Le ski de nuit offre une toute nouvelle expérience pour les skieurs, le paysage étant transformé à la lumière naturelle ou artificielle. 

Durant la journée, skieurs et snowboardeurs profitent de la montagne, des terrasses panoramiques, les restaurants d’altitudes offrant souvent des vues spectaculaires sur des vallées ou des glaciers. 
Mais la nuit le paysage est transformé, les arbres se perdent dans l’ombre et lorsque les stations illuminent leurs pistes, ce sont de véritables chemins de lumières qui scintillent dans la montagne, c’est un spectacle qui mêle jeux de lumières, montagne et nuit noire. 
Ou peut-on aller skier de nuit? 
En Amérique du Nord, la plupart des stations proposent du skier de nuit. Il ne s’agit pas d’une seule piste qui est ouverte mais tout un domaine et les skieurs peuvent finalement profiter d’une journée de ski complète sans se lever tôt pour autant. 
Les stations ouvrent plus longtemps et c’est une toute nouvelle expérience pour les visiteurs, une valeur ajoutée que les stations sont fières de proposer. 
Parmi les stations les plus connues aux Etats Unis pour le ski de nuit, on peut citer Jackson Hole, Crotched Mountain qui ouvrent leurs pistes jusqu’à 3 heures du matin le week-end, ou même Brighton Resort qui ouvre son Snowpark et ses Pipes toute la nuit. 
Les stations se livrent à une véritable compétition et illuminent des versants entiers de montagne le plus tard possible. Cependant n’oubliez pas que la température baisse fortement dès que le soleil se couche, un équipement en conséquence est indispensable. 
En Europe du Sud, peu de stations proposent du ski de nuit et il ne s’agit souvent que d’une piste. On peut citer par exemple en Espagne, la station de ski de la Molina ou en France le Collet d’Alevard, les Saisies, et bien sûr la piste couverte le Snowhall dans l’Est de la France qui ouvre ses portes jusqu’à 22 heures toute l’année. 
Mais rien ne remplace la beauté d’une lumière naturelle. Lorsque le ciel est dégagé et que la lune est pleine, les pistes bénéficient d’une lumière diffuse et les stations ouvrent pour une soirée inoubliable. 
L’année dernière la station de Nendaz en Suisse en a profité des Full Moons pour proposer vin chaud, plats savoyards et suisses au pied du domaine, tandis que les skieurs descendaient les pistes à la lumière de la pleine Lune. 
Dans les stations situées près des pôles, que ce soit en Alaska, Canada ou dans les pays scandinaves, il est même possible d’admirer des Aurores Boréales depuis les pistes, des scènes d’enchantement éclairées par des lumières dansantes et multicolores qui colorent le ciel chaque année à la fin de l’automne. 
A leur manière, les descentes aux flambeaux continuent d’attirer les visiteurs le soir dans les stations de sports d’hiver, en particulier dans les Alpes et Pyrénées. En décembre dernier, l’école de ski de Montgenèvre dans les Hautes Alpes organisait une descente à la lumière des torches où les enfants encadrés par les moniteurs pouvaient participer. 
Les villages de montagne profitent de l’occasion. A Albiez, tous les mercredis, des luminaires éclairent le village pendant la nuit, à Peyragudes dans les Pyrénées, les visiteurs peuvent construire leur igloo et même dormir dans leur maison de glace. 
Aujourd’hui, les stations de ski en profitent pour ouvrir plus tard et proposer de nouvelles offres. Les stations tentent chaque année d’étendre leur offre en augmentant leur période d’ouverture, et proposent des activités de plein air tout l’été. 
Mais les sports d’hiver restent leur principal atout et leur principale saison, et ouvrir plus tard le soir est une véritable opportunité. Ainsi un domaine illuminé reste ouvert plus longtemps, les stations vendent des forfaits de nuit et peuvent promouvoir leur station avec une offre toujours plus séduisante. 
Mais il faut reconnaître qu’il s’agit là d’un investissement pour les stations car faire briller les pistes requiert évidement des éclairages, des assurances spécifiques et un personnel opérationnel toute la nuit. 
D’un point de vue technique, le système d’éclairage doit être adapté pour la montagne, un véritable défi technologique. En effet les lampes doivent fournir un éclairage suffisant pour pouvoir distinguer tout le relief de la piste, mais elles doivent aussi être silencieuses, consommer peu, demander peu d’entretien, et le matériel doit pouvoir résister à des conditions extrêmes, aux rafales de vent et aux températures les plus basses. 
Ces contraintes techniques s’avèrent parfois être un véritable frein dans le choix d’investissement pour une station, sans compter sur le casse-tête logistique d’exploitation de ces pistes. 
Les stations de sports d’hiver ont été aménagées dans un environnement naturel privilégié, riche, fragile et souvent protégé. Par exemple, en Ecosse, la majorité des stations de ski se situent dans le parc national Cairgorms (Glenshee, the Letch et Cairngorm), et l’empreinte environnementale doit être minimisée. La faune et la flore ne doivent pas souffrir de ces nouvelles installations. 
L’éclairage artificiel doit donc être silencieux, respectueux, consommer le moins possible, et permettre un juste équilibre entre développement économique des vallées et respect de l’environnement naturel.