Le ski, le hockey sur glace et le patinage en plein air sont certainement les activités sportives les plus touchées par le changement climatique. Considérées comme des victimes impuissantes de la hausse inexorable des températures, elles pourraient bien jouer un rôle fondamental dans la lutte contre le réchauffement climatique.

 

Tous unis pour lutter contre le réchauffement climatique

Les Nations Unies ont organisé cette semaine un sommet sur le climat, à l’initiative du Secrétaire général, António Guterres. L’objectif de ce sommet était de proposer des moyens plus ambitieux pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, réduire la production de déchets et favoriser les sources d’énergie renouvelables.

Face au constat alarmant du réchauffement climatique, les organisateurs ont touché du doigt l’influence du sport sur le réchauffement climatique. De nombreuses activités sportives (ski, patinage sur glace, hockey) sont directement affectés par la hausse des températures.

Geert Hendriks, directeur de Sport and Sustainability International, une entité à but non lucratif basée en Suisse, a déclaré que les innombrables passionnés de sport du monde entier pourraient jouer un rôle moteur dans la lutte contre le réchauffement de la planète.

“Il est important que nous utilisions le sport pour parler d’action climatique”, a-t-il déclaré.

Les activités sportives, qu’il s’agisse du ski, du hockey ou du patinage de vitesse, sont en danger … mais nous pouvons aujourd’hui nous appuyer sur ces pratiques pour faire avancer le débat sur le réchauffement climatique.

 

Partout dans le monde, la nature tire la sonnette d’alarme

Quel que soit le massif montagneux, le réchauffement climatique se fait sentir.

Geert Hendriks a déclaré que le nombre de stations de ski dans les Alpes était passé à 176, contre 193 il y a dix ans. “Je n’ai pas à vous dire ce qui se passera si cela continue. Il n’y aura plus de stations de ski dans les Alpes“, a-t-il déclaré.

Dans les Alpes, sur le versant italien, les autorités ont dû fermer des routes et évacuer certaines zones, craignant qu’un pan entier du glacier Planpincieux, situé près de la station de Courmayeur, dans le Val d’Aoste, ne s’effondre. Des centaines de milliers de personnes affluent chaque année dans la région pour faire du ski ou du snowboard.

Vidéo : Youtube – Euronews

 

Les sportifs : les nouveaux porte-paroles de demain

De l’autre côté de l’Atlantique, aux États-Unis, le tourisme sportif représente environ 20 milliards de dollars. Un montant non négligeable à l’échelle de l’économie du pays. Selon plusieurs études scientifiques, la durée de la saison d’hiver dans l’Ouest américain a diminué de 34 jours depuis le début des années 1980.

Le groupe de défense du climat Protect Our Winters, basé dans l’état occidental du Colorado, entend impliquer les skieurs, les snowboarders, les alpinistes, les coureurs et d’autres athlètes dans la vie politique du pays. Le secteur des sports de plein air génère d’importants revenus et de nombreux : il peut également porter un message.

Ces collectifs peuvent avoir un impact fort sur les élections“, a déclaré Binch. “Lorsque vous faites un discours sur les emplois et l’impact économique, plus de gens écoutent.”

Des initiatives citoyennes pour alerter sur le changement climatique

A quelques pas de là, au Canada, un projet citoyen et scientifique nommé Rink Watch rassemble des patineurs amateurs. Rink Watch a été lancé en 2013 dans le but de surveiller les conditions climatiques dans l’ensemble du pays, en s’appuyant sur les pratiquants comme outils de mesure du climat. Ces derniers signalent quand et où ils pratiquent leur sport préféré, puis les problèmes météorologiques et les conditions de glace rencontrés pendant la saison et enfin, à quelle date les températures deviennent trop élevées pour poursuivre la pratique. Les données sont ensuite compilées pour mesurer les changements sur la glace qui pourraient être attribués au réchauffement planétaire.

Le réchauffement climatique n’est plus une préoccupation exclusive des scientifiques. Chaque habitant de la planète, à son échelle, est concerné par ce phénomène, et assume une part de responsabilité. Les skieurs, snowboarders, patineurs ou hockeyeurs se soucient chaque jour un peu plus, de leur terrain de jeu et de pratique. L’avenir passera-t-il par une plus grande prise de parole de toutes celles et tous ceux qui vivent et pratiquent la nature au quotidien ?

Crédits : Freepik.