Pratiquer le ski les jours de vent peut être une expérience désagréable et même parfois dangereuse, surtout si nous ne prenons pas certaines précautions. Après avoir suivi quelques règles simples, vous pourrez peut-être dire en fin de journée :

« Ce n’était pas si mal que ça »

S’amuser en ski un jour de vent

On considère parfois qu’une journée de ski se résume à prendre ses skis et monter en station lorsque les conditions sont parfaites, le ciel ensoleillé, avec beaucoup de neige. Mais à notre humble avis, chaque jour est l’occasion d’apprendre, et lorsque les conditions sont défavorables, cela peut être l’occasion de relever de nouveaux défis pour le skieur qui souhaite améliorer sa technique, apprendre et évoluer. Oui, vous pourrez vous amuser en station un jour de vent ! Ce sera l’occasion d’apprendre ou de pratiquer certaines techniques, de découvrir de nouvelles sensations et d’adapter nos mouvements techniques en fonction de l’intensité du vent et de sa direction.
Vous trouverez ici des informations et des conseils pour les jours de vent que nous l’espérons, pourront vous être utiles.

Jour de vent dans une station de ski

Direction et Intensité du vent

Selon la direction du vent, les techniciens de la station déciderons de poursuivre ou non l’exploitation des remontées mécaniques pour des questions de sécurité. Cela dépend principalement de quatre facteurs:

– Transport par câble ou au sol

Des remontées mécaniques qui nous transportent sans perdre le contact avec le sol,du type téléski ou tapis, ne sont pas aussi exposés au vent que les télésièges, télécabines ou téléphériques, bien que ces derniers offrent une protection incontestable contre les intempéries ainsi que certains télésièges qui disposent d’une barre de protection avec une bulle intégrée, permettant de réduire considérablement les effets du vent et du froid. Par exemple, les tapis couverts installésrécemment à Peyragudes assurent une expérience agréable et confortable pour les débutants.

– Technologie

Les téléportés modernes disposent de systèmes de sécurité avancés qui permettent à la remontée de continuer à fonctionner bien que le vent dépasse 50 km / h. Les stations équipées d’anciennes remontées sont souvent contraintes d’arrêter leurs installations bien avant celles qui ont investi dans des équipements modernes. Le téléphérique bicâble ou tricâble ainsi que les remontées mécaniques va-et-vient, sont considérées comme les plus sûres dans des situations de vent extrême, ces dernières disposant d’un câble porteur et d’un câble tracteur.

niebla telesilla

– La ligne du téléporté

L’alignement de la remontée est déterminée par les ingénieurs, en tenant compte principalement du terrain ainsi que d’autres éléments économiques, techniques et de sécurité: les coûts d’investissement, les coûts d’exploitation, le faible risque à l’embarquement et au débarquement, les connexions avec les pistes, les moyens nécessaires pour préparer les zones de départ et d’arrivée, etc. Ce sont quelques-uns des facteurs déterminants dans le choix de l’alignement de la remontée sans oublier que la ligne ne soit en aucun cas être parallèle au vent, du fait du risque de déraillement.

– L’altitude

Les parties les plus hautes de la station sont plus exposés au vent que les zones les plus basses. En outre, les montagnes plus hautes sont toujours plus exposés au vent, car non protégées par les autres massifs.

Pour bien commencer la journée, choisissez les remontées mécaniques ouvertes et en fonction de celles que la station prévoit d’ouvrir, déterminez un itinéraire à l’abri du vent. Bien que le vent change de direction fréquemment, les changements de direction en montagne sont moins fréquents. Lorsque les conditions météo sont vraiment mauvaises, la direction du vent est parfois constante. Si c’est le cas, choisissez des pistes qui ont une orientation opposée à la direction du vent.

Bien se protéger en ski lors d’une journée de vent

Les vêtements et l’équipement sont essentiels pour profiter d’une journée ventée en station de ski. Au niveau des vêtements, les trois couches seront essentielles pour maintenir un petit microclimat qui protègera notre corps contre les intempéries. La régulation de la température de notre corps dans des situations d’activité physique, incite le corps à évaporer l’eau à travers la peau agissant comme un régulateur de température.

Première couche

Pour éviter la sueur, la première couche devra être en fibres synthétiques de type chlorofibre, polypropylène ou polyester ou laine dernière génération. Si vous
Si vous choisissez une première couche en coton, vous risquez d’avoir froid pendant la journée, car elle absorbera la sueur facilement.

Deuxième couche

Choisir des vêtements serrés est idéal car ils empêchent le refroidissement par convection, éliminant ainsi une possible couche d’air entre le tissu et notre peau.
La deuxième couche devra être composée de matériaux qui maintiennent la chaleur et isolent du froid, même lorsque celle-ci est mouillée. Un bon rapport qualité/prix sera la fibre synthétique Polartec d’une épaisseur de 300 g / cm2.

Troisième couche

Enfin, la troisième couche devra nous protéger de la pluie et la neige, ce qui favorise l’imperméabilité. Elle devra également nous protéger du vent et évacuer l’humidité. Cette dernière couche doit être assez serré au corps. Si nous choisissons une tenue trop large, nous courons le risque d’être mal à l’aise pendant la journée car elle volera comme un drapeau, faisant du bruit à chaque mouvement.

Protéger le visage est essentiel, et pour cela rien de mieux qu’un masque de protection. Un masque avec visière S1 de couleur jaune ou orange évitera une « vision plate » du relief et améliorera la visibilité souvent réduite en cas de vent. Le masque devra avoir une bonne ventilation, parce que quand nous couvrons notre visage, cela peut augmenter la condensation provoquée par notre respiration.

Enfin, la topographie même du terrain et la végétation (arbres) peuvent constituer des obstacles naturels et efficaces contre le vent. Choisissez en priorité un environnement naturel boisé plutôt que des pentes sans végétation. Les jours de vent, nous vous proposons de vous couvrir la tête et le visage dans l’ordre suivant: écharpe autour du cou, bonnet, masque de ski et enfin la capuche de votre troisième couche. Une autre bonne option est de mettre son casque de ski à la fin, directement sur la capuche, afin d’éviter de perdre cette dernière en plein milieu de la descente.

nieve casas viento

Techniques de ski face au vent

Croyez-le ou non, un jour de vent peut être une journée idéale pour apprendre de nouvelles techniques. Tout dépendra de l’orientation du vent, ce dernier favorisera un type d’exercice ou un autre. L’objectif est de jouer avec le vent tout en skiant, d’utiliser notre corps pour changer de direction, ralentir ou accélérer notre descente et découvrir de nouvelles sensations. Nous vous montrons ici quelques exercices selon la direction du vent.

Pratiquer le ski avec un vent de face

Le vent de face exerce une force opposée qui vous empêche de glisser normalement. Il est un frein constant, et voici plusieurs exercices pour améliorer votre aérodynamisme. Essayez d’effectuer 10 virages en maintenant votre centre de gravité élevé, puis 10 virages où vous baisserez votre centre de gravité au maximum, limitant l’extension des chevilles, des genoux et des hanches. Dans ce dernier, vous vous sentirez probablement plus à l’aise pour descendre plus vite, mais la flexion importante vous fera travailler intensément le muscle quadriceps de manière excentrique.

Normalement, nous descendons avec l’axe de la hanche presque perpendiculaire à notre trace. Essayez de descendre rapidement en rotant les hanches et les épaules tout en avançant un ski ou un autre. L’oscillation qui se produit est démultipliée par le vent, et vous percevrez une sensation très agréable grâce aux différents transferts de poids, très utilisés dans les techniques de ski alpin. Il faut souligner que la force du vent modifie notre position de base, ce qui réduit la flexion de hanche et nous incite à maintenir le poids en arrière.

Voici un exercice très agréable et simple, que nous avons tous fait quand nous étions jeunes skieur. Il s’agit d’opposer tout notre corps radicalement au vent en descente, en utilisant la position Schuss, et en répétant cet exercice de façon cyclique. La participation active des muscles abdominaux et le bas du dos permet d’ajuster l’amplitude du mouvement, et remplace sans aucun doute une bonne séance d’abdominaux de Jane Fonda.

Pratiquer le ski avec un vent de dos

Ce type de vent incite surtout à pratiquer des exercices de vitesse, lorsque nous effectuons une descente « droite » ou parallèle à l’orientation du vent.
Cependant, lorsque nous effectuerons des virages, nous constaterons que le vent génère un excès de poids sur nos spatules. Augmenter la phase de dérapage et se recentrer sont deux conseils importants à suivre dans de telles situations. Si le dérapage n’est pas votre fort, le vent arrière pourra être un allié fidèle pour travailler le dérapage en diagonale, tout en maintenant votre dos bien droit pour offrir une résistance maximale au vent.

Pratiquer le ski avec un vent latéral

La modification de notre centre de gravité à chaque virage peut être affectée par le vent latéral. Lorsque nous réalisons des virages courts, si la force du vent n’est pas très élevée, nous pourrons perfectionner notre technique. Mais dans le cas de grands virages, le vent est un facteur plus influent. Si le vent vient de la droite, vos virages à gauche vous ferons découvrir de nouvelles sensations. Au début du virage, avant d’attaquer la pente maximale, nous remarquons que notre vitesse est réduite. Cela nous oblige à adapter la technique pour faciliter l’entrée dans le virage. Une option consiste à orienter nos spatules vers l’aval pour prendre plus de vitesse et adopter une position plus aérodynamique, réduisant ainsi notre centre de gravité.

Si nous faisons un virage vers la droite (contre le vent), nous remarquons que le vent nous empêche d’entrer dans le virage. Cela nous oblige à réorienter nos skis vers la pente.
Si le vent est constant d’un côté, un exercice pratique et élémentaire peut être effectué. Elle consiste à perfectionner de longs virages parallèles de manière cyclique, en utilisant toute la largeur de la piste. Souvenez-vous de regarder en amont qu’aucun skieur ne vous coupe la trajectoire. Il vous suffira de revenir à l’autre côté de la piste par une longue diagonale pour continuer à pratiquer l’exercice.