Comment la station de ski de Zermatt aborde cette saison d’hiver ? La crise sanitaire liée au COVID entraîne derrière elle de grands bouleversements économiques. Au premier chef, les stations de ski qui selon leur situation géographique, subissent les conséquences des mesures sanitaires imposées par les gouvernements.

En Suisse, les cantons de Schwyz, de Nidwald, de Lucerne et de Zoug ont décidé de fermer les remontées mécaniques du 22 au 29 décembre en raison de la pandémie.

Forcée de s’adapter au jour le jour aux nouvelles dispositions sanitaires, la station de ski suisse de Zermatt est la seule station au monde à être ouverte toute l’année. Elle appréhende cette saison d’hiver avec philosophie. Simona Altwegg, Responsable Communication de Zermatt Tourisme nous explique dans quelles conditions la station fonctionne actuellement, et quelles sont les perspectives pour cette saison d’hiver.

Photo: skieur Zermatt – Pascal Gertschen

Rester agile et flexible

Actuellement, la station de ski de Zermatt, située dans le canton du Valais, est ouverte. Toutes les remontées mécaniques, les hôtels, les appartements de vacances, les magasins sont ouverts. Les discothèques et clubs sont fermés. Les restaurants étaient encore ouverts jusqu’à ce dimanche 27 décembre mais ont dû fermer sur ordre du canton.

Notre tâche est de rester agile, flexible pour réagir à des mesures qui sont imposées par le gouvernement.

A ce jour, le Valais est l’un des seuls cantons suisse qui avait eu le droit d’ouvrir les restaurants, ces derniers étant restés fermés en novembre. A partir cette semaine, seul le service « à apporter » est disponible sur la station. « Il sera possible de manger quelque chose de chaud mais les visiteurs ne pourront pas s’asseoir. C’est dommage car les restaurants font partie de l’expérience d’une journée à Zermatt. Nous sommes néanmoins très heureux que les remontées mécaniques fonctionnent encore », nous confie Simona Altwegg.

hotel-en-zermatt
Photo: myswitzerland.com

Une capacité limitée sur les remontées mécaniques

« Notre station est la seule en Europe à être ouverte toute l’année. C’est un avantage car nous avons pu faire des expériences en été avec le ski et les masques. Mais en hiver, la situation est un peu différente, car il y a plus de visiteurs », nous précise Simona Altwegg.

La capacité sur les remontées mécaniques est actuellement limitée au 2/3 de la capacité totale. Autrement dit, sur une remontée mécanique de 8 personnes, la capacité maximale autorisée est de 5 personnes.

Le port du masque est quant à lui obligatoire à l’intérieur et à l’extérieur dans tous les espaces d’attente. « Cette règle du port du casque est parfaitement respectée. Nous avons installés des marquages au sol pour aider les visiteurs à respecter la distance de 1,5 mètre. Nous avons également du personnel supplémentaire chargé de faire respecter ces consignes, et mis à disposition par le Canton », indique Simona Altwegg.

Photo : Zermatt

« Lorsque les remontées mécaniques sont en fonctionnement, il n’y a pas de véritable problème car la capacité de transport est très grande. Et nous avons malheureusement très peu de visiteurs par rapport aux années précédentes car tous nos visiteurs étrangers sont absents. Cela représente un certain avantage car il y a beaucoup de place sur le domaine ». Nous rencontrons des difficultés le matin avant 8h30, tant que les visiteurs ne peuvent pas emprunter les remontées mécaniques. Nous leur conseillons vivement de ne pas arriver avant 8h30 », précise Simona Altwegg.

Station de ski de Zermatt : un recul estimé d’environ 30%

La station de Zermatt accueille quasi exclusivement des visiteurs suisses depuis le début de l’hiver et « nous pensons que cela va rester comme ça ». Les incertitudes liées au COVID, la quarantaine imposé aux skieurs provenant de Suisse et les gouvernements qui conseillent de ne pas voyager font que seuls les suisses peuvent skier dans leurs stations.

« 50% de nos clients proviennent de l’étranger. Ce sont surtout des anglais, des français, des américains, des allemands. Il est très difficile de savoir si la situation va changer et d’estimer le recul des nuitées sur l’hiver. Aujourd’hui, nous estimons un recul d’environ 30% mais ce ne sont que des suppositions ».

Photo: Zermatt Tourismus

Les visiteurs actuels de Zermatt sont des personnes très sportives, des familles, ou des couples. Ces derniers séjournent entre 2 et 7 nuits sur la station. « Le ski à la journée est rare car la station est un peu éloignée de Zurich ou Berne », nous explique Simona Altweeg. La station de Zermatt est très populaire auprès du public skieurs pour la bonne qualité de ses pistes et des infrastructures.

« C’est un avantage de ne pas être populaire pour notre après-ski, surtout dans ce contexte »

Les vacances scolaires ne sont pas identiques dans tous les cantons suisses. Elles se répartissent entre fin janvier et début mars. « Cet hiver sera différent. Nous prenons les journées comme elles viennent et nous essayons de nous adapter ».

« Le focus est actuellement sur la Suisse. A l’avenir, notre objectif est de rester international. D’autant que nous avons des hôtes très divers. Cette diversité est une stratégie de notre destination qui nous a déjà aidé à surmonter des crises », précise Simona Altwegg.

Photo: skiing Zermatt – Pascal Gertschen

Plus de services – Plus de sécurité – Plus de santé

Cet hiver, Zermatt a fait le choix de ne pas travailler en situation dégradée. La station à choisir de maintenir son niveau de qualité en mettant à disposition es visiteurs l’ensemble du domaine skiable, et tous les hébergements.

« Cela serait plus économique de réduire une partie des services mais plus de place signifie plus de sécurité et plus de santé. C’est très important pour nous de rester à cette qualité élevée car nous pensons que les clientèles suisses qui viennent découvrir Zermatt pour la première fois doivent profiter d’une qualité optimale du domaine. Nous devons les convaincre pour les années à venir », indique Simona Altwegg.

La modernité et l’innovation inscrites dans l’ADN de la station de ski de Zermatt

Depuis le samedi 19 décembre, la station de ski de Zermatt a mis en service la toute première télécabine autonome de Suisse. Ce sont des capteurs et des caméras qui identifient d’éventuelles anomalies et qui interviennent sur le fonctionnement de la remontée. Si, par exemple, un skieur devait rester bloqué dans la porte de la cabine par ses chaussures de ski, le système réagit immédiatement et arrête automatiquement l’installation. Cette installation s’inscrit dans un projet global d’investissement de CHF 30 millions incluant une installation de neige de culture de 4,5 km de long et 63 nouveaux canons à neige.

Photo : première télécabine autonome de Suisse

La station de ski de Zermatt travaille également sur un incroyable projet de liaison depuis le Mattherhom Glacier Paradise à la frontière avec l’Italie. L’objectif de ce projet qui devrait voir le jour en 2022 est de construire une nouvelle remontée mécanique depuis le Petit Cervin. Avec cette remontée mécanique, il sera possible de connecter Zermatt et Cervinia en Italie, aussi bien en été qu’en hiver.

Enfin, la station de Zermatt travaille sur l’accueil d’une épreuve une Coupe du Monde de Ski sur Zermatt. « Nous sommes actuellement en train d’étudier ces possibilités avec la FIS », nous confie Simona Altweeg.