Dans tous les territoires de montagne français, en altitude comme dans les vallées, la mobilisation n’a jamais été aussi forte, aussi déterminée et unie pour s’élever contre la décision du gouvernement de ne pas permettre l’ouverture des remontées mécaniques des stations de ski françaises pour la fin d’année, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de COVID-19.

Journée de mobilisation en montagne ce jeudi 3 décembre 2020, dans les stations de ski françaises. Des initiatives ont été organisées pour exprimer d’une voix unie, cohérente et forte, la surprise et le mécontentement face aux décisions controversées du gouvernement de maintenir les remontées mécaniques fermées pour les vacances de Noël.

Mobilisation solidaire de la montagne française

Val Thorens et la Vallée des Belleville

Mobilisé par Claude Jay, Maire des Belleville, avec le soutien actif de tous les services, corps de métiers, socioprofessionnels et familles de la Vallée (Val Thorens, Saint-Martin-de-Belleville et Les Ménuires), l’ensemble des acteurs se sont réunis au Plan de l’Eau des Bruyères pour un grand rassemblement unitaire, identitaire et solidaire, afin de manifester et exprimer, de façon pacifique et sans polémique, le mécontentement de la Montagne française.

Ils étaient plus de 500 à se réunir, sous le soleil des Belleville, pour adresser leur message à l’attention du gouvernement. « Vous pouvez nous faire confiance, nous sommes là, la neige aussi, et nous sommes prêts ».

Cette action, réalisée en toute simplicité, et en toute amitié s’est déroulée ce jeudi 03 décembre à 11H30. Elle fait écho au ressenti partagé de l’ensemble des acteurs de la Montagne française.

 

Solidarité et détermination positive aux Saisies

Des images aériennes des Saisies de ce 03 décembre démontrent la mobilisation des acteurs économiques de la station des Saisies qui s’étaient rassemblés pour réclamer l’ouverture des remontées mécaniques pour les vacances de Noël.

“Nous ne sommes pas ici pour défier l’autorité mais faire voir notre mécontentement. Mr Le Président, merci de prendre soin de la santé des français, mais la santé des français passe aussi par l’activité économique”.

Val Cenis : une mobilisation haute en symbole

En Haute-Maurienne Vanoise, les acteurs de Val Cenis se sont mobilisés contre la décision de fermeture des remontées mécaniques pour la fin de l’année. “Commerçants, hôteliers, artisans, restaurateurs, moniteurs, agriculteurs, enfants du club des sports, saisonniers du tourisme, personnel du domaine skiable, etc. se sont réunis pour faire entendre au gouvernement que [les acteurs de la station ne sont] pas d’accord avec cette décision incohérente”.

Nous vous invitons à cliquer sur le lien ci-dessous afin de visualiser les actions menées par la station :

Mobilisation au Val d’Allos, dans les Alpes du Sud

Acteurs de la station, socio professionnels, habitants et saisonniers sont venus nombreux ce matin pour faire entendre leur voix tous ensemble et montrer leur besoin de pouvoir ouvrir les domaines skiables.

 

Mobilisation dans les Pyrénées – Saint-Lary

Dans les Hautes-Pyrénées, les acteurs étaient également mobilisés. Ce jeudi 03 décembre, élus et acteurs économiques des stations de Saint-Lary (Altiservice), Val Louron et Piau Engaly étaient rassemblés pour parler d’une seule voix contre la décision gouvernementale.

Image : mobilisation à Saint-Lary

Mobilisation en montagne : référé liberté au Conseil d’Etat contre la fermeture des Remontées Mécaniques

Depuis des semaines, les acteurs de la montagne alertent et multiplient les interventions auprès du gouvernement qui reste désespérément sourd à ses appels et “s’enferme dans sa logique absurde”. La montagne française a donc décidé de déposer un recours auprès du Conseil d’État contre la décision du gouvernement de ne pas permettre l’ouverture des remontées mécaniques des stations de ski françaises pour la fin d’année.

Déposée le jeudi 3 décembre à 16h00, conjointement par Domaines Skiables de France (DSF), l’Association Nationale des Maires des Stations de Montagne (ANMSM), le Syndicat National des Moniteurs du Ski Français (SNMSF), le Syndicat National des Guides de Montagne (SNGM), cette saisine du Conseil d’État l’est également par 6 Régions françaises (Nouvelle-Aquitaine, Occitanie, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Bourgogne-Franche-Comté, Grand-Est et Auvergne-Rhône-Alpes) ainsi que par 15 départements (Ain, Alpes-de-Haute-Provence, Hautes-Alpes, Alpes-Maritimes, Ariège, Cantal, Haute-Garonne, Isère, Loire, Haute-Loire, Hautes-Pyrénées, Pyrénées-Orientales, Savoie, Haute Savoie et Vosges).

Les élus, les acteurs locaux, les socio-professionnels et la population sont plus que jamais mobilisés dans un même mouvement de contestation pour défendre nos territoires, nos emplois et notre économie.

Notre union fait notre force et nous ne lâcherons rien face à ces décisions infondées et arbitraires.

“Notre volonté est claire : nous nous battons contre une mesure incohérente. Comment peut-on décider, par exemple, d’autoriser la circulation chaque jour des rames de métros bondés et des TGV où les gens sont les uns à côtés des autres pendant des heures ? d’autoriser les français à partir à l’étranger en avion ? mais pas au ski ? d’ouvrir la Tour Eiffel au public le 16 décembre prochain ? et en même temps décider sans arguments recevables de FERMER les remontées mécaniques de nos montagnes dont 93% sont des télésièges et des téléskis totalement ouverts au grand air, ainsi que tous nos grands espaces de pistes de ski ? Où est le bon sens et la mesure ?

Nous nous battons aussi contre une mesure incompréhensible au regard de l’évolution de la situation sanitaire. Nous nous battons enfin contre une interdiction générale et absolue que nous considérons comme illégale dans notre pays”, indique la montagne française dans un communiqué transmis ce vendredi 04 décembre.


A lire aussi…

Date d’ouverture des stations : décision le 11 décembre prochain

5 bonnes raisons de skier par temps de COVID

Plan Avenir Montagne