L’augmentation des accidents sur les pistes de ski préoccupe à la fois les responsables des stations de ski mais aussi les pratiquants qui dévalent les pistes de ski saison après saison. Plus de 200 millions de personnes dans le monde pratiquent le ski alpin et / ou le snowboard et en Europe, le nombre de pratiquants est en augmentation constante.
L’augmentation susmentionnée de la pratique sportive générale, la massification des stations de ski à certaines périodes, l’augmentation du nombre de pratiques à risque tels que le freeride et le freestyle, … sont plusieurs facteurs à l’origine de nombreuses blessures au ski, dans le monde entier.
Les coups, les ecchymoses, les entorses sont quelques-uns des mots que nous ne voulons pas entendre lorsque nous décidons de passer quelques jours de vacances à la neige … mais devons-nous vraiment craindre les blessures au ski ? Si vous avez des doutes, voici quelques données scientifiques ainsi que des recommandations pour éviter les blessures en ski et en snowboard.
Selon les dernières publications scientifiques relatives aux blessures chez les enfants et les adultes au ski, les blessures à la taille scapulaire sont deux fois plus fréquentes chez les adultes que chez les enfants, tant en ski alpin qu’en snowboard (Ekeland, Rodven et Heir). , 2018). Dans la même étude, où 1603 enfants au total âgés de moins de 12 ans et 3202 adultes âgés de plus de 20 ans ont été analysés, il a été observé que les blessures au genou étaient deux fois plus fréquentes chez les adultes que chez les enfants.
Cependant, les lésions du tibia et du péroné, ainsi que les poignées, étaient beaucoup plus fréquentes chez les enfants que chez les adultes en ski alpin et en snowboard. De la même manière, il y avait une plus grande présence de blessures dans les zones destinées au freestyle, telles que les snowparks, affichant un taux de blessures plus élevé chez les jeunes que chez les adultes.

L’origine des blessures en ski alpin et en snowboard

La plus grande déception que nous puissions rencontrer lors d’un voyage au ski est certainement que l’un des membres du groupe soit blessé. Différents facteurs peuvent influer sur le risque de blessure lors d’un séjour au ski.
Vous trouverez ci-après les causes principales des blessures, ainsi que des recommandations :

– Condition physique

Une activité physique régulière dans les habitudes de vie du pratiquant, aidera à prévenir les blessures lors d’une journée ou d’un séjour au ski. Inclure des exercices cardiovasculaires et de musculation dans les routines hebdomadaires contribuera à augmenter la tonicité des muscles du bas et du haut du corps, améliorant non seulement les expériences de glisse sur les skis, mais réduira également le risque de blessure en cas de chute ou d’impacts indésirables.
Un échauffement adéquat avant de faire de l’activité physique est essentiel pour la prévention des blessures. Nous devons donc augmenter notre rythme cardiaque, favoriser l’irrigation de notre système neuromusculaire ainsi que son activation totale avant de commencer à descendre. Effectuer des exercices de mobilité articulaire, effectuer des rotations contrôlées du tronc ainsi que des extensions flexo des jambes après être sorti de l’ascenseur, devrait être une habitude à prendre tous les jours avant la journée de ski.
A la fin de la journée, une phase de retour au calme contribuera à réduire l’acidité de notre système musculaire, en évitant les fameuses douleurs après le sport. Terminer en effectuant des étirements soutenus aidera également à maintenir nos muscles souples et ductiles, en favorisant leur récupération.

– Fatigue

Les blessures de “surutilisation” sont également fréquentes en ski alpin et en snowboard, car certains mouvements se répètent lors de la descente, ce qui peut provoquer un moment de fatigue pouvant déclencher une blessure lorsqu’ils cessent d’être exécutés.
La contraction irrégulière et non coordonnée de la musculature génère des déséquilibres dans les zones toniques des différents groupes musculaires participant à une descente en ski. Sa répétition prolongée en situation de fatigue affectera une réponse retardée et pourra déclencher une chute ou un accident sur les pistes. Ne pas dépasser ses propres possibilités et inclure des arrêts pendant la descente, peuvent aider la musculature à se détendre et éviter le sentiment de fatigue. Une condition physique correcte diminuera la présence de blessures, grâce à l’augmentation de la force musculaire, protégeant les articulations d’une chute, offrant la flexibilité, condition physique de base pour réduire l’incidence et la gravité des blessures en ski alpin et en snowboard. La présence d’un entraînement neuromusculaire, ainsi que proprioceptif, permettra de réduire l’incidence des fractures et des blessures en montagne.
Une mauvaise pause, selon Gerardo Villa, affecte directement la probabilité de blessure. Selon le professeur de physiologie de l’Université de León (Espagne), le repos affecte l’entraînement et la performance physique pouvant engendrer des blessures à court, moyen et long terme: “Les athlètes qui souffrent d’un certain type de privation de sommeil sont affectés par certaines aptitudes liées à: force, puissance, agilité ou coordination.
Cela est aggravé par le fait que l’athlète veut toujours s’entraîner plus et mieux. L’intensité de l’exercice génère des problèmes liés au métabolisme qui les empêchent de dormir. Nous entrons dans un cercle vicieux, car s’ils dormaient moins bien, ils ne se reposeraient pas suffisamment et auraient une performance plus faible, ce qui engendrerait une plus grande prédisposition à la blessure. “

– Habitudes alimentaires

Ces habitudes peuvent être définies comme celles qui sont acquises au cours de la vie et qui influencent notre alimentation. Une alimentation équilibrée, variée et suffisante accompagnée de la pratique d’exercices physiques peut être la formule idéale pour rester en bonne santé et profiter de la neige au maximum. Une alimentation variée devrait inclure des aliments frais, sains et en quantité suffisante pour couvrir nos besoins énergétiques et nutritifs en montagne.
En particulier, lorsque l’on pratique des sports d’hiver, les habitudes doivent s’adapter aux conditions particulières dans lesquelles on se trouve. Le petit déjeuner nous fournira les nutriments nécessaires pour améliorer nos performances physiques et mentales. Éviter la consommation d’alcool avant, pendant et après le sport, sera essentiel pour profiter de la neige en toute sécurité. Savoir que la consommation d’alcool sur les pistes peut diminuer la coordination, générer des altérations de la vision, réduire la sensation de risque du pratiquant et diminuer d’autant sa résistance.

– Matériel dur et vêtements

Il conviendra de choisir le matériau idéal pour le ski et le snowboard, en fonction des conditions, mais aussi en estimant son importance en tant que moyen de protection contre les chutes ou les aléas climatiques.
casco-nieve
Rien de tel que de consulter un professionnel pour que le matériel ne soit pas un obstacle pour profiter de journées inoubliables dans la neige.

– Protection

Les nouveaux systèmes de fixation ainsi que la modernisation généralisée des équipements de ski et de snowboard contribuent de manière active et passive à la prévention des blessures (Goulet, 1999). Le réglage correct de la tension des fixations, ainsi que des autres éléments de sécurité de base, faciliteront la pratique sans accidents. N’oubliez pas que l’utilisation du casque est hautement recommandée chez les enfants et les adultes et qu’elle est obligatoire dans le domaine de la compétition.
Il est important de savoir que les casques actuellement sur le marché supportent des impacts à des vitesses inférieures à 22 km / h bien que la vitesse moyenne pouvant atteindre un skieur de niveau moyen soit de 43 km / h. La meilleure prévention contre les blessures consiste à modérer la vitesse et à faire preuve d’une extrême prudence, car aucun élément de protection ne nous permettra d’éviter un accident grave.

– Qualité de la neige

Le manteau blanc est constamment changeant, la qualité de la neige étant un facteur à prendre en compte en cas de blessure. La neige fraîchement tombée, même si elle nécessite une condition physique adéquate ainsi qu’un niveau technique avancé, sera un endroit idyllique pour apprendre à tomber sans nous faire mal.
Cependant, les neiges dures ou compactes rendront l’impact plus difficile, facilitant ainsi l’apparition de blessures. La neige, de densités différentes, peut générer des difficultés pour effectuer des virages en exerçant une grande résistance contre nos skis.

– Densité d’utilisateurs sur les pistes

La grande concentration de pratiquants à des dates déterminées en hiver, ainsi que les week-ends, signifie que nous devons faire preuve d’une extrême prudence à la fois sur piste et hors piste. L’évolution du matériel et la popularisation du “découpage” facilite l’apprentissage mais donne également l’impression de “sécurité fictive” chez les utilisateurs débutants.
Une vitesse modérée sur les pistes sera essentielle pour éviter les impacts et les collisions avec d’autres utilisateurs en ces temps de saturation des pistes. De nouveau, inclure des mouvements et des exercices de mobilité des articulations et de flexion-extension dans les moments d’attente facilitera le fait que la température des muscles ne descende pas pendant que nous attendons de monter dans l’ascenseur.

Déshydratation

La déshydratation est considérée comme un facteur limitant des performances physiques en altitude et en montagne. Le remplacement hydroélectrique dans des situations de stress thermique est nécessaire lorsque nous allons glisser sur les pistes blanches d’une station. La déshydratation entraîne une augmentation plus importante de la température corporelle, de la fréquence cardiaque, du volume systolique et également de la pression artérielle moyenne.
L’influence négative de l’hypohydratation sur les efforts prolongés dans la neige entraîne également une augmentation significative des concentrations de catécholamines dans le plasma sanguin, ce qui peut déclencher des incidences sur la régulation du métabolisme endocrinien du corps humain lorsque nous skions.

– Niveau technique:

Les skieurs débutants sont plus blessés que les skieurs experts, selon une étude réalisée par Sagram en 2004, un taux de blessures plus élevé a été observé chez ceux qui ont fait leurs débuts sur les pistes par rapport à des praticiens plus expérimentés.
Indépendamment du niveau d’instruction et des classes suivies par les professionnels, il semble que l’important soit le niveau technique acquis plutôt que s’il a été appris dans une école avec des professeurs ou seul (Langran, 2004).

– Expérience:

Les pratiquants de haut niveau technique ont généralement plus d’expérience avec la neige. Le contrôle neuromusculaire, les niveaux de proprioception et de coordination ainsi que les neurones de la réponse neuromusculaire sont, au niveau physiologique, des facteurs qui interviennent de manière positive .
Si nous incluons également le facteur d’efficacité, la diminution du facteur de fatigue ainsi que l’expérience de savoir «lire le terrain» et d’adapter progressivement notre technique aux différents types de neige et aux circonstances qui font face à un déclin, ils constituent un vaste amalgame de facteurs. Cela affectera directement le risque de blessure chez les utilisateurs expérimentés au détriment de ceux qui ne sont pas expérimentés ou nouveaux.

– Prévention générale:

Répéter les codes de conduite publiés et mis à jour par la Fédération internationale de ski (FIS) sera d’une grande aide pour éviter les blessures, les collisions et les accidents.
Connaître nos limites, glisser sur les pistes balisés et faire preuve de prudence seront les trois piliers essentiels pour que votre séjour au ski soit une réussite.
Avoir une assurance accident est fortement recommandé pour couvrir les dépenses pertinentes qui peuvent survenir si nous devons enfin entrer dans le cabinet médical d’une station de ski.
Goulet, C. (1999). Risk factors associated with alpine skiing injuries in childrens. American Journal of Sports Medicine.
Hekeland A., Rødven A. y Heir, S. (2018). Injuries among children and adults in alpine skiing and snowboarding. Journal os Science and Medicine in Sport. 
Langran, M. (2004). Increased injury risk among first-day skiers, snowboarders, and skiboarders. American Journal of Sports Medicine.