Au total, la France est le premier pays au monde en nombre de remontées mécaniques, regroupant près de 18 pour cent du parc international. C’est un pays qui a commencé très tôt la construction de remontées mécaniques, le chantier du téléphérique emblématique de l’Aiguille du Midi ayant commencé début XXe. Les stations de ski françaises sont aujourd’hui réparties sur 6 massifs, Alpes du Nord, Alpes du Sud, Pyrénées, Massif Centrale et Jura. Les Alpes du Nord regroupent la majorité des remontées mécaniques, plus de la moitié des remontées étant des téléskis (66%), suivis par les téléphériques (33%).

Quels investissements majeurs cette année ?

Les chiffres marquant de cette année sont attribués au nouveau télésiège de la Plagne qui a coûté 10,5 millions d’euros, et aux Menuires avec le télésiège Saint Martin entre les Menuires et Méribel. Quant-aux Pyrénées la station de Luchon Superbagnères termine les travaux du Céciré Express et Saint Lary a aussi massivement investi.

Cependant le montant des investissements en fonction du revenu généré diminue chaque année et est aujourd’hui au plus bas depuis 1992 (8,5%).

Quel bilan des remontées mécaniques en France pour saison 2014-2015 ?

Le trafic sur les remontées mécaniques est plutôt stable depuis 10 ans avec 636 millions de passages l’hiver dernier, ce qui correspond aux chiffres des dernières années malgré une diminution très légère. Ce nombre de passages se répartit sur les télésièges, téléskis et télécabines. Les télésièges débrayables ont fourni cette saison un débit des plus importants, même supérieur à celui des téléskis pourtant plus nombreux.

Telecabina en Saint-Lary
Telecabina en Saint-Lary

Si le trafic reste constant pour les stations des Alpes et des Pyrénées, les chiffres sont très volatiles dans les autres massifs. On remarque une hausse conséquente du trafic dans les Vosges, les chiffres ont presque doublé depuis l’année dernière avec un hiver qui s’est achevé en beauté malgré un début de saison difficile.

Comment évolue le nombre de remontées mécaniques ?

Depuis 15 ans les tapis roulant se multiplient, bien moins coûteux que les autres remontées. Encore peu présents en 2003 les tapis roulants sont chaque année renouvelés, avec en 2011 la construction de 37 tapis roulant, ce qui dépasse largement toutes les autres catégories. Seulement les investissements sont bien moins conséquents en euros. Le parc de tapis roulant s’étend chaque année avec en moyenne +25 tapis roulant par an depuis 10 ans. Pour vous donner une idée il faut compter en moyenne un investissement de 0,18 millions d’euros pour construire un nouveau téléski et environ 34 fois plus d’argent pour construire un télésiège à attache débrayable qui coûte en moyenne 6,15 millions d’euros en 2015.

Les télécabines sont encore plus chères, et ces investissements impliquent de lourdes responsabilités pour les stations, ainsi la station de Puigmal a malheureusement dû mettre la clé sous la porte suite à un lourd investissement pour remplacer un télésiège. S’en est suivi deux années sans neige dans les Pyrénées, un véritable drame pour la station.

Cependant, ces nouvelles infrastructures extrêmement coûteuses sont aussi une véritable aubaine pour les skieurs qui se voient ouvrir d’énormes domaines skiables ou construire des remontées confortables et à débit important et toujours plus spectaculaires les unes que les autres.

Ainsi l’implantation ou la rénovation d’une station de skis rime avec des investissements colossaux, par exemple en 2015 le montant des investissements est monté à 104,32 millions d’euros hors taxes. C’est un secteur touristique qui transforme la région chaque hiver et dynamise tout un secteur pendant la saison des neiges. Cette année, les Alpes du Nord ont regroupé la grande majorité des investissements avec la construction de 43 nouvelles installations, 66,5% du montant total répartis entre télésièges, tapis roulant téléskis, télécabines et funiculaires.