Malgré un emploi du temps chargé, Massimo Bonetti nous reçoit avec sa gentillesse et sa joie caractéristiques. Derrière lui, une carrière professionnelle intense et satisfaisante dans le monde de la neige et un curriculum impressionnant. Il nous confie sa passion pour le ski, ses motivations et ses grandes plus grands défis.
I LOVE SKI : Massimo, pouvez-vous nous présenter votre carrière professionnelle ? D’où vient votre passion pour la montagne ?
MASSIMO BONETTI : Je suis né et j’ai grandi ici à Sestriere. Je suis passionné de montagne depuis mon plus jeune âge. J’ai toujours vécu près des pistes de ski et en contact avec le tourisme, donc je suis pratiquement né avec ça à l’intérieur.
I LOVE SKI : Comment avez-vous commencé à travailler dans le milieu du ski ?
MASSIMO BONETTI  : J’ai commencé à travailler dans les secteurs du tourisme et du ski en 1996, ici à Sestriere. J’ai commencé à collaborer à l’organisation des championnats du monde de ski alpin qui se dérouleraient l’année suivante, en 1997. J’étais le gardien du bureau de presse. Je m’occupais notamment de gérer l’accès des journalistes, d’allumer les lumières, de vérifier le bon fonctionnement des installations, de mettre en place les premières lignes Internet pour les journalistes.
C’est en 1997 que j’ai commencé à travailler sur les pistes, en travaillant sur l’organisation d’évènements sportifs sur la station de ski ; d’abord avec les championnats d’Italie et ensuite la Coupe d’Europe, et la Coupe du Monde. C’est comme cela que j’ai commencé à collaborer au sein de cette organisation.
En 1998, j’ai travaillé au sein du service marketing, aux relations commerciales et au marketing des installations. Ensuite, je me suis consacré à tout ce qui concerne la passation de contrats avec les principaux tour opérateurs, la commercialisation des forfaits de ski, la publicité, ainsi que la participation à des salons professionnels et grand public, conférences, séminaires, etc. Après un certain temps, je suis devenu responsable de tous les contrats des tour opérateurs et des clubs de ski. J’ai poursuivi ce travail et j’ai fini par être le responsable du service.
En 2004, j’ai été contacté par le maire de Sestriere et je suis devenu le conseiller touristique du maire pour les relations institutionnelles de la municipalité. En 2014, je suis également devenu responsable des grands événements. Pendant ce temps, j’ai continué à faire mon travail et en 2015, j’ai été élu président du Consortium Touristique Via Lattea. Depuis lors, je suis impliqué dans la promotion, la gestion et les relations avec les hôtels, les journalistes, les chaînes de télévision …
En 2016, je suis aussi devenu manager général du comité d’organisation de la Coupe du Monde.
I LOVE SKI : Est-il difficile de concilier votre position de manager général du Comité d’Organisation de la Coupe du Monde avec la présidence du Consortium Touristique Via Lattea ?
MASSIMO BONETTI : C’est vrai que ce sont deux choses importantes. Être président du Consortium Via Lattea prend beaucoup de temps tout au long de l’année, en été, nous travaillons pour l’hiver et en hiver, nous travaillons pour l’été. Et être le gérant de la Coupe du Monde est un travail qui est concentré dans un laps de temps plus court, alors quand il est nécessaire de travailler dessus, j’ai tendance à être beaucoup plus fatigué. Il y a beaucoup à faire, mais le temps est limité, environ dix mois ou un an.
Ces missions me laisse peu de temps pour être avec ma famille et mes amis, que je suis malheureusement contraint de négliger un peu. Mais, d’un autre côté, je ressens une énorme satisfaction de pouvoir faire le travail que je fais, à la fois l’organisation de la Coupe du Monde et le Consortium touristique, qui sont des choses complémentaires. Je travaille dans le même but: essayer d’apporter quelque chose de plus à Sestriere et à la Via Lattea en général. C’est un effort très « lourd », comme on dit habituellement, mais cela donne aussi une grande satisfaction.
 
 
I LOVE SKI : Et en parlant de cette satisfaction, quelles sont vos motivations ? Pourquoi vous levez-vous le matin ?
 
MASSIMO BONETTI : C’est avant tout le désir de s’impliquer, de toujours faire quelque chose de nouveau, de toujours avoir de nouveaux projets pour essayer d’être meilleur et d’apporter ma contribution à ma ville et à mes montagnes, et développer le territoire. C’est un stimulus continu.
I LOVE SKI : Quelle a été votre plus grande réussite professionnelle ?
MASSIMO BONETTI : Ce qui m’a le plus touché personnellement et professionnellement, c’est ce qui s’est passé lors de l’organisation de la dernière Coupe du Monde féminine et masculine que nous avons organisée ici à Sestriere en 2016, dans laquelle j’étais le manager général. Pour la première fois dans l’histoire des Coupes du Monde à Sestriere, le public est venu très nombreux : nous avons reçu à Sestriere 20.000 spectateurs pour la Coupe du Monde. Normalement, nous avions 1000, 1500 ou 2000 participants. C’est alors que la Fédération Internationale de Ski (FIS) a voulu prendre notre commission comme modèle organisationnel pour la montrer à tous les autres comités d’organisation de la Coupe du Monde. Ils ont amené un photographe sur les pistes pour qu’il puisse, pendant trois jours, prendre des photos de toutes les pistes, des stands, des accès, des zones techniques … Tout ceci dans le but que les autres stations nous prennent comme exemple pour organiser une Coupe du Monde dans les meilleures conditions. C’est sans aucun doute l’une d emes plus grandes satisfactions.