zone A – Toulouse) réunissaient d’excellentes conditions pour un séjour idyllique.

Le chiffre d’affaires des remontées mécaniques se maintient quant à lui à 4,2 M€ TTC, les skieurs ayant profité à plusieurs reprises du tarif préférentiel de 14 € la journée contre 31,50 € habituellement. Il compensait une ouverture partielle du domaine au mois de décembre, faute de neige.

Les températures trop élevées n’ont pas permis de produire une neige de culture de bonne qualité. Les quantités d’eau turbinée ont presque été réduites de moitié (110 000 m3 cet hiver contre 210 000 m3 en 2013/2014).