Val Cenis, les feux passent au vert pour appréhender l’après covid-19. Attirer de nouveaux clients, partir à la conquête de nouveaux marchés… n’est pas chose facile en temps normal, et encore moins par temps de covid-19. C’est le pari relevé par la station de ski de Val Cenis, située en Haute-Maurienne.

Val Cenis : une saison d’hiver amputée par le covid 19

L’interruption brutale de la saison d’hiver pour cause de covid-19 a été un coup dur pour les stations de sports d’hiver françaises. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, ce sont les moyennes et grandes stations qui ont le plus souffert. Ces dernières ont effectivement l’habitude de prolonger la saison d’hiver jusqu’à la fin du mois d’avril ou même le mois de mai pour certaines. L’arrêt total et brutal de la saison a entraîné l’annulation de toutes les réservations de la fin de saison et un manque à gagner important.

Sur la station de Val Cenis, la perte de chiffre d’affaires liée au covid-19 est estimée à 2 millions d’euros, soit une baisse de 15% par rapport à la saison précédente. La réduction des charges liée notamment à la mise en place du chômage partiel a permis de “réduire l’impact négatif de cette baisse d’activité”, nous précise Yves Dimier, Directeur de la station de Val Cenis.

Après Covid à Val Cenis : tous les feux sont au vert

L’industrie du ski fait certainement partie des activités touristiques les plus capables de s’adapter au changement. Qu’il s’agisse d’un changement économique, climatique ou sanitaire, les stations de sports d’hiver ont une capacité de remise en question et d’adaptation qui permet à la plupart d’entre elles de “survivre” à ces changements.

La crise du covid 19 a par exemple poussé la montagne à se structurer pour lancer une campagne de communication à l’échelle nationale. Une campagne, menée par l’association France Montagnes, et qui met en avant les valeurs “refuge” de la montagne et une autre forme de consommation du tourisme.

Du côté de Val Cenis, l’activité estivale débutera le 4 juillet prochain, avec un vent d’optimisme qui se confirme grâce aux réservations, chaque jour plus nombreuses. La station proposera cet été l’ouverture de la télécabine du Vieux Moulin et le télésiège Solert, ainsi que deux télésièges sur le secteur de Termignon pour la pratique du VTT et des randonnées à pied.

Crédit photo Daniel Durand

Des clients de plus en plus à la recherche de souplesse

Les clients, ou plutôt les voyageurs, ne se contentent plus de consommer des produits. Ils cherchent à consommer des paysages, à vivre une expérience et être au coeur de l’histoire. Plus que jamais, le voyageur devient le héros de ses vacances.

La station de Val Cenis l’a bien compris. Elle propose un tout nouveau parcours contemplatif au sommet de la station, en collaboration avec les restaurateurs, et ayant pour ligne d’arrivée la Canopée des Cîmes. Une installation hors du commun, qui permet de s’immerger dans la nature et de se laisser attirer par le vide en toute sécurité.

Crédit photo Daniel Durand

Pour la deuxième saison consécutive, la station organise très en amont la vente de ses forfaits de ski. Dès le mois de juin, les clients peuvent acheter leur forfait pour l’hiver suivant. “Nous souhaitons récompenser nos clients fidèles en leur proposant des bons plans pour l’hiver. Plus tôt ils réservent, et moins il payent cher. L’an dernier, nous avions lancé la vente dynamique de forfaits. Cette année, nous sommes très agréablement surpris par les ventes. Nous avons fait notre plus grande semaine de vente en ligne, début juin. Les clients apprécient de pouvoir profiter de bonnes affaires”, nous confie Yves Dimier.

A ce jour, ce sont 7000 journées skieurs qui ont été vendues à l’avance grâce à la politique de tarification dynamique de la station de Val Cenis.

 

Conquérir de nouvelles clientèles

La crise du covid 19 aurait-elle généré une certaine frustration chez les skieurs souhaitant skier à Val Cenis au printemps ? Une chose est sûre du côté de la Haute-Maurienne :

“les clients ont envie de venir au ski l’hiver prochain”

Et pour les satisfaire, la station a mis les petits plats dans les grands. En plus de proposer des prix imbattables sur sa plateforme de vente en ligne, elle propose des conditions d’annulation et de remboursement qui rassurent les consommateurs.

“De nombreux étrangers (belges et anglais essentiellement) ont déjà acheté leur forfait de ski, avec un argument de poids : une garantie de remboursement en cas de nouvelle crise sanitaire”, indique Yves Dimier.

Signe positif de ces premières tendances de consommation : 43% des clients ayant acheté ce printemps sont des nouveaux clients sur la plateforme.

 

“La clientèle jeune cherche avant tout les bons plans. Nous cherchons à répondre aux nouveaux modes de consommation afin de favoriser la pratique du ski auprès d’une clientèle qui est moins encline à venir spontanément en station”, conclut Yves Dimier.