La réforme territoriale applicable dès 2016, a entraîné avec elle un changement des zones de vacances sur le territoire français. Pour coller au mieux à cette réalité, de nouvelles zones ont été définies :

  • Zone A : Besançon, Bordeaux, Clermont-Ferrand, Dijon, Grenoble, Limoges, Lyon et Poitiers
  • Zone B : Aix-Marseille, Amiens, Caen, Lille, Nancy-Metz, Nantes, Nice, Orléans-Tours, Reims, Rennes, Rouen et Strasbourg.
  • Zone C : Créteil, Montpellier, Paris, Toulouse et Versailles.

Ce nouveau découpage a bien évidemment pour objectif de s’adapter à la réforme territoriale, mais également de répondre à des demandes formulées depuis longtemps par les professionnels de la montagne : étalement de la fréquentation touristique à certaines périodes, allongement de la saison touristique sur l’ensemble de la durée des vacances des trois zones, etc.

L’enjeu est bien évidemment géographique mais aussi calendaire : les élus de la montagne se sont engagés depuis plusieurs années pour défendre le maintien, voir l’avancement des vacances de Pâques. Ces dernières années, les vacances dites de Printemps, s’étalaient jusqu’au début du mois de mai : beaucoup trop tard pour l’activité touristique des sports d’hiver qui risquait un effondrement et une mise en péril de certaines économies de montagne.

« Vacances de Pâques », les anciennes vacances de printemps

Nouvellement baptisées « vacances de Pâques », les anciennes « vacances de printemps » ont vu leur qualificatif et leur connotation printanière supprimés afin de maintenir l’attractivité des zones de montagne sur cette période. La concurrence avec l’activité estivale devient de plus en plus féroce sur cette période charnière où les journées commencent à allonger et où l’envie de soleil est de plus en plus grande.

Avec ce changement, la ministre Najat Vallaud-Belkacem démontre une forte prise de position en faveur du secteur du tourisme de montagne, qui ne saurait déplaire aux stations de sports d’hiver françaises. L’enjeu est en effet majeur car la France comptabilise plus de 300 stations de sports d’hiver, réparties sur environ 11.800 kilomètres carrés ; sans compter que ce secteur représente 7% du PIB en France.

La question du contrôle des flux de touristes a également été mise sur la table et la ministre Najat Vallaud-Belkacem a écouté les revendications des acteurs de la montagne qui proposaient, au lieu de maintenir 3 zones sur cette période de vacances, de n’en maintenir que 2. Les départs au ski sont en effet importants sur cette période mais en aucun cas semblables à ceux des vacances de Février où un étalement de la fréquentation est indispensable pour mieux gérer les flux de touristes, le trafic routier, la disponibilité des hébergements de tourisme, la capacité des domaines skiables et de manière générale le service rendu au client.

A ce jour, les trois zones seront réparties sur un mois, à partir du samedi 02 avril 2016. De quoi redonner le sourire au marché de la montagne, très mâture mais dont l’activité touristique est majeure pour l’économie française.

Les stations de sports d’hiver françaises ont un grand challenge à relever aujourd’hui en réinventant une économie basée sur de nouvelles activités Neige et après-ski, et en redonnant au « ski de printemps » tout son prestige.

Dates des prochaines vacances de printemps :

  • Zone A : samedi 9 avril 2016 et se terminent le dimanche 24 avril 2016
  • Zone B : samedi 2 avril 2016 et se terminent le dimanche 17 avril 2016
  • Zone C : samedi 16 avril 2016 et se terminent le dimanche 1er mai 2016