L’orographie et le climat de la capitale espagnole invitent chaque hiver des milliers de pratiquants à skier dans les montagnes de Madrid. Située sur une plaine à 650 m d’altitude, la ville animée de Madrid danse au rythme effréné des grandes villes. En 2018, les records seront à nouveau battus. La capitale enregistre plus de 11 millions de touristes et une consommation moyenne de plus de 1 300 € par personne (Exceltur). La métropole se positionne comme la Communauté autonome où le tourisme a le plus augmenté (10,2%) en l’an 2017.

Le Prado, le parc du Retiro, La Gran Vía et Cibeles, jusqu’à la Plaza Mayor, le Palacio Real, la Puerta del Sol et le Teatro Real, attirent l’attention des millions de touristes qui visitent Madrid chaque année. Cependant, à quelques kilomètres à peine, les touristes peuvent profiter d’un patrimoine naturel d’une beauté singulière que beaucoup ne verront que de l’avion.
 
 

Madrid : un environnement de montagne, idéal pour skier

Le système central, composé de zones montagneuses d’une grande richesse écologique, éblouit par ses reliefs, ses couleurs et ses arômes. Un écosystème fragile, où plus de 2 700 espèces de flore autochtone coexistent. Une grande variété de faune profite de la diversité des écosystèmes du système de montagne. On y retrouve le chevreuil, la chèvre de montagne, le cerf, les daims ou les renards.
Comme pour la ville, l’offre de montagne est particulièrement variée. Puerto de Somosierra, Navacerrada, en passant par la Sierra de Guadarrama, le port de Los Leones ou la Sierra de Gredos, sont autant de lieux emblématiques.

Image : Profil général des rivières Pirón et Tajuña. Pedraza (1994)
Qui dit “Montagne” dit “Altitude”, et la Communauté de Madrid n’est pas en reste : la Peña Cebollera, dans la Sierra de Ayllón, se situe à 2 129 mètres d’altitude, Siete Picos à 2 138 mètres ou le toit du Système central, avec Peñalara et ses 2 428 mètres.
Bien que pendant la guerre civile, la région ait subi d’intenses processus de déforestation et d’exploitation forestière, de repeuplement intense et de classification des zones protégées, une grande partie de la masse forestière perdue dans la région a été récupérée. Une chaîne de montagnes où le visiteur trouvera une végétation autochtone en quantité et en variété : les chênes et les chênes lièges s’étendent sur les bas reliefs puis, plus en altitude, les hêtres feuillus, à côté des ifs, des érables, des cerisiers, des houx et des châtaigniers. Les pluies et les orages participent à leur croissance tout en réduisant l’aridité estivale de la région.
Image : Carte du Parc National de Sierrra de Guadarrama (madrid.org)

Plus de 230 espèces d’arbres enregistrées dans la région

Plus de 230 espèces d’arbres ont été enregistrées dans la région. Le plus ancien de la péninsule, le “Tejo de Barondillo”, remonte à plus de 1300 ans et préside une prairie dans les environs de Rascafría. On y découvre aussi le grand séquoia de la Casita del Príncipe en L’Escorial, avec 9,2 mètres de périmètre qui apparaît si souvent sur Instagram. A souligner également le berrocal granitique de la Pedriza et son grand dôme de Helm à 1 714 m, d’où la vue est magnifique sur la ville de Madrid. Dans les étages inférieurs, en raison des particularités climatiques et géographiques de la région, on retrouve des forêts de pins sauvages. Les branches tordues par l’action du froid, de la neige et du vent, en font leur particularité.
Dans ce secteur, se trouve la station de ski Puerto de Navacerrada. De petite taille, mais pleine de charme, ses pentes éblouissent petits et grands, débutants et experts. Bénéficiant d’un accès confortable depuis la N-VI et la M-607, cette station de ski est visitée année après année par des milliers de skieurs et de touristes qui montent à la découverte de la neige de Madrid.

Skier à Madrid 

 
L’une des particularités de Madrid, est qu’il est possible de skier toute l’année. La capitale ayant la seule station de ski couverte du Sud de l’Europe.
Les fronts froids de janvier, s’accompagnent de chutes de neige d’intensité différente. Ils permettant de profiter du l’or blanc, entre 30 et 90 jours pendant l’hiver dans le système central. Le climat méditerranéen continental fait partie de l’ADN de Madrid et provient en grande partie de ses montagnes. Ces dernières constituent une barrière contre les fronts et les masses d’air humide. Avec un gradient thermique notable, les montagnes du système central reçoivent des fronts polaires et des anticyclones thermiques très humides. Ces derniers apportent des périodes de temps froid et sec.
Les masses d’air humide rencontrent la barrière naturelle montagneuse. Elles y déversent des précipitations abondantes sous forme de pluie et de neige, l’effet foehn étant peu présent sous ces latitudes.
Peñalara, Risco de Claveles, Cabeza de Hierro (majeures et mineures) se caractérisent par des montagnes, des formations sinueuses, aussi variées qu’hétérogènes, caractérisées par leur relief, leurs escarpements et leurs champs de neige implacables au milieu de pentes remarquables.
Le Risco de los Pájaros, Deux Soeurs, le Cerro de Valdemartín ou la Bola del Mundo (également appelé Alto de Guarramillas) qui culmine à 2 265 mètres d’altitude et préside la station de ski de Puerto de Navacerrada, nous montre les contours principaux de ce massif constitué des cirques de La Laguna, de Pepe Hernando, de La Pedriza, de Heath et du Nicho de los Pájaros.
 
Image : I love ski
La station de ski de Puerto Navacerrada, à 1858 mètres d’altitude, est l’une des toutes premières stations de ski à avoir été créées en Espagne. Zone de loisirs et fête de la bourgeoisie de l’époque, le col de Navacerrada a été créé à l’époque de Felipe V. L’objectif était de lui permettre de fuir la chaleur de Madrid. Un itinéraire pratique sans passer par le Puerto de la Fuenfría pour rejoindre son lieu de méditation et de repos préféré : La Granja.
La répartition de la propriété foncière entre la Communauté de Madrid, avec les municipalités de Cercedilla et Navacerrada, et la Junta de Castilla y León, du Real Sitio de San Ildefonso, a compliqué la gestion de cette station. Cette dernière a connu une période de gloire dans les années 70 et 80. Son domaine skiable se situe principalement dans région de Ségovie et non Madrid, avec des pistes adaptées à tous les niveaux. La mythique piste del Bosque, est connue de tous pour son paysage, la qualité de la neige et sa pente.
La première remontée mécanique a été installée en 1954 à Guarramillas, sur les pentes de la Bola del Mundo. La station a installé ensuite un saut à ski sur la piste de l’Escaparate (littéralement, la “vitrine”) qui a été par la suite démantelé. Une station très fréquentée par le public madrilène dans les années 60 et 70, avec plus de 100 autocars et 7000 véhicules stationnés dans les parkings et dans les zones proches.
estación esquí Puerto Navacerrada
La station de ski Puerto de Navacerrada, exploitée depuis 2006 par une société de gestion, a modernisé le système de production de neige de culture et installé des barrières à neige pour conserver au mieux la neige. Un effort important a été fait sur l’accueil des débutants, et le confort des skieurs. La station a installé un tapis, amélioré ses remontées, notamment le remplacement d’un ancien téléski par un télésiège débrayable sur les pistes de La Bola del Mundo. Ses prix bas font de cette station mythique du système central un véritable berceau de skieurs. Un travail non négligeable à ne pas oublier dans l’industrie de la neige, car ces débutants nourriront plus tard les pistes d’autres domaines skiables des Pyrénées et des Alpes.
La station de ski voisine, Valdesquí, partage avec Navacerrada, son antenne géante de 65 mètres, qui pointe à 1959 mètres d’altitude vers le ciel.
Située à seulement 70 kilomètres de Madrid et à 30 kilomètres de Ségovie, cette station de ski est à l’abri du vent, grâce à la Bola del Mundo, au Cerro de Valdemartín et à Peñalara. En forme de grand entonnoir, cette station légendaire a été le berceau de millions de skieurs madrilènes. Ces derniers ont appris à faire leurs premiers virages sur de larges pistes à l’inclinaison modérée et progressive. Située sur des terres appartenant à l’Église jusqu’à la confiscation de Mendizábal, la station est passée entre les mains de bergers privés, qui pouvaient contrôler leur bétail dans cette vallée à l’abri du vent.
Image : Valdesquí
C’est en 1972 que la “Ski Valley” a été baptisée Valdesquí et que les premiers doubles téléskis de Noruego, la Peña del Águila ou la Pradera ont été installés, tandis que les pistes étaient travaillées avec une dameuse Kässbohrer afin que les skieurs puissent glisser avec leurs skis en bois brut provenant de l’autre côté des Pyrénées. Jusqu’en 2000, la pratique du snowboard à Valdesquí était interdite. Un simple souvenir aujourd’hui pour cette station qui possède actuellement le meilleur snowpark du système central.
 
 

La neige de Ségovie 

La station de ski La Pinilla est située dans la Sierra de Ayllón du système central et appartient à la municipalité de Riaza, dans la province de Ségovie. L’accès depuis Madrid est simple. Située à un peu plus de 100 kilomètres par la route N-I, en empruntant un col de montagne très souvent accessible en hiver sans chaînes ni pneus neige.
La station est divisée en plusieurs zones, le pied de la station étant situé à 1500 m et sa limite supérieure à 2050 m. Le bas de station est bordé des deux côtés par des magasins, qui fonctionnent principalement le week-end et une auberge de jeunesse récente **. L’accès aux pistes se fait par le télésiège “SuperExpress”.
La zone Testero (1700m-1920m) est une zone particulièrement appréciée des familles avec des pistes accessibles et simples, et un modeste snowpark. À 1800 m, se trouve le centre de la station, avec une zone dédiée aux débutants et aux écoles de ski. Cette montagne escarpée a des pentes de difficulté considérable notamment dans le secteur du Pico del Lobo, et le Mirador, la zone la plus généralement enneigée et qui lui confère un caractère très alpin.
 

Image : La Pinilla

Un domaine hors pistes des plus mythiques de Madrid

La station de ski de Castilla Leon, La Pinilla, a vécu des périodes de gloire dans le passé, étant donné que ses pentes abruptes ont permis la réalisation de compétitions de haut niveau dans les années 70. A cette époque, la station comptait deux remontées mécaniques. Une qui provenait du bas de la station jusqu’au Gran Plató. Et une autre qui débutait à 1800 m jusqu’au Pico del Lobo, à plus de 2.200 m d’altitude.
La station de ski de La Pinilla del Valle de Riaza a commencé son aventure en 1968, grâce à D. José Pirinoli Gómez, un passionné de sports d’hiver qui a été un précurseur du ski en Espagne. Un environnement vertical qui descend parmi les forêts de pins, mettant en évidence des pistes telles que les écureuils, les forêts et le belvédère. Les investissements effectués dans cette société à responsabilité limitée en 1993 ont permis à cette petite station de devenir une référence.
Lorsque la neige est abondante, la station de La Pinilla offre l’une des descentes hors pistes les plus mythiques et les plus exposées du Système Central. En empruntant le télésiège du Mirador, jusqu’au Pico del Lobo, il est possible d’accéder à une piste noire très exigeante. Cette dernière ravira les skieurs les plus expérimentés. Il est également possible d’accéder à la “vallée parallèle”, de Las Peñuelas, en passant par le Cerro del Aventadero. Il permet aux freeriders de faire une descente inoubliable à travers une forêt de pins, qui se termine en amont de l’urbanisation. N’oubliez pas que tout itinéraire hors piste sera sous votre propre responsabilité.
Nous vous recommandons de le faire en toute sécurité et toujours accompagné d’un guide de montagne et / d’ou un professionnel qualifié connaissant le terrain et ses particularités.