Photo : Le Dauphiné

Selon la station et les syndicats, une demande de revalorisation salariale serait à l’origine de ce mouvement de grève qui intervient en pleine période de vacances scolaires. Il s’agit d’une période de très forte fréquentation de la station, car ce sont deux des trois zones définies par l’Education nationale qui sont actuellement en vacances.

Une menace sérieuse de grève planait sur la station depuis plusieurs jours, et aujourd’hui, mercredi 17 février, depuis 8 heures ce matin, une grande partie du domaine skiable des Deux Alpes est en effet totalement paralysée, empêchant la pratique du ski.

Gilles Dodos, délégué CGT s’explique : « En décembre dernier, lors des négociations annuelles obligatoires, on nous a généreusement octroyé 0,7% d’augmentation. Cela représente 120 euros pour un salarié permanent sur l’année. Dans le même temps, les actionnaires se sont augmentés de 40%, soit 1.000 euros par salarié. C’est scandaleux ».
Parallèlement, le syndicat met l’accent sur le manque de personnel au départ et à l’arrivée des télésièges six ou huit places. « Ce sont 15 000 passages par jour, imaginez la vigilance exigée, on a donc de grosses responsabilités, sauf qu’on est souvent seul à les assumer. » 
Mardi dernier, les salariés grévistes ont refusé une nouvelle proposition de réévaluation de leur augmentation salariale de 2% de la part de leur direction, la société « Deux Alpes loisirs », qui gère le domaine skiable sous l’égide la Compagnie des Alpes – gestionnaire d’une douzaine de domaines skiables de l’arc alpin. Leur exigence était une augmentation salariale de 11%.
Avec plus de 200 salariés en grève aujourd’hui, la station des Deux Alpes maintient néanmoins le pied des pistes ouvert et le télésiège de La Petite Aiguille.