Après les résultats inquiétants d’une étude sur les microplastiques réalisée sur le glacier proche de Pejo 3000, la direction de la station de Pejo 3000 a décidé d’interdire définitivement les plastiques à usage unique.

Les sports d’hiver engendrent de par leur nature une fréquentation des espaces naturels de montagne. Si ces activités ne sont pas contrôlées, elles peuvent devenir à terme très polluantes, et nocives pour l’environnement. Lorsque ces activités sont pratiquées dans un environnement aussi délicat que celui de la haute montagne, leur impact se multiplie considérablement. Pour cette raison, toute initiative « verte » mise en place par les stations est la bienvenue.

 

Une initiative pour une station plus verte

La décision prise par la station de Pezo 3000 a déjà été largement relayée dans les médias. Il s’agit d’ailleurs de l’une des décisions les plus applaudies pour promouvoir une station plus verte. La petite station italienne a récemment interdit les plastiques à usage unique sur l’ensemble de son territoire.

Cette décision a été prise après avoir pris connaissance des résultats d’une étude menée par l’Université de Milan. L’enquête a été menée dans le glacier Forni, le plus proche de la station.

Entorno de Pejo 3000
Environnement Pejo 3000. Source: Station Pejo 3000

Les chercheurs ont analysé des échantillons de glace et les résultats ont été dévastateurs. La surface du glacier contenait une concentration de plus de 150 millions de particules de plastique. Pour replacer ces données dans leur contexte, cette concentration de microplastiques est comparable à celle de toutes les mers européennes. Le risque associé aux particules de plastique dans les glaciers est très élevé. En plus de s’accumuler et de rester indéfiniment dans la nature, il y a un risque qu’ils soient introduits dans notre chaîne alimentaire et dans celle des animaux.

Lors de l’analyse de ces particules, l’étude a perçu qu’il s’agissait principalement de polyester et de polyéthylène. Ces matériaux participent à la composition de nombreux objets à usage unique et d’une partie des remontées mécaniques, ainsi que du matériel et des vêtements de ski.

La station italienne de Pejo 3000 a réagi très rapidement suite aux résultats de cette étude. Elle a décidé jouer la transparence, sans minimiser ces résultats. Pour réduire l’impact de son activité sur l’environnement, elle a opté, immédiatement, pour interdire l’utilisation de plastiques à usage unique.

 

En interdisant l’utilisation de plastiques à usage unique, Pejo 3000 s’engage pour l’environnement


La station a décidé de revoir son fonctionnement de manière intégrale pour convertir Pejo 3000 en un lieu pleinement conscient de son environnement. Les dirigeants de la station de Pejo 3000 se sont engagés à éliminer les plastiques de leurs remontées mécaniques, à améliorer le processus de recyclage des déchets et à obtenir leur énergie à partir de sources renouvelables grâce à trois centrales hydroélectriques.

En ce qui concerne les plastiques à usage unique, tous les couverts, bouteilles, pailles ou verres utilisés seront faits de matériaux réutilisables, tels que le métal ou le verre.

Cette initiative menée par Pejo 3000 démontre que l’existence d’une station écologique et fonctionnelle est possible. Ces mesures sont nécessaires pour garantir un avenir à la montagne, ainsi qu’un maintien et une évolution du modèle économique que sont les stations de ski. Une initiative qui devrait faire des émules, en créant un véritable réseau de stations vertes, pour tous les amoureux de la montagne.