Le glacier de Whistler n’ouvrira pas cet été – La station canadienne de Whistler Blackcomb (WB) se prépare à affronter l’après covid-19. Elle vient notamment de valider un plan d’exploitation réduit pour la saison estivale 2020, avec de grands changements. Elle annonce la fin (temporaire ?) d’une grande tradition estivale.

 

Un plan d’exploitation réduit pour la saison estivale 2020


Dans un message adressé au personnel ce 1er juin, Geoff Buchheister, directeur de l’exploitation, a annoncé qu’il n’y aura pas de ski sur le glacier cet été en raison de COVID-19.

“Beaucoup d’entre vous, ainsi que des grands noms de notre sport blanc, ont de bons souvenirs de leur participation à des snowcamps sur le glacier de Whistler durant l’été”, a déclaré Buchheister.

“Je suis attristé que nous ne soyons pas en mesure de proposer du ski sur le glacier cet été. Je ne prends pas cette décision à la légère et je comprends l’impact que cela aura sur les entreprises qui exploitent des camps sur le glacier, mais, avant tout, notre priorité doit être sur la planification d’une opération estivale sûre”.

En cause : un accès sécurisé au glacier

Les responsables de la station et de l’exploitation du glacier de Whistler expliquent la fermeture du glacier par un accès difficile à sécurisé.

L’accès au glacier “ajoute une couche de complexité à une situation déjà complexe”,

a-t-il ajouté.

“En réduisant notre concentration de clients sur nos activités estivales, nous appliquons un plan minutieux, mesuré et réaliste. Notre objectif est de respecter les directives provinciales en matière de santé”, a-t-il déclaré.

«Nous devons bien faire les choses pour la durabilité de notre entreprise et de notre communauté. J’aurai plus d’informations à partager sur ce plan d’exploitation estivale dans les semaines à venir, ainsi qu’une date d’ouverture.»

Le glacier Horstman, communément appelé le glacier de Whistler Blackcomb, sert à l’entraînement de nombreux athlètes durant l’été. Une bien mauvaise nouvelle pour tous les amoureux de ce lieu mythique du ski d’été. D’autant que depuis plusieurs années, le changement climatique affecte ce joyau de la nature, et selon les spécialistes : ses jours sont comptés. Sa masse diminue en effet d’un demi-million de mètres cubes par année, l’équivalent de 200 piscines olympiques qui se vident tous les ans.

Source : https://m.piquenewsmagazine.com